S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Quand l’État est en mauvais état......

Quand l’État est en mauvais état......








Il devient de plus en plus détestable, désagréable, corrompu, décrié, indexé, immoral, sinistre, minable, soumis, nuisible et malsain. Vu son mauvais état, l'État haïtien ressemble véritablement au profil de l'État fustigé par Nietzsche comme le « plus froid des monstres froids ». C’est en réalité, un problème de mauvaise gouvernance. Car, que vous soyez du côté du pouvoir ou de l’opposition, la situation socio-politique actuelle d’Haïti demande une attention toute particulière. Dans l‘intérêt général du pays, et pour préserver la sécurité individuelle et collective ainsi que le bien-être de la communauté, un élan massif devient vital pour arrêter l’état de pourrissement des institutions. Dans cette optique, ils sont nombreux ceux qui proposent le tabula rasa comme option pour sortir du chaos. Quelle que soit l’option à adopter, il ne doit pas y avoir de délai, compte tenu du mauvais état de dégradation des institutions du pays.

Contrairement à ce que pensent les supporteurs du statuquo qui pillent le trésor public du pays, l’implication des hommes d’État dans des actes mafieux est visible à l'oeil nu. On n'a pas besoin, ni de télescope ou de microscope, pour voir bouger sous nos yeux les vices de la corruption érigée comme système et qui fragilise la nation davantage au point de nous enfoncer encore plus dans notre situation d'État failli. Cette situation doit aiguiser notre attention et fouetter notre conscience patriotique et citoyenne sur le fait de devoir agir le plus vite possible sur l’état de pourrissement des institutions publiques et privées du pays afin de lui retourner à sa vraie mission. Puisque:

Le pays n’est pas gouverné

Quand dans un pays, les inégalités sociales sont si criantes entre ceux qui possèdent tout et ceux qui n’en ont rien, des bandits qui sont de connivence avec des élus, une administration publique qui se dévalorise chaque jour, donc il ya lieu de se demander s’il ya des dirigeants, si oui c’est un État en mauvais état.

En effet, le drame socio politique auquel Haïti fait face actuellement est indubitablement lié à la défaillance de ses dirigeants à répondre aux problèmes du pays. Face á ce constat, ils sont nombreux ceux qui se posent ces questions: ou sont les dirigeants de ce pays?

Car, sous les yeux des sois-disant autorités du pays, la situation socio-politique se détériore chaque jour. Depuis bien des mois, Haïti vit une situation de tension généralisée qui fait peur. Quand ce n’est pas à Grand Ravine,Ti Bwa, Village de Dieu ou au Bicentenaire dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, ce sont dans presque toutes les grandes villes du pays que les armes automatiques se sont fait entendre. N’en parlons pas de la tuerie organisée contre les pauvres gens de La Saline, de Cité soleil et de Carrefour-feuilles. Partout, les bandits imposent leurs lois. Face à cette situation, on a l’impression que toutes les institutions sont impuissantes à ce qui se passe au pays.

Quand un pays fait face à de sérieuses crises sociétales comme l’éclatement de l’espace urbain, d’insécurité, d’impunité, un système de transport défaillant, des problèmes de dépréciation de la monnaie nationale (gourde) par rapport au dollar américain, de corruption, d’analphabétisme, de rareté de gazoline depuis plusieurs semaines, de cherté de la vie, et que rien n’est fait pour résoudre ces problèmes complexes, donc le pays est pris en otage par un état parias.

Donc, le pays n’est pas gouverné. Avec deux Premiers ministres et deux différents membres de cabinets ministériels non légitimes, Haïti est dans une phase d’ingouvernabilité chronique. Le chef d’État PHTK et sa majorité dans les deux chambres de la 50e législature ont tous, piteusement, échoués. Ils le sont du fait qu’ils sont incapables de comprendre que le soulèvement global de la population est beaucoup plus profond qu’un simple changement de gouvernement ou de départ d’un président. Le peuple, dans leurs revendications, particulièrement les masses défavorisées a gagné les rues pour réclamer un grand changement social, et économique. « Car, si le devoir des responsables politiques est d'apporter des réponses aux besoins des citoyens à travers une société organisée, il est clair que ces besoins doivent être identifiés et articulés dans des programmes bien définis. Il est inadmissible qu'un pays soit aussi souvent exposé au hasard sans que des ayants droit n'interviennent pour indiquer une orientation comme s'il n'y a pas de sortie possible. » Oui, la République se meurt parce qu’elle est dirigée par une administration incompétente, insouciante et corrompue. Pour un pays d’une superficie de 27,750 km2, quand il ya des bandits dans presque tout le territoire, donc que contrôle l’état? C’est un état qui n’a aucun pouvoir de contrôle, ni de convocation. Quand sur la terre héroïque de Dessalines, l’expression de violence, avec des gangs armés de connivence avec des élus, est la règle, le pays est dirigé par un État voyou en mauvais état de délinquance.

.
Prof. Esau Jean-Baptiste
younalot@yahoo.com



Articles connexes


Afficher plus [1175]