S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
À quoi s’attendre quand le Core Group « parle »?

À quoi s’attendre quand le Core Group « parle »?








Le Core Group est à l’œuvre en Haïti depuis plusieurs années. Il prend position sur les tous les sujets ou presque. Ce groupe restreint de diplomates étrangers, accrédités en Haïti, est au cœur de la vie politique haïtienne. Influent et puissant, ce collège de diplomates, composé de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies (ONU), des ambassadeurs du Brésil, du Canada, des États-Unis, de l’Espagne, de la France, de l’Allemagne, de l’Union européenne et du Représentant spécial de l’Organisation des États américains (OEA) est le lieu d’orchestration de la domination des pays occidentaux sur les dirigeants haïtiens. Ce faisant, ils ont un accès total aux maigres ressources du pays.

Sous la houlette des États-Unis et de sa politique impérialiste, le Core Group s’arroge l’indécence de s’immiscer dans les Affaires internes d’Haïti tandis qu’aucun traité international ne reconnait à une mission diplomatique ou à un regroupement de diplomates la prérogative de s’ingérer dans la politique intérieure d’un pays. Puisque le chef de file reste les États-Unis d’Amérique, aucune règle ne tienne la route et aucun Représentant ou ambassadeur ne peut opposer de résistance à la position officielle du Core Group, qui est avant tout une intervention américaine pour des raisons stratégiques, géostratégiques ou politiques, voilée sous le vocable coopération internationale. La France, l’Allemagne ou l’Espagne peuvent, certes, avoir une appréciation différente de la situation d’Haïti, mais alignées derrière la politique hégémonique américaine elles taisent leur opinion au sein du Core Group.

Le Core Group, à quoi sert-il ? Que cherche-t-il ? Naïvement, on pourrait croire qu’il sert à défendre les idéaux démocratiques, les droits fondamentaux, concourir au renforcement de l’État de droit. À dire vrai, c’est leur discours officiel, qui est loin d’être leur position officielle. En fait, on peut apprécier leur utilité sous l’angle de l’intérêt d’Haïti et de l’intérêt des pays respectifs qui le composent. Dans tous les cas, ils sont là pour débaucher la personnalité ou la structure à même d’intérioriser l’idéologie capitaliste allègrement et d’appliquer scrupuleusement l’agenda qu’il la confiera. C’est à ce titre qu’il s’est jeté à l’eau pour des candidats « politiquement incorrects » pour les imposer à tous, au mépris de l’intérêt supérieur d’Haïti. La position officielle du Core Group sur un sujet ne répond qu’à une nécessité de communication. D’ailleurs, sa communication est sélective. Ses différentes positions, exprimées à travers des communiqués de presse, sélectionnent les actes de leur choix pour soit les condamner, soit les encourager, au besoin. Par cette manière de procéder, le Core Group se détourne de la voie de l’objectivité et dévoie, par ricochet, les principes de droits humains, lorsqu’il se tait devant les atrocités subies par la population civile. De plus, il se tire vers le bas quand il apporte son plein soutien à un gouvernement décrié pour son amateurisme et sa propension à utiliser les ressources du Trésor public à des fins politiciennes. Dans ce registre, il est resté indifférent aux massacres de La Saline, de Carrefour-feuilles, de Grand ravine ; à l’affaire des mercenaires, au rapport de la Cour sur la dilapidation des fonds PetroCaribe. Par ailleurs, il ne s’est pas réservé à faire la leçon à l’opposition politique ou la population après des mobilisations populaires. Sa communication est donc une communication d’intérêt et d’ingérence. Le mobile de leur communiqué de presse a toujours pignon sur rue. Plus personne ne se tord les méninges pour décoder les intérêts qui sous-tendent leur prise de position. Elle arbore fièrement les couleurs du gouvernement qu’il supporte, au détriment des principes qu’il aurait dû défendre. Son indifférence aux drames nationaux et son soutien au gouvernement mettent à nu son incohérence.

À quoi s’attendre quand le Core Group se prononce sur un sujet ? À un sermon sur la bienséance à l’endroit des porte-étendards de la résistance civile ou à une condamnation sévère de leurs actes. Dans d’autres cas, sa prise de position sert à passer des instructions claires à ses complices. Indépendamment de la teneur de la position du Core Group, cette dernière restera purement et simplement inadéquate, inappropriée et indécente puisqu’elle portera toujours le sceau de l’ingérence.

La démocratie haïtienne n’a nullement et aucunement besoin du Core Group. Elle doit évidemment rester ouverte aux relations internationales, aux missions diplomatiques étrangères… Seuls les États-Unis ont besoin du Core Group pour mieux dominer Haïti, pour l’asservir davantage. Seuls les dirigeants haïtiens antipatriotes, assoiffés de pouvoir, privé de convictions politiques, dépourvu de vision politique réelle ont besoin du Core Group pour arriver à leur fin.

Le dernier communiqué du Core Group, après avoir condamné l’attitude des quatre sénateurs de l’opposition, invite à un débat national. Évidemment, nous sommes à l’heure d’un grand débat national. Mais, il doit être une initiative haïtienne pleinement et entièrement. Les amis autoproclamés d’Haïti et les impérialistes véreux n’ont ni titre ni qualité à convier à un dialogue inter-haïtien souverain, inclusif et démocratique.

À l’instar d’un croque-mort qui s’intéresse beaucoup plus au cadavre du défunt qu’à sa vie, puisqu’il il tire son revenu de sa mort et non de sa vie, le Core Group, avec les États-Unis en tête, n’a aucun intérêt à voir une démocratie forte s’éclore en Haïti étant donné qu’il tire les clés de sa domination de notre appauvrissement, de nos crises et de nos dirigeants acquis à sa cause.

Haïti n’a pas besoin du Core Group, mais du patriotisme de ses enfants. Les citoyens doivent comprendre qu’ils ne peuvent compter ni sur les étrangers, qui sont trop occupés à défendre les intérêts de leur pays, ni sur les dirigeants actuels, trop épris de pouvoir, qui sont donc prêts à livrer le pays à qui s’engagent à les maintenir au pouvoir. L’ingérence continue du Core Group se nourrit de nos inactions et de notre naïveté à croire qu’ils estiment les valeurs beaucoup plus que leurs intérêts propres.

Walsonn Sanon



Articles connexes


Afficher plus [1111]