S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les présumées victimes du président de la Fédération haïtienne de football disent avoir reçu des menaces de mort

Nouvelles allégations d'abus sexuels contre Yves Jean-Bart

Les présumées victimes du président de la Fédération haïtienne de football disent avoir reçu des menaces de mort

Nouvelles allégations d'abus sexuels contre Yves Jean-Bart



La FHF affirme que les demandes sont « sans fondement » et qu'il sera « totalement exonéré » 



Plusieurs victimes présumées d'abus sexuels par Yves Jean-Bart, le président de la Fédération haïtienne de football, disent avoir reçu des menaces de mort depuis que des plaintes ont été signalées contre lui.



The Guardian a également appris de nouvelles allégations d'abus présumés de la part d'autres victimes présumées qui se sont manifestées. Les autorités haïtiennes ont ouvert une enquête sur ces allégations.



Jean-Bart, connu sous le nom de « Dadou », a vigoureusement démenti les allégations rapportées par le Guardian le mois dernier selon lesquelles il aurait contraint plusieurs joueurs du Centre technique national de Croix-des-Bouquets à avoir des relations sexuelles au cours des cinq dernières années. Il a déclaré que les allégations faisaient partie d'un complot visant à le retirer de la présidence de la FHF.



Plusieurs victimes présumées disent avoir été menacées après la première publication des accusations. Une ancienne joueuse qui vit à l'étranger a déclaré qu'elle devait déménager à la hâte, car « il m'a trouvé ».



« Un gangster nous a appelés », a expliqué une autre joueuse. « Si nous parlons, ils savent où sont nos oncles, tantes, cousins. »



Un ancien entraîneur qui travaillait au centre a déclaré: « Ils forcent certains joueurs à dire de bonnes choses sur le président, sinon ils attaqueront les membres de la famille vivant en Haïti. »



Une joueuse de l'équipe nationale s'est manifestée depuis la publication des allégations pour accuser Jean-Bart d'avoir tenté de la violer et d'avoir engendré des enfants avec certaines de ses coéquipières.



« Dadou est un criminel », a-t-elle déclaré. « Je suis l'une de ses victimes. J'ai si peur. S'il sait que je te parle… j'ai vécu un cauchemar. C'était un cauchemar. »



La joueuse a ajouté: « Il a essayé de me violer lorsque j'étais au centre. Il a couché avec certaines de mes amies. Il a également des enfants avec certaines filles. C’est très compliqué pour nous là-bas… Et ce n’est pas seulement des abus sexuels, mais aussi des abus moraux, des abus économiques, tout. Cet homme, il a ruiné ma vie. "



Plusieurs anciens joueurs de l'équipe senior masculine ont également affirmé que Jean-Bart avait pris des dispositions pour qu'un jeune de 17 ans dont la mère travaillait au centre l'accompagne lors d'un voyage à Trinité-et-Tobago pour assister à un match en 2008.



« Dans le centre, plusieurs personnes préparaient les repas, dont une dame qui avait une fille qui lui rendait visite dès qu'elle a quitté l'école », a expliqué l'un des joueurs. « Un jour, Dadou a posé les yeux sur cette jeune femme. Lorsque nous avons pris l'avion pour Trinité-et-Tobago, la fille et sa mère faisaient partie de la délégation. Ce fut un choc. Il leur a donné des visas et elles sont restées avec lui dans un grand hôtel quatre étoiles pendant que nous étions dans un motel. Beaucoup de joueurs soupçonnaient qu'il essayait de coucher avec elle. »



Un porte-parole de la FHF a qualifié ces allégations de « sans fondement », ajoutant qu'elles étaient une tentative « de saper notre président, de salir la Fédération haïtienne de football et, ce faisant, de dégrader et de rabaisser notre pays. Il est honteux que The Guardian persiste à répéter des allégations anonymes cherchant à contester et à assassiner le personnage d’un homme qui a consacré sa vie à aider les jeunes joueurs haïtiens à réussir. Le Dr Jean-Bart et la Fédération espèrent être totalement exonérés. »



Des groupes de défense des droits humains en Haïti ont demandé la suspension de Jean-Bart pendant que l'enquête est menée par La Brigade de protection des mineurs - une branche spécialisée de la police haïtienne financée par les Nations unies et l'UNICEF. La semaine dernière, Jean-Bart a été invité à une audience avec le procureur [commissaire du gouvernement] de la région et a été convié à revenir dans quinze jours. Des sympathisants des victimes présumées ont manifesté en dehors de la séance d’audition.



Plusieurs des victimes présumées prévoient d’engager leur propre poursuite civile contre Jean-Bart par l'intermédiaire d'un cabinet d'avocats canadien.



« Il est nécessaire de faire la lumière sur toute cette affaire », a déclaré Patrice Florvilus, un avocat haïtien qui est directeur exécutif de l'organisation des droits de l'homme Défense des Opprimées / Opprimés (Défenseurs des opprimés).



« M. Jean-Bart doit démissionner ou être mis en demeure pour que la procédure puisse avoir lieu, notamment pour les femmes qui ont très peur. C'est pourquoi nous mettons en œuvre toute une stratégie juridique pour permettre aux femmes de témoigner. »



Jean-Bart a manifesté son innocence dans des interviews aux médias, notamment dans une interview à l'agence française AFP où il a été interrogé sur une vidéo qui le montre avec sa main sur l'épaule d'une jeune joueuse lors d'une interview de sept minutes publiée par la FHF en 2016. Il a déclaré que ses attouchements sur la jeune fille étaient « un geste insignifiant fait avec affection paternelle ».



« Seul un athlète peut comprendre cela », a-t-il ajouté.



Interrogé par la radio haïtienne Magik9 s'il avait engendré des enfants avec d’anciennes joueuses du centre, Jean-Bart a répondu: « J'ai le droit de ne pas répondre. »



L'une des victimes présumées a affirmé que plusieurs filles du centre et de l'AS Tigresses - le club fondé par le président de la FHF en 1972 - avaient donné naissance à ses enfants. « Certaines mères étaient mineures », a-t-elle ajouté.



Une manifestation distincte montrant son soutien à Jean-Bart a été organisée au centre de Croix-des-Bouquets deux jours après la publication de l'article par The Guardian. Pierre-Richard Midy, un journaliste haïtien en exil qui a également enquêté sur des allégations d'abus sexuels dans son pays, estime que la manifestation était une autre illustration de l'influence du président. « Ils ont mobilisé les enfants - cela a choqué l'opinion publique », a-t-il déclaré.



La FIFA, l'instance dirigeante mondiale du football, a déclaré que son comité d'éthique avait nommé un « panel ad hoc » pour enquêter. Le code d'éthique de la FIFA lui permet d'imposer des sanctions provisoires, y compris des suspensions pouvant aller jusqu'à 90 jours « afin de garantir que les procédures d'enquête ne soient pas entravées ou lorsqu'une violation de ce code semble avoir été commise et qu'une décision sur le fond de l'affaire puisse ne pas être rendue suffisamment tôt ».



Minky Worden, qui supervise le travail de Human Rights Watch sur le sport et les droits de l'homme dans le monde, y compris le renforcement des règles des droits de l'homme dans le sport et les fédérations sportives, a exhorté l'instance dirigeante du football à suspendre immédiatement Jean-Bart compte tenu des allégations selon lesquelles il aurait menacé les victimes présumées.



« Agir rapidement pour suspendre le président de la fédération haïtienne de football pendant que ces graves allégations font l'objet d'une enquête signifierait que la FIFA a l'intention de protéger les jeunes athlètes », a-t-elle déclaré. « Avec des menaces qui auraient déjà été proférées, la Fifa a le devoir de veiller à limiter la capacité des personnes en position de pouvoir d'intimider ou de faire taire les accusateurs. »

Traduction de l’article publié par:
Ed Aarons, Romain Molina et Alex Cizmic




Articles connexes


Afficher plus [2528]