S'identifier Contact Avis
 
23° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

À qui incombe la responsabilité du drame de l’Arcahaie ?

À qui incombe la responsabilité du drame de l’Arcahaie ?



Le dimanche 10 janvier 2021, le football haïtien a connu l’un des plus grands drames de son histoire.Dans le match retour de la finale des play-offs de la série aller de la saison 2020-2021 entre l’Arcahaie FC et le Violette AC, au moins deux personnes sont mortes, des blessés et des dégâtsmatériels ont été enregistrés. Pourtant, plusieurs instances avaient des rôles àjouer pour le bon déroulement du match. Au même titreque les fauteurs de troubles, elles ont leur part de responsabilité dans cette journée noire.


Le drame de l’Arcahaie est au centre de tous les débats dans le secteur sportif et ailleurs. Les Haïtiens sont pour la plupart indignés de ce qui s’est produit dans le match entre l’Arcahaie FC et le Violette AC. Si au moins deux personnes ont laissé leur peau, d’autres blessés et des dégâts matériels enregistrés, c’est en grande partie la conséquence de l'insouciance des membres de la Commission d’organisation du championnat( Cochafop).

Ancien membre de la Ligue nationale de football(Linaf), Hudler Joseph croit que si les membres de la Cochafop ont été plus responsables, ils auraient pu éviter les dégâts de l’Arcahaie. Au terme du premier match émaillé de violence, il y a un protocole et des dispositions à adopter pour éviter des représailles au retour.

« La Cochafop n’a pas joué pleinement son rôle. À la fin du premier match où des actes de violence étaient enregistrés, la Cochafop devait se réunir en urgence pour évaluer la situation et sanctionner les fautifs. Après, une rencontre était nécessaire avec les deux clubs pour préparer le match retour en responsabilisant chacun des deux partis. Les sensibiliser sur le fait de prioriser l’esprit du fair-play au détriment de la vengeance. Le commissaire avait aussi son rôle à jouer dans la ville receveuse quelques jours avant le coup d’envoi. Il devait entre autres mesurer la tension et même renvoyer le match si possible », explique-t-il.

Le journaliste sportif rappelle que la gestion d’une telle situation aurait été différente lorsqu’il était membre du bureau fédéral : « À l’époque de la Linaf, nous avions une brigade de sécurité qui avait pour rôle de calmer le public et apaiser tout esprit de violence. Ils étaient comme tous supporteurs,mais avec des missions spécifiques. Ils travaillaient de concert avec la police pour anticiper toute situation regrettable. Aujourd’hui les choses sont différentes, et on constate malheureusement que les cas de violences sont en nette augmentation », regrette-t-il.

Les dirigeants de l’Arcahaie FC fautifs

Par ailleurs, dans le règlement du championnat haïtien, il est clairement dit que l’équipe receveuse est responsable de la sécurité de la délégation visiteuse avant, pendant et après le match. Il était du ressort des dirigeants de l’Arcahaie FC de prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité de l’adversaire et toutes autres personnes présentes au parc saint-Yves.

Ce travail aurait pu prendre plusieurs formes ; sensibilisation, participation dans des émissions locales et autres. Parce qu’au final, ni l’Arcahaie FC, le Violette AC, la ville receveuse et le football haïtien de manière générale sortent perdants dans ce tohubohu qui ne fait que salir davantage l’image du sport roi.

Il y va de la responsabilité des autorités locales

Pour une rencontre aussi importante où le titre est en jeu, il était nécessaire que les autorités communales et la Police travaillent de concert pour assurer la sécurité et garder un climat serein dans la ville. Dans une situation de mort d’homme, il est clair que ces hommes sont autant responsables que les auteurs de ces actes.

Un maire est la première autorité d’une ville. Il n’est pas possible que cette vague de violence se produise dans une ville sans la moindre arrestation. Il revient à la justice haïtienne de faire la lumière sur cette affaire pour que les auteurs, les co-auteurs et les complices subissent la rigueur de la justice.

Des personnalités réagissent

Plusieurs personnalités et groupes organisés du secteur sportif condamnent le décès des hommes à l’Arcahaie. Le sénateur Pierre Paul Patrice Dumont, la Fédération haïtienne de football et les associations de presse sportive exigent la lumière sur ce qui s’est réellement arrivé dans la Cité du drapeau.

Kenson Désir




Articles connexes


Afficher plus [2673]