S'identifier Contact Avis
 
27.52° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Qui ne dit mot et qui reste indifférent, consent…

Qui ne dit mot et qui reste indifférent, consent…








Face à la montée à une vitesse vertigineuse de l’inflation, à la réduction du pouvoir d’achat, à l’insécurité et à la corruption qui bat son plein en Haïti, nul ne doit rester indifférent.

Depuis tantôt, on assiste à une recrudescence de la violence dans la capitale haïtienne, où des gangs sont armés par des politiciens assoiffés de pouvoir en vue de semer la terreur partout et ailleurs pour être à même de contrôler la majeure partie des zones populaires afin d’avoir une emprise incontestable sur l’organisation des prochaines élections. De jour en jour, de nouveaux bandits qui font eau de toute part, sont armés et payés par les soi-disant autorités étatiques qui ont été élues par le peuple. Celles-ci veulent à tout prix resurgir sur la scène politique haïtienne en conservant leur pouvoir, une scène qu’elles ont dominée pendant leur règne en votant des lois pour des pots-de-vin, tout en accordant des privilèges à la bourgeoisie au détriment de la classe moyenne et des masses populaires. D’autre part, le parlement semble devenir un espace marchand et un lieu de commercialisation des votes, comme pour ainsi dire on vivrait dans le règne de la ploutocratie et de la cryptocratie. Le peuple semble ainsi payer ses propres bourreaux pour l’emmener à la boucherie. Il est donc de bon ton de sortir de son indifférence pour riposter contre ces manœuvres secrètes et déloyales contre les masses souffrantes et contre la corruption.

Le peuple ne souhaite rien qu’une meilleure condition de vie, que des centres de santé bien équipés et accessibles à tous, qu’une éducation de qualité et que la tenue du procès contre la dilapidation des fonds du Pétrocaribe. Or, des parlementaires corrompus, des membres puissants du secteur privé des affaires, un président soupçonné de corruption- et de surcroît sans vergogne- pensant pouvoir diriger le pays avec des mains de fer, font tous gueule de bois devant la misère des masses défavorisées et restent insensibles à leurs conditions inhumaines. Le comble est que nous vivons dans un pays où le budget du parlement dépasse celui de l’Université d’État d’Haïti qui, d’ailleurs, accueille des étudiants venant de tous les départements, et dans lequel les professeurs sont condamnés à vivre dans une situation de précarité extrême, et par rapport à un tel état de fait, qui ne dit mot, consent. Si pour ne pas y consentir, une foulée humaine, animée d’un sentiment de révolte à la hauteur de celui de nos ancêtres, avait investi encore une fois les rues entre le 10 et le 11 juin 2019 pour exiger la démission en masse de toute cette équipe de corrupteurs qui pillent, gaspillent et brûlent la chandelle par les deux bouts, moi-même, pour ne pas être complice, je sors de mon mutisme pour me positionner face à cette crise multidimensionnelle que traverse Haïti et contre ce président soupçonné de corruption, de fraude et de manque d’éthique professionnelle, d’usurpateur de titre entre autres, ce pour montrer qu’il est un impératif catégorique que celui-ci soit démis de sa fonction et qu’il se mette à la disposition de la justice. Bref, aucun crime ne doit rester impuni, nul ne peut résister au soulèvement populaire, car le peuple aura toujours raison des ploutocrates et des corrompus et nul ne doit rester indifférent, puisqu’aujourd’hui, l’engagement devient plus que jamais un acte révolutionnaire.

Jean-Lucien LAURATY
Responsable de Département des Sces. Informatiques
Professeur à l’UEH/ CHCL.
lauraty.jeanlucien@ueh.edu.ht



Articles connexes


Afficher plus [1084]