S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le Core Group en Haïti: Ils ne vont pas réformer les institutions et reconstruire Haïti pour nous. Nous devons le faire.

Le Core Group en Haïti: Ils ne vont pas réformer les institutions et reconstruire Haïti pour nous. Nous devons le faire.



N'est-ce pas drôle que, les représentants des différentes ambassades en Haïti tels que: les États-Unis, le Canada, la France, l'Allemagne, etc., et les différentes organisations telles que l'ONU et l'OEA savent se former pour parler d'une seule voix concernant la crise en Haïti et nous, les Haïtiens ne savons pas comment rassembler nos têtes pour réformer les institutions et reconstruire le pays. Les Américains, les Français, les Canadiens et les différentes organisations savent qu'il ne sera pas dans leur intérêt d'envoyer des messages différents concernant Haïti. Quelle que soit leur position, ils seront unis pour la garder. Par exemple, il est clair que le président Jovenel Moise n'a pas tenu ses promesses au peuple haïtien et devrait quitter le pouvoir le 7 février 2021. Tant que le président Jovenel acceptera la volonté ou les recommandations du groupe restreint ou Core Group, ils le garderont au pouvoir jusqu'au 7 février 2022 et peut-être au-delà si possible. Nous, Haïtiens, devons réaliser que, ils ne sont pas en Haïti pour réformer les institutions et reconstruire le pays pour nous. Ils sont là pour leur propre intérêt. Nous devons prendre en main le destin de notre pays. Pour prendre le destin du pays à portée de main, les différentes élites du pays doivent cesser de se forcer et de se disputer, mais s'unissent pour former un programme qui profitera à l'ensemble du pays. Tout comme le corps humain a différentes parties qui font des choses différentes, les différentes élites doivent respecter leur vocation unique et aider dans ce qu'elles peuvent faire et non dans ce qu'elles souhaitent faire.

Les États-Unis et l'Union européenne (États-Unis et UE)

La relation entre les États-Unis et Haïti remonte à au moins 100 ans. Si nous voulons commencer pendant l'occupation américaine de 1915 à 1934. Les marines américains sont entrés à Port-au-Prince et ont commencé l'occupation de 19 ans. Des raisons telles que l'instabilité politique en Haïti et les mouvements impérialistes dans les Caraïbes par l'Allemagne ont été données par l'administration Woodrow pour entrer en Haïti. Pendant cette occupation, les présidents d'Haïti n'ont pas été directement élus, mais choisis par le Sénat haïtien sous l'autorité des forces américaines. Les forces américaines ont rencontré une grande résistance de la part de gens comme Charlemagne Peralte et Benoit Batraville. Franklin D. Roosevelt est devenu président des États-Unis en 1933 et a commencé une soi-disant politique de bon voisinage et les États-Unis sont partis en 1934. Bien que certaines personnes aient déclaré que l'occupation avait amélioré l'infrastructure du pays, mais les institutions clés telles que le gouvernement n'a vu aucune amélioration. Les États-Unis reviendraient en 1994 sous l'égide des Nations Unies pour ramener le président Jean Bertrand Aristide au pouvoir sans aucun plan majeur pour aider le pays. L'Union européenne s'implique dans la politique haïtienne depuis 20 ans si l'on prend le sommet de Rio de Janeiro au Brésil en 1999 comme référence lors de la signature des accords de relations officielles. Tout comme les États-Unis, ils n'ont résolu aucun problème majeur dans le pays.

Les Nations Unies (ONU)

Directement ou indirectement, les Nations Unies sont en Haïti depuis 1994 pour ramener le président Aristide au pouvoir. Même si les États-Unis étaient le principal acteur en 1994, mais l'ONU était là. Après le deuxième coup d’État en 2004, les Nations Unies ont pris le contrôle total de la situation. L'objectif était de stabiliser Haïti et de contribuer à faire du pays un meilleur endroit pour le peuple haïtien. Lors du tremblement de terre de 2010, les Nations Unies ont perdu des officiels en Haïti à cause de l'effondrement de leur bâtiment. L'ONU a réussi à résoudre ce problème en nommant d'autres responsables pour remplacer ses morts. Les Nations Unies ont réussi à collecter des millions de dollars pour les victimes du séisme en Haïti qui n'ont jamais été dépensés en Haïti. Les Nations Unies ont été accusées d'avoir introduit le choléra en Haïti, qui a tué au moins 10 000 personnes et touché au moins 800 000 personnes. Ils n'ont pas fait grand-chose pour nettoyer leur nom dans cet incident. L'ONU suppose être l'organisation d'experts, ils n'ont rien stabilisé en Haïti. Au lieu de stabiliser le pays, les missions des Nations Unies en Haïti ont été liées à des abus sexuels et à des violations des droits de l'homme. Le Conseil de sécurité de l'ONU et le CoreGroup n'assument aucune responsabilité pour ces actes répréhensibles.

Les organisations des États américains (OEA)

Haïti est membre de l’OEA depuis sa fondation en 1948. De 1948 à 2020, le pays a connu plusieurs coup d’État et instabilité politique. L'OEA ne semble pas en mesure de résoudre un problème majeur du pays. Ces politiciens internationaux supposent être les experts en science politique et en gestion économique. Ils vont et viennent et les problèmes du peuple haïtien restent les mêmes. Si nous regardons la situation de près. La plupart des pays de l'Organisation des États américains ont leurs propres problèmes. Dans un sens, ils ont une incertitude politique et économique et nous voulons qu'ils résolvent nos problèmes pour nous? Cela n'a aucun sens. Les États-Unis, le Mexique et le Brésil par exemple connaissent une grande crise institutionnelle dont personne ne parle. La pauvreté aux États-Unis, le crime organisé au Mexique et la corruption politique au Brésil sont aussi dangereux que le Covid-19. Ces pays n'ont pas de bonnes institutions comme les politiciens en Haïti le pensent. Selon le Legatum institute, une institution européenne de réflexion au Royaume-Uni, dans la recherche d'un bon gouvernement, de bonnes politiques sociales et de bonnes mises en œuvre économiques, seul le Canada parmi les principaux acteurs en Haïti fait partie des dix pays ayant le meilleur gouvernement au monde. Pourquoi attendons-nous encore ces gens qui ne peuvent pas s'aider eux-mêmes pour nous aider? L'organisation des États américains comme les autres a échoué en Haïti.

Cet article n'est pas un discours de haine. Je ne dis à personne de haïr la communauté internationale ou le groupe restreint ou Core Group. Je crois que nous pouvons apprendre beaucoup d'eux et reconstruire notre pays. La diaspora haïtienne qui vit dans les principaux pays du Core Group peut apprendre beaucoup et aider Haïti. Les Haïtiens d'Haïti peuvent également apprendre beaucoup par des séminaires et formations dispensées par ces pays. Je veux juste vous prouver, ils ont tous échoué en Haïti. À nous maintenant de réformer les institutions et de reconstruire notre pays. S'ils n'ont pas réussi à stabiliser le pays au cours des 30 dernières années, ils ne réussiront pas maintenant. C'est pourquoi des gens comme vous et moi devons faire ce que nous pouvons pour apporter des changements en proposant des solutions basées sur ce que nous savons.

Pour lire mes autres articles publiés dans Le National, allez sur google et tapez: Le National / Archange Deshommes

Archange Deshomms, ancien professeur des écoles publiques du comté de Miami Dade à Miami, FL USA, Certifié en sciences sociales par le Florida Department of Education, États-Unis

Adeshommes@hotmail.com




Articles connexes


Afficher plus [1496]