S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Plaque d’honneur et carton rouge décernés à Michel Martelly à New York : un mélange hétérogène délicieux !

Plaque d’honneur et carton rouge décernés à Michel Martelly à New York : un mélange hétérogène délicieux !








Au cours de cette soirée de gala de ce 31 août à New York, cette brave femme en a profité pour brandir un NON à l’indécence et à l’imposture ! Pancarte visible, lisible, perceptible, agitée avec véhémence, sillonnant toute la salle, « Kote Kob Petrocaribe a ? », cette dame solide, élégamment vêtue, a marqué à l’encre forte, cette soirée de célébration en l’honneur de quelques musiciens haïtiens. Cette Haïtienne-Newyorkaise s’est faite porte-parole des millions d’âmes du terroir et de la diaspora, putréfiées et victimes de la cupidité d’un régime politique corrompu jusqu’aux os.

À la question, « Martelly, aurait-il mérité une plaque d’honneur pour son apport à la musique Compas ? » beaucoup d’Haïtiens auraient répondu, avec raison, que la décision est juste. Évidemment, Sweet-Micky ne se réduit pas qu’à la série 100%, 200%, …, 800%, interdite aux enfants et aux oreilles chastes. Le répertoire de Sweet-Micky, notamment à ses débuts, est garni de quelques productions musicales salutaires et succulentes.

Cependant, ce qu’il convient de garder à l’esprit, c’est que l’être humain est un tout indivisible. Les officiels Haïtiens, gagnants du loto électoral, doivent cesser de jouer le jeu vilain de la double personnalité. En effet, même si vous seriez le meilleur joueur de football au monde ; si vous êtes un délinquant fiscal, si vous fraudez, volez, dilapidez, vous répondrez aux questions de la justice ; et, comme tout citoyen, faute par vous de ne pouvoir vous innocenter, vous risquez de finir en taule. Vous pouvez être un artiste adulé, encensé et affectionné par le public ; mais si vous ne vous soumettez pas aux principes de la Cité, la prison sera votre demeure. De cette règle de bonne gouvernance et de la primauté de la loi, le célèbre chanteur, R. Kelly, accusé de pédophilie et de multiples agressions sexuelles, n’a pas été épargné. Dans la même veine ; aujourd’hui, ils sont légion, les présidents à être honorés pendant des années, puis épinglés dans des pratiques de corruption et d’enrichissements illicites, et qui finissent par croupir dans l’humiliation de la prison. Park Geun-Hye, de la Corée du Sud, Luiz Inacio Lula da Silva , du Brésil, Alberto Fujimori, du Pérou, Álvaro Colom, du Guatemala, sont des exemples notoires de présidents devant purger leurs peines en prison, pour des fraudes, des malversations et des actes de corruption. Haïti ou tout autre pays de la région, évidemment, ne devraient pas être des exceptions à cette règle d’or. S’il s’avère que des présidents, des sénateurs, des députés, des ministres ou des directeurs généraux haïtiens seraient impliqués dans des gabegies similaires, que la justice tranche et sévit avec équité et impartialité.

À l’instar du journaliste irakien, révolté et énervé face aux mensonges et aux décisions criminelles de l’ancien président américain, Georges Bush, jusqu’à lui envoyer des chaussures au visage en 2008, le cri anti-corruption strident poussé par cette femme courageuse témoigne le même sentiment de dégout envers des dirigeants indécents. Au cours de cette récente décennie, de nombreux diplomates et représentants officiels ont été l’objet de ces pratiques de revendications choquantes par des citoyens frustrés qui les ont bombardés de « Milkshaking », en guise de stratégies pour salir leurs costumes, de lait et les humilier.

Tantôt il est Ti-Simone et porte la veste de l’artiste pour exposer toutes les bêtises, les injures et les invectives pour déblatérer sur des professionnels et des citoyens honnêtes ; tantôt il décroche ses habits d’homme d’État, pour tenter de ressusciter une certaine image et « joffrer » des cartes d’aspiration à une éventuelle récidive dans le jeu électoral malsain sur cet espace de 27 750 km carrés truffé de tous les animaux politiques. Comme si l’Haïtien majeur n’aurait rien appris de ses erreurs, en exprimant de la maturité électorale pour déduire que l’indécence, l’indignité et la cupidité ne peuvent jamais assurer le bien-être collectif.

Le PetroCaribe, véritable talon d’Achille de ce régime en putréfaction

Le refrain « Kote Kob Petrocarbe a ? » anime les rendez-vous de rara, de carnaval, les vidéoclips ; il traverse toutes les frontières. Il est sur les lèvres des jeunes, des Madan Sara des enfants, des hommes, des femmes d’ici et d’ailleurs. Tantôt, les petrochallengers arrivent à se regrouper autour d’une table, sur les réseaux sociaux et dans la rue pour attiser le feu derrière les bourreaux impitoyables qui ont dilapidé les fonds de cette coopération bolivarienne. Étant donné l’absence de leadership et d’harmonie au sein de l’opposition politique mal fagotée du pays, les revendications des petrochallengers n’ont pas encore atteint les résultats escomptés. Pourtant, de l’huile et de l’eau fluide ont été mises au moulin de l’opposition pour renverser la tendance indécente, criminelle et macabre qui règne dans les institutions les plus prestigieuses du pays. Les multiples frappes du petrochallenge ont mis cette administration à genoux, voire K.O. Les révoltes des 6-7 juillet, un petrochallenge avant la lettre, ont été à la base d’un ensemble de décisions présidentielles douloureuses pour mettre à l’écart des têtes influentes de ce régime qui ont été décapitées en guise de prix à payer pour permettre à la présidence d’avoir quelques bouffées d’oxygène supplémentaires. S’ensuivaient d’autres dates mémorables dans les annales du mouvement petrochallenge qui ont abouti à de nouvelles conceptions et de nouveaux discours du locataire de la Maison-Blanche haïtienne maculée, par rapport au dossier du PetroCaribe. Le 17 octobre puis le 18 novembre, la fureur populaire montait d’un cran. La présidence a été obligée d’intégrer dans son agenda, malgré elle, avec plus de sérieux, le sujet générateur des insomnies, des anxiétés, des crises et des phobies officielles, « El PetroCaribe ».

En guise de preuves et de réponses fermes pour témoigner à la population qu’il obéit au fameux adage « Vox Populi, Vox Dei », le président a limogé son Premier ministre hypocrite du serment sacré d’Hippocrate, qui était sauté comme un fusible pour absorber les chocs reçus à la tête, au cœur et au poumon de la présidence. D’autres têtes officielles allaient être exclues et déposées dans les vestiaires, pour tenter de calmer la population dans ses justes revendications. D’une sortie à l’autre, les tensions étaient plus vives ; des centaines de milliers de citoyens avaient bloqué toutes les artères de la Capitale, incendié des dizaines de voitures, des magasins, des stations d’essence et menacé de réduire en cendre des hôtels suspects d’avoir bénéficié de l’argent sale dans le désordre du Petrocaribe.

Les dernières mobilisations « pays lock » débutant le 7 février, qu’on croyait être le coup de grâce, ont été déterminantes ; mais déviées par des stratégies déloyales dominantes du régime qui a usé de moyens démoniaques pour refroidir les manifestants frustrés, oubliés, putréfiés et meurtris, dans leur fougue de demande de réparation et de justice face à ce forfait financier qui hypothèque leur aujourd’hui et le demain de leurs enfants. Mercenaires, bandits armés, massacres spectaculaires, tous les moyens étaient bons pour sauver le soldat Jomo qui avait perdu toute sa lucidité et toutes ses forces. Selon un rapport de la Justice, en plus des pertes économiques et sociales gigantesques, 57 âmes exterminées par balles, devaient payer le prix du maintien au pouvoir, en février dernier, de ce président et ses amis indignes, indexés de malversation et de corruption graves dans les fonds PetroCaribe.

Le PetroCaribe, un crime financier spectaculaire !

Pour cerner avec une triste lumière éclatante, l’acuité du forfait causé sur l’accord économique bilatéral Haïti-Venezuela, paraphé en mai 2006 par le président René Préval et le vice-président du Venezuela, José Vicente Rangel, le lecteur est convié à survoler le rapport de la Cour des comptes. Tenez-vous bien ! La lecture de ce travail intègre et professionnel de la Cour est interdite aux cardiaques, aux hypersensibles et hyperémotifs qui déduiraient que des centaines de lycées, des dizaines de campus universitaires et écoles professionnelles auraient pu être construits ; des stades au standard international, des parcs sportifs, des logements sociaux décents, des salles de théâtre, de cinéma, des hôpitaux, des centres de santé, des infrastructures de qualité, électricité, transports, routes, etc. auraient pu être érigés avec ces fonds, totalisant plus de quatre (4) milliards de dollars.

A contrario, un vaste désordre a été opéré sur ce prêt accordé à Haïti. Des mensonges multicolores, des camouflages, des malversations, corruptions et dilapidations sans pareilles, ayant conduit à des petits copains devenus multimillionnaires dans un laps de temps, tel est l’échec cuisant qu’on a enregistré de la gestion de ces fonds destinés au développement du pays.

Le viaduc de Delmas-Nazon, qualifié à juste titre par la population de Carwash, a été surfacturé à 23.3 millions de dollars ; 67.5 millions de dollars ont été évaporés dans le programme bidon EDE-PEP, jugé par la Cour des comptes d’un vaste gaspillage des fonds publics. Quarante-trois (43) millions de dollars destinés, entre autres, à des projets d’hébergement et d’habitat, ont été alloués à l’UCLBP, pour de maigres résultats. Une gestion frauduleuse et calamiteuse de l’enfant prodigue issu du sang présidentiel indécent, encadré par un Premier ministre mauvais gestionnaire et amateur, a été faite des 27.8 millions de dollars affectés au projet de réhabilitation des infrastructures sportives. Le cumul de ces montants dilapidés se solde en une somme gigantesque extraite du trésor public, en dehors des principes basiques de l’efficience, de l’efficacité et de la transparence dans l’exécution des projets publics. Des centaines de projets ont été approuvés par la primature, en violation des principes de passation de marché.

Cette courageuse femme, qui s’était exposée face à ces bandits recherchés activement par la justice pour des crimes graves, leur empêchant de continuer confortablement dans leur imposture, a été un acte d’une citoyenne digne dont le peuple haïtien est fier.

Des bandits sont dans les salons, dans la rue, dans les institutions ; ils mangent et boivent dans les mêmes assiettes et les mêmes verres que l’ancien et l’actuel président de ce régime politique sans vergogne. Temps d’arrêter ces bluffs, ces majigridis et ces graffitis indignes d’une nation historique !

Carly Dollin



Articles connexes


Afficher plus [1115]