S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Haïti : L’incontournable transition !



Jovenel Moïse et son équipe déchue, cupide et inculte n’ont ni qualité ni légitimité pour planifier des élections honnêtes, crédibles et démocratiques.


La confiance, élément central de toute relation, est bannie et anéantie au cours de cette dernière décennie d’inepties et de péripéties au sein de la patrie endolorie. Aucune amitié ne subsiste en l’absence de confiance; aucun mariage ne fêtera des noces d’agent ni d’or si les époux ne nourrissent pas ce pacte d’un climat de confiance serein. La diplomatie, le tourisme, les échanges économiques, les jeux sportifs, les passe-temps amicaux, les jeux de poker, la loterie, les entreprises diurnes et nocturnes n’arrivent à survivre que par la confiance insufflée au milieu des acteurs, qu’ils soient protagonistes ou antagonistes.

Aujourd’hui, onze millions d’humains se sont révoltés contre un seul usurpateur, imposteur et champion des mensonges polymorphes et multicolores. Ils s’amusent avec la muse pour décliner avec dérision, dans les musées et les encyclopédies informelles, le nom du président percuté et de ses vocables dérivatifs en les associant aux mensonges effrontés. Véritable amuse-gueule pour les comédiens sans gueule de bois, citadins comme campagnards, pour offrir aux tifosis des opus en vue de les emmener dans des éclats de rire tonitruants, à gueules déployées.

Pour avoir jovenélisé la population dans la farine mille et une fois, Jovenel Moïse exhibe une peur jovenélique, pathétique, atavique, atypique et tragique au niveau des forces centrifuges et motrices du pays. Insécurité, instabilité, arrogance, impotence, incompétence, déficience, inefficience, dégénérescence ; la cacophonie, l’embolie et l’asthénie économiques s’affichent dans l’omniprésence à toutes les échelles de la vie nationale. Parallèlement, la science et la conscience sont clouées au pilori, électrocutées, massacrées et décapitées sous le règne de cette gouvernance « mazette » qui a saboté les références démocratiques, les balises socioéconomiques et les valeurs intrinsèques.

Les élections, un projet crucial pour le développement
Les élections ne sont pas un programme du genre « Chawa Pete », « Ti Sourit », « Ti Rat », « Ti-Mamoun » et « Carwash » à laisser entre les mains des champions du dévergondage qui s’émerveillent dans les gouyads et les mouvements « Plat Atè ».

Les scrutins sont décisifs pour plébisciter l’honnêteté, la dignité et la compétence aux postes stratégiques de la République. Du casec à la plus haute magistrature, les options portant sur des capitaines à siéger au gouvernail de la barque nationale doivent être libres et mûrement réfléchies. Ce ne sont pas en contrepartie de masques, ventilateurs, bokits, vases, billets rouges et billets verts que la population doit orienter son vote.

Dans ce contexte de fragilité, comme celui du post-séisme de 2011, des élections crédibles ne sont pas possibles. D’autant que des doutes et de graves accusations s’attisent quant à l’infiltration de Martine Moïse dans les cartes Dermalog, l’indexation de Jovenel Moïse dans les dilapidations des fonds du Petrocaribe et surtout la déclaration antidémocratique de l’hypocrite du serment d’Hippocrate dans le dos de la présidence qui jubile « Nous avons ce pouvoir pour 50 ans ».

Ni aujourd’hui ni demain, des élections souveraines, sans fraude, sans contestations farouches, ne sont pas faisables avec ce régime politique kwashiorkor en déconfiture qui a saboté le bien-être des onze millions d’âmes bafouées dans des promesses fallacieuses de bananes pourries. Haïti ne peut se permettre de rater une nouvelle décennie. Si carton rouge n’est pas brandi avec véhémence à ces charlatans, racketteurs et cyniques contrebandiers politiques, la santé, le loisir, l’éducation, la paix et la sécurité auront rendu les derniers honneurs pour se retrouver entre les quatre planches et à six pieds au-dessous du sol.

Adresse à la communauté internationale !

De la même façon que le sens de discernement et la clairvoyance s’attachent au trépied de la pensée critique et à l'autel de la conscience humaine, renouvelez vos alliances avec les pactes de l’autonomie et la liberté d’un pays indépendant au prix du sang. Cessez de poser vos tentacules pour désavouer cette nation historique en immisçant vos longs nez avec ingérence dans les affaires politiques du pays. Haïti sollicite de franches coopérations avec des partenaires multilatéraux et bilatéraux ; pas des impositions politiques et des assistanats économiques dédaigneux et misérables.

Cette fière nation, accouchée par césarienne par les véritables triomphateurs et icônes de la liberté - Dessalines, Toussaint, Capois et consort - est dotée de citoyennes et de citoyens de chromosomes similaires à nos vénérables ancêtres. Le pays est capable de voler de ses propres ailes, en comptant sur ses avantages compétitifs, ses ressources humaines et naturelles. Évidemment, il ne prendra pas l’option de fonctionner en vase clos. Mais, attendez qu’il fasse appel à vous au moment opportun, pour accomplir des tâches et des missions dans des champs spécifiques bien définis, selon les besoins du moment.

Halte-là avec vos dictées, vos commandes, vos propagandes et programmes prêt-à-porter. Laissez-faire les dirigeants de la transition qui devront planifier des élections, cette fois-ci, honnêtes, crédibles et démocratiques, sans imposer vos distractions et vos sélections de personnalités indignes à la tête de la nation pour nous inviter à vos diners de cons où nous serions les dindons de vos farces.

L’avenir des enfants, le bien-être des familles, l’éducation, la santé, la culture et la justice sociale devraient interpeller tout humain animé par le sens du beau et du bien. Vous avez vu, lu, entendu, compris, confirmé, certifié et attesté la nullité et l’incapacité de cette équipe politique espiègle à mener la barque au bon port. Vous avez déjà truqué le jeu, au profit de ce statuquo suicidaire, en jouant de nombreuses cartes déloyales et en sortant des pions en série, en parallèle et en diagonale, sans aucun résultat de long terme, sans succès, sans satisfaction durable; car l’échec et mat de ce régime corrompu est imminent. Vos maintes actions et exactions salvatrices dans l’intérêt de ce pouvoir aveugle, dépourvu du sens de l’altruisme intergénérationnel, ne font qu’hypothéquer l’avenir et faire durer le malin plaisir, à travers des stratégies de procrastination qui augmentent les matraquages, les décès et les crimes spectaculaires gratuits commis sans exception d’âges et de sexe.

Vous pensez détenir des pouvoirs magiques pour ressusciter un cadavre en putréfaction ? Détrompez-vous ! Car, si tel était le cas, il n’y aurait ni pleurs, ni douleurs et décès dans vos propres pays. Vous avez la noble vocation d’encadrer, d’accompagner et d’inciter vers l’atteinte de la stabilité, le succès et le bonheur. Alors, ressaisissez-vous ; faites le jeu loyal qui plait à Dieu.

Le paradoxe de la valorisation et la primauté des pets sur des humains

Vous valorisez et témoignez de l’affection pour vos chiens, vos chats, vos écureuils, vos lapins, vos « pets ». Vous les emmenez dans des parcs de loisir, vous pratiquez du sport avec eux. Vous leur payez des vétérinaires et des baby-sitters ; vous les caressez, planifiez des excursions à leurs profits, en bateau de croisière, en voiture, en avion, en hélico. Vous partez avec eux en vacance, leur faisant découvrir l’exquisité, la beauté et les merveilles à Manhattan, à Hawaii, à Dubaï, dans les Caraïbes, en Asie, en Europe.

Pourtant, vous êtes insensibles aux douleurs qui atteignent les tripes des enfants; aux peurs qui désarticulent les cerveaux des jeunes et des adultes. Vous n’exprimez aucun état d’âme face aux doutes et incertitudes qui affligent les cœurs des humains sur cette surface de 27 750 km carrés. Vous le savez, cette terre négligée a enfanté des champions, des héros et des immortels qui se sont offerts en holocaustes pour votre liberté ; juste pensez à Savannah. Vous aviez puisé et exploité, à outrance, les ressources de cette nation pour construire votre suprématie; vous avez épuisé et desséché les énergies, les ressources naturelles, économiques et financières de cette ancienne colonie juteuse ; juste méditez sur la rançon de la dette de l’indépendance. Vous avez pillé les cerveaux formés par cette nation, bourrée de génies, à travers des soi-disant programmes de migration sélective. Juste examinez les contextes des dizaines de milliers d’Haïtiens au Québec qui rehaussent votre image et apportent d’énormes valeurs ajoutées à votre système éducatif, social, économique et culturel.

Vous avez derrière vous ce qu'ont fait vos pères et devant vous ce que feront les enfants de la planète, comme le soutiendrait Victor Hugo. Alors, donnez le bon exemple. Faisons œuvre qui vaille dans le but de respecter les valeurs divines et rehausser le postulat du développement durable véhiculé dans les pensées d’Antoine de St Exupéry, préconisant : « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres ; nous l’avons empruntée de nos enfants ».

Aujourd’hui, Haïti a besoin que vous lui envoyiez l’ascenseur du développement. La source de laquelle vous avez construit image, richesse et prospérité, se tarit ; car n’atteignant jamais la nécessaire maturité de se renouveler à cause de vos insouciances et vos exploitations itératives. En attendant de relancer la partie et repenser les jeux des négociations bilatérales et multilatérales, avec de nouvelles stratégies et des interlocuteurs valables ; retournez au pays, par devoir, gratitude, conscience humaine, sens de solidarité et de fraternité, une partie des fortunes dont vous lui avez enlevées jusqu’à le ruiner, sans retenue.
Arrêtez cette pratique antidémocratique d’imposer des crapules politiques, sans vergogne, sans colonne vertébrale, sans image et sans prestige qui font aveuglément le jeu de certains prédateurs, mais l’antijeu du bien-être collectif.

À quelque chose, malheur est bon au profit des bandits

Doublement bénéficiaire de la crise covidique, ce régime cupide a vu ses vieux jours se prolonger dans la bulle officielle avec en outre des possibilités de galvauder encore et encore dans les fonds destinés à la population. Par la force de la quarantaine et des distanciations sociales, pas de Petrochallenge, pas de regroupement, pour solliciter le procès du Petrocaribe.

On les voit déjà à l’œuvre ignoble dans des mascarades en accueillant sur tapis rouges des masques en provenance de l’étranger. Ils s’octroient des satisfécits dans des pratiques kokorat de placarder leurs photos sur des vases et des bokits comme s’ils étaient véritablement des « manman et papa bon kè ». Vè kèl è ! Ces déshonorables sénateurs et députés épinglés dans les crimes financiers et humains, ces figures familiales et amicales de la présidence revenue miraculeusement en vie du coma des 6-7 juillet 2018, de février et septembre 2019, sont prêts à tout pour sortir toutes les cartes déloyales afin de récidiver dans la bulle officielle, soit leur unique espace vital.

On ne saurait leur laisser-faire une énième fois, pendant que nous croupissons dans la misère abjecte. Le ver est dans le fruit. Il faut nettoyer les écuries d’Augias en débarrassant Haïti de cette grossesse ectopique engendrée par ce dernier régime.
On se croise les doigts et on prie Dieu pour qu’Haïti soit épargnée d’une catastrophe sanitaire. Mais, que la bêtise de se laisser badigeonner par l’imposture, l’improvisation et l’usurpation s’arrête là. Punto final !

Outre les manques de préparatifs administratifs et logistiques, la Covid hypothèque un climat électoral plausible. D’ailleurs, ce CEP sans personnalité et sans dignité qui se conforte dans la sinécure officielle depuis des lustres, au frais de la princesse, et qui vendait des postes électifs aux plus offrants, doit être déguerpi d’un revers de main.
En route vers la transition !

Carly Dollin
carlydollin@gmail.com




Articles connexes


Afficher plus [1442]