S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’affaire Yves Jean Bart, le scandale de l’année 2020!

L’affaire Yves Jean Bart, le scandale de l’année 2020!



L’année 2020 aura été une année difficile pour le monde sportif. Le passage de la Covid 19 a sérieusement modifié les calendriers des activités sportives. En Haïti, outre la paralysie des principales compétitions, le football a vécu une année de grandes turbulences. Accusé d’abus sexuels sur mineures ce qui a provoqué un bannissement à vie de toute activité sportive, Yves Jean Bart a été au centre du plus grand scandale de l’histoire du football haïtien.


L’article publié dans les colonnes du journal The Guardian le 30 avril 2020, par les journalistes Romain Molina, Ed Aarons et Alex Cizmic, a déclenché un séisme dans le football haïtien. En poste depuis deux décennies comme président de la Fédération haïtienne de football, Yves Jean Bart a été accusé d’abus sexuels sur des mineures du centre technique FIFA Goal. Les auteurs de ces révélations précisent alors avoir obtenu plusieurs témoignages des victimes sur ces pratiques pernicieuses qui se sont développées au centre depuis plusieurs années.

L’affaire a été sur toutes les lèvres et a fait la une des plus grands journaux du pays et même à l’étranger. Qu’ils soient journalistes sportifs ou autres défenseurs des droits humains, d’une seule voix, ils ont tous réclamé que lumière et justice soient faites. La justice haïtienne a été touchée. C’est à partir de ce moment qu’a démarré le périple menant à la déchéance de Dadou.

Les jours ont passé, Romain Molina allait être de plus en plus suivi en Haïti. Ses moindres messages sur les réseaux sociaux sont commentés par le commun des mortels et repris par la presse sportive haïtienne, divisée sur le sujet. Quant au principal accusé, accompagné de son avocat maitre Stanley Gaston, il a été auditionné à deux reprises au parquet de la Croix des Bouquets par le juge Maxime Augustin.

Les suspensions provisoires

Suite aux deux articles du journal The Guardian et la pluie de réactions autour du dossier, la FIFA, via sa Commission d’éthique indépendante, a annoncé la première suspension provisoire de 90 jours du président Yves Jean Bart aux fins de clarifier la véracité des accusations proférées à l’encontre du septuagénaire. L’instance mère du football mondiale s’est référée aux articles 84 et 85 du Code d’éthique.

Sur place, les enquêteurs de la Commission d’éthique indépendante ont infligé 90 jours supplémentaires à Dadou. Cette fois, d’autres personnalités dont Wilner Étienne et Nella Joseph, n’ont pas été épargnées. Entre temps, le secrétaire général de la FHF, Carlo Marcelin, multipliait les notes pour tenter de rassurer la famille du foot.

Dans l’opinion, Yves Jean Bart décrié perd des soutiens. Ses acolytes lui tournent le dos. En Haïti ou à l’étranger, les organisations des droits humains réclament justice pour les potentielles victimes. Par exemple, Human Rights Watch, organisme international de défense des droits humains, a réclamé, mi-novembre, de sévères sanctions contre Yves Jean Bart. Quelques jours plus tard, le pire allait se produire pour l’ancien président.

Yves Jean Bart blanchi par la justice haïtienne

Les mois ont passé, le verdict de la FIFA se fait attendre. La Commission d’éthique a bouclé son enquête et a remis son rapport à qui de droit. Entre temps, le 20 novembre, dans une note publiée par l’intéressé, il a félicité la justice haïtienne qui l’a blanchi pour insuffisance de preuve.

« Je salue aujourd’hui, la décision du système judiciaire haïtien qui me débarrasse pleinement de tout acte répréhensible, prouvant que les attaques incessantes ainsi que les allégations contre moi sont des mensonges sans fondement. J’apprécie l’enquête approfondie de la justice, le temps et les efforts consacrés à la découverte de la vérité sur cette question », s’est-il réjoui. Pour certains, ce n’était qu’une décision comme d’autres d’un système judiciaire très peu fiable. On attendait alors le verdict de la FIFA.

Publication du verdict de la FIFA

En guise de décision, la Fédération internationale, le 18 novembre, a banni à vie Yves Jean Bart de toute activité liée au football. En plus, l’homme de 73 ans a été aussi sanctionné financièrement puisqu’il doit s’acquitter d’une amende d’environ 1,44 million de dollars américains. Selon la note confirmative de la sanction, des enquêtes visant d’autres personnalités de la Fédération haïtienne continuent pour déterminer leur degré d’implication dans ces actes d’abus et de harcèlement sexuel.

Quelques jours après la publication de sa sanction, Yves Bart est monté au créneau pour dénoncer sa sanction et accuser la FIFA d’être une organisation corrompue, avec laquelle il a collaboré pendant deux décennies.

Pour couronner le tout, l’instance suprême du football mondial a désigné en début du mois de décembre un comité de normalisation jusqu’au 30 novembre 2022. Il a pour mission de gérer les affaires courantes de la FHF ; réviser les statuts de la FHF ; organiser l’élection d’un nouveau comité exécutif et assurer une bonne transition des questions économiques avec le nouveau comité exécutif.

Bref, le scandale sexuel du centre Technique FIFA Goal impliquant directement le président a entrainé de lourdes sanctions pour l’ex-numéro un du football. Son verdict a mis fin à 20 ans de règne sans partage d’Yves Jean Bart et ouvert la porte à un nouveau départ pour le football haïtien.

Kenson Désir




Articles connexes


Afficher plus [2670]