S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le rectorat de l’UNIQ condamne l’agression dont ont été victimes deux professeurs de l’École Normale Supérieure

Le rectorat de l’UNIQ condamne l’agression dont ont été victimes deux professeurs de l’École Normale Supérieure



Le Rectorat de l’Université Quisqueya a appris avec stupeur et indignation l’agression dont ont été victimes deux professeurs de l’École Normale Supérieure le vendredi 13 mars vers 16h et l’irruption brutale et violente d’agents encagoulés de l’Unité de Sécurité Générale au Palais National (USGPN) dans les locaux de l’École.

Ceux-ci ont tiré à hauteur d’homme, lancé des grenades de gaz lacrymogène dans tous les sens, criblé de balles la voiture d’un professeur et crevé les pneus de leurs couteaux. Un professeur blessé à coups de crosse de fusil a dû être conduit à l’hôpital.

D’une violence inouïe, ces agissements totalement inacceptables sont indignes d’un régime qui se prétend démocratique. L’ensemble de la communauté universitaire exprime sa solidarité avec les personnels enseignants et administratifs de l’École Normale Supérieure, qui ont subi ces actes hautement répréhensibles et exige des explications des responsables de l’USGPN. Une telle agression ne peut demeurer impunie.

Durement frappée par la catastrophe politique et socio-économique du pays, la population vit en situation d’insécurité permanente. Si aucune sanction n’est prise contre ces agissements d’une autre époque, puisqu’ils émanent non pas de gangs armés, mais de forces de sécurité placées au plus haut sommet de l’État, il est à craindre que le chaos ne s’installe définitivement et que ne prime la violence arbitraire et aveugle, non seulement à chaque coin de rue, mais aussi dans les écoles normalement dédiées à la diffusion du savoir et à la formation de la jeunesse haïtienne.

L’Université Quisqueya proteste vivement contre une telle évolution qu’elle juge gravissime et appelle les autres institutions universitaires à se solidariser avec l’ENS pour faire barrage à toutes les formes d’arbitraire et de violence extrême dirigées contre la communauté universitaire en particulier et la population en général.

Jacky LUMARQUE
Recteur de l’Université Quisqueya




Articles connexes


Afficher plus [1344]