S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Promotion de la méritocratie sur la médiocratie !

Promotion de la méritocratie sur la médiocratie !



Pendant trop longtemps, dans ce climat géographique compétitif et enchanteur, transformé en un espace vital invivable, la médiocrité, la stupidité, l’insalubrité et l’indécence ont damé le pion à la sagesse, la beauté, la probité et l’intelligence.


La dernière décennie post-séisme a vu entériner, en Haïti, une ténacité entêtée dans des erreurs et des bêtises récurrentes et répétitives desquelles la population n’a tiré aucune leçon salutaire. Il est clair qu’un pays ne peut jamais remporter le jackpot à la loterie ! Le destin d’une nation se construit, se façonne et se transforme avec des hommes et des femmes de science et de conscience. Science, parce qu’il est impossible de diriger, planifier, stimuler, discuter, prévoir, comprendre, analyser, critiquer, corriger, négocier, persuader, convaincre et inspirer sans un bagage intellectuel adéquat. Conscience, dans la mesure où les vertus et les valeurs constituent les boussoles, les bases, les fondations, les références et les socles qui garantissent le respect des biens publics, la protection de la vie, la poursuite du bonheur collectif, le sens de solidarité, l’amour, la fraternité, l’équité, l’égalité, la justice...

Voilà pourquoi des icônes, des figures emblématiques, des âmes légendaires, des sommités, des leaders et des visionnaires de la trempe de Martin Luther King, Toussaint Louverture, Fidel Castro, Mère Teresa, Paul Kagame et Nelson Mandela se sont immortalisés dans le panthéon de l’histoire de l’humanité. Par leurs immenses impacts, leurs œuvres célèbres et leurs valeurs ajoutées substantielles dans l’évolution du monde civilisé et par leur culture, leur amour et leur leadership, empreints d’un savoir, d’un savoir-faire et d’un savoir-être recherchés, ces resplendissantes personnalités du passé, du présent et du futur, embaument les cœurs et les cerveaux humains. Elles sont devenues des esprits et des lumières qui éclairent et illuminent nos pensées, nos réflexions et nos actions ; elles appartiennent à l’éternité.

Le coefficient individuel est déterminant dans la consolidation et la promotion des vertus et des valeurs

Les bannières de la vertu, des acquis démocratiques et leurs corollaires, dont la paix, l’unité, la transparence, la sécurité, la justice et le bien-être collectif ne peuvent être sauvegardés, soutenus et renforcés s’ils ne trouvent des terrains fertiles que seuls les êtres censés, objectifs, de bonne foi, de culture et de vision idyllique peuvent en assurer la survie.

Aussi huilé que puisse être un système, un seul personnage peut détenir la capacité de bousiller tous ses fondements, ses bases démocratiques, ses progrès économiques, ses assises sociales et politiques. Le géant herculéen de l’Amérique du Nord en a fourni la preuve à travers les expériences antinomiques des deux derniers locataires de la Maison-Blanche.

Si le prédécesseur de l’actuel président américain, Barak Obama, détenteur des clés du Bureau ovale de janvier 2009 jusqu’en janvier 2017, savait inspirer ses collègues, ses conseillers et ses collaborateurs par sa classe, sa splendeur, la qualité et la douceur de sa communication, pour décrocher des résultats spectaculaires ; le président en fonction, Donald Trump, entêté dans des propos obscènes, conflictuels, des comportements cavaliers et des projets de zizanies, chasse dans ses parages, la compétence, la paix, la sérénité et la confiance. En raison de son comportement irresponsable dans les affaires d’État, il est à la fine frontière entre la destitution et son difficile maintien en poste pour arriver au terme de son mandat de quatre ans. En raison de la gravité des sacrilèges et des balises morales sacro-saintes immolées au cours de l’actuelle administration, la balance est même penchée beaucoup plus vers l’« impeachment » d’un élu américain qui déçoit même les plus fidèles au parti républicain.

En l’espace de deux (2) ans et demi, plus de cinquante démissions et révocations de hauts dignitaires et officiels, ont été déjà enregistrées, sous la houleuse bureaucratie de monsieur Donald Trump. Insolite !

Observant avec tristesse et amertume la gouvernance maladroite et improvisée du géant du monde, qu’ils soient démocrates ou républicains, les Américains ne cessent de ruminer à propos de Barak Obama « We Miss You, Mister President ! ».

Ainsi, les capitaines qui manœuvrent les boutons de contrôle d’un navire, susceptible de frôler, dans sa croisière, la perfection ou la déchéance, jouent un rôle crucial dans la façon et la vélocité auxquelles la barque atteindra le port. De toute évidence, si la barque avait esquivé, avec dextérité, les frappes percutantes des turbulences, des vagues et des icebergs qui se dresseraient en croix sur son chemin.

Pour mieux cerner l’importance de ce point saillant, passons succinctement en revue des conduites et des œuvres de quelques belles âmes immortelles qui ont vécu un périple terrestre étincelant, auprès des mortels comme nous, avant de léguer des héritages divins à l’humanité :

1. Le génie, des stratèges de la liberté Toussaint Louverture, Capois La Mort, Jean Jaques Dessalines, a marqué un tournant décisif dans l’histoire du monde civilisé. Ces précurseurs notoires des principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ont cristallisé, par leurs sens de justice et leur soif de liberté, des rêves tant caressés par les peuples atrophiés, humiliés et abêtis par d’autres humains qui se croyaient supérieurs, juste par des différences épidermiques. La couleur de la peau, une pure neutralité occultée par des stéréotypes, ne traduit, en effet, aucune démarcation physique ou cognitive concrète. De nombreuses nations, jadis enchainées par les jougs de l’esclavage, avaient bénéficié des expertises et des externalités positives divulguées par nos ancêtres qui ont envoûté les commandants des armées de l’Amérique latine et de la Caraïbe par leurs apports stratégiques qualitatifs à un nouveau tournant et des repères égalitaires entre les humains. Les relations maîtres-esclaves et métropole-colonie allaient dessiner des patterns totalement différents, sinon disparaitre dans certaines parties du globe. En vertu des bouleversements et des mutations dans les affaires commerciales, la geste du 18 novembre 2003 fut sur le plan politique et économique un mouvement précurseur du phénomène de « destruction créatrice », attribué à l’économiste américain Joseph Schumpeter. Même la Première Puissance économique mondiale avait goûté au fruit succulent de la soif de liberté qui animait les héros haïtiens qui avaient énormément contribué à sa remarquable victoire à Savannah, en 1779.

Aujourd’hui, les 800 « chasseurs volontaires » haïtiens panthéonisés à travers leur effigie dans des musées américains, qui se sont sacrifiés pour les Américains, pour protéger la capitale de la Géorgie, seraient heureux de voir la grande puissance envoyer l’ascenseur à leur patrie en détresse.

2. L’éminente religieuse, Mère Teresa, connue pour ses remarquables œuvres caritatives, a consacré toute sa vie à encadrer les plus démunis, soutenir les pauvres, les malades, les laissés pour compte et les mourants. Le prix Nobel de la paix de 1979 a offert ses inestimables concours et son précieux temps à l’éducation des enfants des rues, l’érection de centres d’aide familiale, des orphelinats et des écoles. Elle portait en son cœur, les séropositifs, les lépreux et les tuberculeux en leur fournissant des traitements et des soins intenses dans des hospices et des maisons d’accueil.

3. Martin Luther King, par son leadership extraordinaire, sa vision magnanime, son courage et son discours catalyseur, a enclenché des mouvements et des initiatives visant à vaincre, aux États-Unis et sur le globe terrestre, ce qu’il appelait le « Giant Triplex » : le racisme, le militarisme et le matérialisme. Cette personnalité sublime - dotée d’un cœur pur, rempli d’amour et de générosité pour tenir la plaidoirie d’une nouvelle société américaine et d’un monde nouveau, sans violence, sans discrimination, sans exclusion économique, politique et sociale – reste gravée dans les annales de l’histoire et se positionne comme une source d’inspiration intarissable pour assurer l’harmonie et la bonne gouvernance sur cette sphère aplatie aux deux pôles.

4. En vertu de son sens de justice et de jugement très poussé, le Roi Salomon a, par ses œuvres magistrales, gravé son nom en marbre dans les conventions, les chartes, les lois et les traités juridiques universels. Le jugement référentiel du sage Salomon a façonné les intuitions, les raisons, les interactions, les perceptions, les impressions, les conceptions, les aspirations, les inspirations, les harmonisations, les standardisations, les réflexions et les décisions des juges, des magistrats, des jurys et du système judiciaire en général. Si le crédit de la faculté de faire accoucher la vérité à travers des questionnements impétrants est accordé à l’immortel philosophe Socrate, via le fameux concept de la Maïeutique socratique ; le sens critique éprouvé du roi Salomon le place à la naissance originelle de cette approche dialectique fondée sur la théorie de la réminiscence.

Par leurs merveilleuses réalisations, les externalités positives qu’elles apportent et les images positives qu’elles impriment sur les esprits en quête de repère et de fierté, les figures emblématiques de l’humanité se sont immortalisées dans les galeries des patrimoines historiques, culturels et apportent des joies immenses aux admirateurs des belles œuvres, des pratiques justes et intelligibles.

Vous imaginez combien de Dany Laferrière, de Michaèlle Jean et de Samuel Pierre le Canada aurait aimé accaparer d’Haïti, afin de rehausser son image au niveau international et donner des inspirations aux scientifiques, aux écrivains et aux penseurs modernes.

Qu’il soit en développement, émergent ou industrialisé, un pays capitalise toujours sur des gouvernants avisés pour afficher des images inspirantes et motivantes aux générations présentes et futures. Cela vaut prestige, image et richesse de faire le choix judicieux de laisser le monde diriger par la méritocratie !

Carly Dollin
carlydollin@gmail.com




Articles connexes


Afficher plus [1218]