S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Position des professeurs de l’École Normale Supérieure

Position des professeurs de l’École Normale Supérieure



Port-au-Prince, le 7 octobre 2020

Nous, enseignants et enseignantes de l’École Normale Supérieure, condamnons avec la plus grande véhémence l’assassinat crapuleux de Grégory Saint-Hilaire dans l’enceinte même de l’École Normale Supérieure par des agents de l’Unité de Sécurité générale du Palais national (USGPN), dans la soirée du 2 octobre 2020. Pour les assassins ainsi que pour les plus hautes autorités qui les couvrent, Grégory a commis le seul « crime » d’avoir revendiqué les droits d’une génération à vivre dignement sur ce coin de terre. Le mépris permanent et l’assassinat sont le sort réservé à celles et ceux chargés de former les filles et fils d’Haïti.

Lorsque les agents de l’USGPN ont mitraillé la barrière principale de l’ENS en novembre 2019 et encore en mars 2020, des professeurs, en assemblée, avaient exprimé leurs vives inquiétudes quant à la sécurité des usagers de l’école : étudiants, personnel administratif, enseignants, si aucune suite juridique n’était donnée aux actes de barbarie perpétrés par ces agents. Surtout qu’en mars 2020 des professeurs et membres du personnel de l’école avaient été violemment agressés par des agents de l’USPGN. Ce que nous avions tant redouté s’est produit. À un peu plus d’un mois d’intervalle de l’assassinat du professeur Monferrier Dorval, bâtonnier de l’ordre des avocats, les malfrats ont à nouveau frappé l’Université.

Après l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire par les bourreaux de l’USGPN, la communauté de l’ENS a encore été frappée par l’incendie de sa bibliothèque le matin du 3 octobre. Nous dénonçons cette volonté d’anéantir toute source du savoir : l’enseignant, le livre, le lieu symbolique qu’est la bibliothèque.

Comment ne pas associer ces actes criminels aux massacres dans les quartiers populaires de la zone métropolitaine et dans différents endroits du pays ? Les commanditaires et les assassins courent les rues, agissant en toute impunité. Le régime actuel se révèle incapable d’assurer la sécurité des citoyens et de satisfaire les besoins du peuple haïtien. Il n’a donc pas sa place à la tête du pays.

Face à un appareil judiciaire lui-même défaillant et entaché de corruption, les citoyens haïtiens se sentent de plus en plus impuissants. Cependant, si nous banalisons ces actes barbares, nous renonçons à la possibilité d’une société fondée sur la justice. Il est impératif que justice soit rendue à Grégory Saint-Hilaire et à toutes les victimes tombées sous les balles assassines. Ainsi, nous demandons au rectorat de l’Université d’État d’Haïti d’assumer pleinement ses responsabilités en portant le dossier de l’assassinat de Grégory Saint-Hilaire par-devant la justice, afin que les assassins soient identifiés et punis conformément à la loi. Nous associons nos voix à celle de la direction de l’ENS pour appeler à la mobilisation continue de la communauté universitaire et de la société tout entière contre ce régime sanguinaire.

Par ailleurs, nous dénonçons avec vigueur les menaces que les partisans du pouvoir en place profèrent, par téléphone et sur les réseaux sociaux, contre les directeurs de l’ENS. De même, nous condamnons l’instrumentalisation de cette tragédie par des individus malintentionnés cherchant à faire des amalgames en associant la direction de l’ENS aux auteurs de ce crime odieux. Cette attitude malveillante n’a d’autre objectif que de casser l’élan que l’ENS tente de donner depuis des décennies à ses activités d’enseignement-apprentissage et de recherche de qualité dans un contexte de quasi-abandon par l’État haïtien. L’ENS y survivra pour assurer sa mission de former des enseignants et des chercheurs de qualité.

Le corps professoral de l’ENS présente ses sympathies à la famille et aux amis du défunt, ainsi qu’à toute la communauté de l’ENS très affectée par cette tragédie.

Pour authentification :
Achis Chéry
Nadève Ménard Louis
Rodrigue Thomas

Les signataires :
1. Achis Chéry
2. Fritz Berg Jeannot
3. Jean Waddimir Gustinvil
4. Darline Alexis
5. Alix Emera
6. Josué Muscadin
7. Nadève Ménard
8. Mathieu Pierre
9. Marie-Chantal Dumay
10. Jean Alix René
11. Junior Antoine
12. Louis Rodrigue Thomas
13. Samuel Dessources
14. Monica Lajoie
15. Kendy Valmont
16. Jasmine Césars
17. Lemète Zéphyr
18. Yves Paulo Chérestal
19. Sterlin Ulysse
20. Mibsam Jeannis
21. Sony Laurole 22. John-Fritz Thony
23. James Pierre
24. Yvesner Marcelin
25. Qualito Estimé
26. Odonel Pierre-Louis
27. Junior Charles
28. Jean Wilner Petit
29. Edès Destyl
30. Francklin Benjamin
31. Garry Jourdan
32. Emmanuel Milord
33. Gusti Gaillard
34. Eddy Saintaimé
35. Rubens Mareus
36. Jean Marie Théodat
37. Sidonis Clermont
38. Chevalie Cineas
39. Guarry Montrose
40. Antonine Phigareau
41. Cénatus Pierre
42. Jean Mary Laurent
43. Claude Calixte
44. Francis Turnier
45. Wilguens Sylvain
46. Walguen Oscar
47. Jean Kilogramme
48. Frid Bien-Aimé
49. Estive Germain
50. Vosh Dathus
51. Gerdy C. A. Nahomie Gabriel
52. Dieunel Dor
53. Luc Pierre
54. David Noncent
55. James Rudolph Saint-Cyr
56. Samuel Pierre
57. Ronel Pervil
58. Anel P. Nelson
59. Lesly Déjean
60. Lesksly Lamy
61. Michelet Clerveau




Articles connexes


Afficher plus [1655]