S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Lettre ouverte de la Communauté haïtienne du nord de la France au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian

Lettre ouverte de la Communauté haïtienne du nord de la France au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian



Suite à la décision de la France de bloquer les adoptions d’enfants haïtiens après l’horrible assassinat d’un couple de Français à Port-au-Prince en octobre 2019, beaucoup de familles françaises dont les demandes d’adoptions ont été suspendues sont dans l’angoisse. Plusieurs fois sollicité à ce sujet par des familles adoptantes du nord de la France, le président de la Communauté haïtienne du nord de la France (CHNF), le Docteur Evry Archer, a adressé une correspondance au ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, pour soulever ce problème qu’on n’hésitera pas à qualifier d’humanitaire. La CHNF a fait parvenir une copie de cette lettre au « National » que nous publions ci-après.


Monsieur Jean-Yves le Drian
Ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères
37, Quai d'Orsay
75007 Paris SP 07

Seclin, le 6 octobre 2020

Monsieur le Ministre,

J'ai l'honneur de vous informer que l'Organisation de Solidarité Internationale issue des Migrations (OSIM) - association franco-haïtienne dénommée "Communauté Haïtienne du nord de la France' (CHNF), régie par la loi du 1er juillet 1901, dont la création, le 19 février 1987, à Lille, parut au "Journal Officiel de la République française" le 9 mars 1987 - est engagée résolument, depuis plusieurs années aux côtés des couples de Français du nord de la France désireux d'adopter un enfant haïtien. Auprès des familles ayant réussi leur projet d'adoption, elle anime des réunions publiques d'informations et de prévention à visées pédagogiques et/ou de santé mentale, assure des accompagnements et des suivis dans des contextes de difficultés psychologiques des jeunes expatriés, surtout à l'adolescence. Citons aussi des renseignements sur des pratiques sociales du pays d'origine, des loisirs éducatifs d'initiation à la langue et à l'art créoles, voire quelques leçons de coiffure de cheveux crépus, par exemple. Deux ministres des Haïtiens vivant à l'étranger, Victor-Jean Généus, le 2 novembre 2006 et Daniel Supplice, le 28 juillet 2012, avaient répondu au cinéma "l'Univers", à Lille, aux questions des familles adoptantes invitées par la CHNF.

Jusqu'en novembre 2019, Haïti était l'un des principaux pays d'origine des enfants adoptés en France: le premier même en 2018 représentant 10% de l'ensemble de ses adoptions internationales. Aujourd'hui quelque deux cent cinquante dossiers de français sont en attente à l'"Institut du Bien-être Social et de la Recherche" (IBESR) d'Haïti. Celui d'un couple d'Amis d'Haïti, Pamela et Gilles, titulaires depuis le 24 janvier 2019 d'un agrément en vue de l'adoption d'un ou de deux enfants, en France ou à l'International, a été enregistré en Haïti le 9 août 2019. Ils sont accompagnés dans leur projet par l'"Organisation Autorisée pour l'Adoption" (OAA) "Ti Malice". Ces Français, membres de la CHNF, nous ont informés, tant en leur nom propre qu'en celui du tout nouveau "Collectif Adoption Haïti", de leur mobilisation en vue d'obtenir la levée de la suspension par la France des adoptions d'enfants haïtiens. La CHNF leur a manifesté son soutien, et a demandé à la diaspora haïtienne d'en faire autant, voire de participer à leur action par toutes les initiatives appropriées.

Cette suspension avait été décidée à la suite de l'assassinat en Haïti, le 24 novembre 2019, d'un couple français en procédure d'adoption. La CHNF déplore ce double crime odieux, s'incline devant les victimes tuées dans l’accomplissement de leur engagement bienveillant, et renouvelle ses condoléances à leurs proches. La mesure de suspension a été prolongée par les arrêtés du 11 mars, du 9 juin, du 31 août 2020, la date d'échéance étant aujourd'hui portée au 31 décembre 2020. Pour que la reprise des adoptions soit effective dès le lendemain de cette date, tout en préservant la sécurité des adoptants français et celle des enfants haïtiens, la qualité des premiers contacts entre l'adopté et ses futurs parents, la préparation attentive non seulement de la séparation de l'enfant de son environnement actuel, mais aussi celle de son accueil et de son développement en France, la CHNF se propose, si vous le souhaitez, Monsieur le Ministre, de vous soumettre des suggestions en temps utile, en s'inspirant de sa propre expérience, des travaux très avancés des parents adoptants réunis dans le "Collectif Adoption Haïti" et des modifications apportées, après le drame, par certains autres Etats européens dans leur procédure d'adoption pour mieux garantir la sécurité de leurs ressortissants.

Les renouvellements par la France de la suspension des adoptions prolongent la souffrance de ceux des enfants haïtiens, de plus en plus nombreux, qui subissent une situation tellement critique qu’elle aurait dû justifier, au contraire, la mise en œuvre d’un mouvement de solidarité internationale destiné à protéger les enfants les plus exposés. De plus, ils compliquent la vie de nos compatriotes français, candidats à l’adoption, qui, auparavant, acceptaient de s’engager dans cette épreuve qu'ils savaient particulièrement longue et difficile. Les orphelinats haïtiens qui ont pris le relais de certaines familles parmi les plus défaillantes sont eux-mêmes dans une situation dramatique en raison des conditions de transports et de communications liées au Coronavirus, et surtout en raison de la surdégradation économique, sanitaire et sécuritaire du pays. Ces orphelinats, surpeuplés et démunis, ont de plus en plus de difficultés à subvenir aux besoins des enfants dont ils ont la charge et à accueillir de nouveaux enfants dont les familles biologiques ne peuvent plus s’occuper. L'association suisse "Ouvre tes mains", parle même d'une "situation de vie ou de mort" et ne comprend pas l’abandon de ces enfants sur place alors que des familles sont prêtes à les accueillir en Europe.

Cette demande insistante de la CHNF que la France redonne tout de suite à ses ressortissants la possibilité d’adopter des enfants haïtiens, n’a rien d’un avis associatif impertinent et prétentieux sur les relations diplomatiques entre les deux pays ou sur la solidarité internationale en général et ne constitue pas une contribution à la recherche ni des causes historiques, récentes et/ou actuelles du marasme haïtien, encore moins ni des solutions les plus adéquates, mais, plus humblement, un appel nécessaire à une action humanitaire ponctuelle et urgente.

Je vous remercie de l'attention que vous avez bien voulu accorder à cette initiative, et vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, mes respectueuses salutations et celles de toute la communauté haïtienne du nord de la France.

Docteur Evry Archer Chevalier de la Légion d'Honneur
Président de la Communauté haitienne du Nord de la France (CHNF)
29, rue Philippe de Girard, 59113 - Seclin . 🕿 03 74 68 33 08
communautehaitinordfrance@gmail.com
Antennes locales
11, rue Georges Danton, Appt 302, 59000 - Lille
346, rue de l’Industrie, 62110 - Hénin Beaumont
2, rue Monte Cristo, 02140 - Vervins




Articles connexes


Afficher plus [1655]