S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Henry Christophe: le monarque écartelé

Henry Christophe: le monarque écartelé



(IIe. partie)

Velléités autoritaires et solitaires sont les notes dominantes de Christophe, et pour cause, dès son arrivée au pouvoir dans le Nord, la source de sa première faiblesse imprégnée de soupçon tyrannique dont les bases furent sapées par la politique mystificatrice instaurée dans la partie de l'ouest par le mulâtre Pétion qui, en décembre 1806, on s'en souvient, avait fait adopter une constitution mettant hors la loi l'homme du Nord (qui s'y accroche).

. Mais un despotisme qu'on pourrait attribuer aussi à des antécédents de son adolescence marquée par une sorte d'orphelinat prématuré (!) puisque l'auteur n'a mentionné que son père et la solitude, la source de sa première sensibilité imprégnée de rudesse, sans que l'entourage familial (paternel) lui facilite l'expansion émotionnelle. Capitale pour tout enfant, qu'il soit garçon ou fille.

De l'expérience religieuse vécue lorsqu'il fut au pouvoir, l'auteur relève qu'après avoir senti le catholicisme (religion des anciens maîtres) comme une suspicion qui «s'oppose aux idéaux de tolérance et aux libertés individuelles», après avoir éprouvé de la répugnance à l'égard du passé expérimenté par la conscience et «d'avoir décrypté ses rapports avec le catholicisme qui lui inspirait une certaine méfiance» et, enfin, après avoir regardé la pratique de la religion comme un complexe sentiment de prudence humaine, il ne restait à Christophe que l'agréable alternative d'envisager la culture anglo-saxonne comme l'inévitable «moyen de s'affranchir de la culture française». Avec le temps, Christophe s'orienta sans brutalité vers le protestantisme, en faisant en sorte que des éducateurs anglais (les Quakers) assurent l'instruction publique dans son royaume comme moyen de construire une vision de l'histoire d'Haïti, ou pour mieux dire l'histoire du royaume du nord libérée du double fardeau de l'esclavagisme et de l'Eglise catholique. Mais selon Pérard, son personnage ne fut pas pourtant contre la religion catholique, du moins au tout début de son règne; «tant et si vrai qu'il a intégré une chapelle royale dans les plans de son palais». Il sentait un rejaillissement de la religion publique bien que dans son for intérieur il maintint le respect de la religion privée.

De la vie sentimentale et amoureuse de Christophe, Pérard nous raconte l'histoire du jeune esclave qui, après son affranchissement en 1793, avait beaucoup de goût pour l'entrepreneuriat, en fit profit d'un commerce d'animaux et dont les économies lui permirent d'acquérir l'auberge "La Couronne" de ses propriétaires étrangers. Auparavant, peu après l'éclatement, en France, de la révolution de 1789, il s'était engagé dans une gendarmerie organisée par les colons, se rendant compte qu'il n'y avait pas beaucoup d'avenir pour les noirs et les mulâtres, se ravisa, et prit le parti d'aller rejoindre les insurgés dans les bois pour allumer la flamme de la révolution dans les habitations. Plus tard, les données ayant été changées avec l'arrivée dans l'île de Sonthonax et Polverel qui, pour chasser les Anglais de Saint-Domingue, proclamaient l'égalité des droits des blancs et des noirs, Christophe à ce moment-là entra alors dans les troupes coloniales en qualité de lieutenant. Il fit tant et si bien montre d'intrépidité qu'il arriva sans tarder à se faire aimer de la fille du commandant de son régiment, lequel lui donna la main de sa fille Marie-Louise Coidavid.

Devenant commandant de la Petite-Anse, à la faveur du malheureux événement du Cap du 30 Ventôse qui amena les déboires du général Villate, il accomplit tant de prouesses qui lui permirent d'exercer une grande influence sur les insurgés qu'aucun d'entre eux n'osa attaquer le territoire qui était soumis à son commandement tant et si bien que Pérard, citant un écrivain français, résume l'aura de supériorité de Christophe, en disant: il y rétablit l'ordre bien vite dans sa juridiction, offrit une protection spéciale à tous les colons qui vivaient dans le territoire qu'il contrôlait, se vit offrir de s'associer à une grande entreprise agricole qui consistait en l'exploitation d'une bonne trentaine de sucreries du commissaire Julien Raymond, et prospéra tant que la maison de Christophe était la mieux cotée de toutes les maisons des généraux de Toussaint Louverture.

Vers la fin de 1700 et début de 1800, avec la guerre du sud (le siège de Jacmel) où Toussaint, avec l'aide de Christophe et Dessalines, réussit à battre les troupes du sud et contraint André Rigaud au retour en France, la figure de Christophe émergea à nouveau de l'histoire des vaillants militaires; étant appelé une nouvelle fois comme commandant en Chef en remplacement du général Moïse Louverture commandant de la province du Nord soumise à une recrudescence des cas de vols. Cette province était encore, pour des raisons géopolitiques, la place forte d'un Saint-Domingue qui était lié à la métropole française, avec Toussaint Louverture avant sa déportation comme gouverneur général en chef. Cumul incessant de bravoure durant sa trajectoire militaire, l'histoire de Christophe était un postulat des grands. Elle était aussi, comme cela était arrivé sous le commandement de Toussaint, une démonstration de foi, de loyauté et de caractère à toute épreuve. Là, sauf peut-être lors du complot du général Pétion contre le père fondateur de l'indépendance, la vie de Christophe est une suite à répétions qui prouve l'emploi de toute son adresse et également sa capacité pour les débats orageux.

Jean-Rénald Viélot

A suivre




Articles connexes


Afficher plus [1294]