S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

17 octobre commémoré: la vie et la date de naissance de Dessalines tombées aux oubliettes

17 octobre commémoré: la vie et la date de naissance de Dessalines tombées aux oubliettes



"Nou fete lanmò Desalin, men nou pa fete lavi Desalin. Se li k ba nou lendepandans. Men nou di l mèsi ak yon konplo Pon Wouj […]" Defile, Ram, carnaval 2008

Amnésie. Cette maladie chronique et héréditaire qui tue silencieusement les Haïtiens de génération en génération. Vos aïeuls qui arrivaient peut-être à peine lire souffraient cette maladie. Vous aussi. Malheureusement. Malgré vos études. N'est-ce pas l'une des causes des dérivent actuelles ? Car, dit-on, un peuple qui n'a pas la mémoire de ses ancêtres est condamné à disparaître.

17 octobre 1806. Que ce jour soit maudit ! Cette date qui n'aurait jamais dû exister. Ce jour qui nous apporte malheur, qui laisse en nous ce goût amer, ce souvenir pieux. 17 octobre devrait être un jour de deuil, et non de joie. On devrait s'en vouloir d'avoir abattu le héros qui nous a délivré de l'esclavage. Le père fondateur de la patrie haïtienne : Jean Jacques Déssalines. Ancien esclave de Champ de son état, il a pu marquer l'histoire universelle en fondant la première République Noire du monde.

Plus communément appelé Déssalines, lequel personnage historique fut couronné à titre d'empereur sous le nom de Jacques 1er le 8 octobre 1804, est né Jean Jacques Duclos le 20 septembre 1758 sur l'habitation Vye Kay, à Grande-Rivière-du-Nord (Haïti). Il a eu une vie atroce. D'ailleurs, il était un esclave de champs. Un rude travailleur qui n'a pas connu le goût du luxe.

Il a combattu lors de la Révolution haïtienne (1791-1804), en tant que lieutenant-général au service de Georges Biassou puis de Toussaint Louverture. Il devient un dirigeant de la Révolution haïtienne en tant que lieutenant principal du général Louverture. Il mène contre les colonisateurs français de nombreux combats couronnés de succès, dont la bataille de la Crête-à-Pierrot.

Après la trahison et la capture dont Toussaint Louverture fut victime en 1802 lors de l'expédition de Saint-Domingue, Dessalines devint le leader de la révolution. Devenu un temps l'allié des forces françaises, il les trahit et bat définitivement les Français à la bataille de Vertières le 18 novembre 1803. Il proclame l'indépendance d'Haïti le 1er janvier 1804 et s'auto-proclame « gouverneur-général à vie ».

C'est toute une histoire. Mais les Haïtiens n'en sont malheureusement pas conscients. Car, les livres d'histoire fabriqués par ceux-là que nous, Haitiens, avons chassés de force dans la colonie, nos anciens colons, sont les mêmes qui nous ont appris à prioriser la date de l'assassinat de l'empereur au détriment de da vie et de ses oeuvres. Ce que, malheureusement, les dirigeants haïtiens et les élites intellectuels du pays ont accepté à coeur ouvert.

Aujourd'hui, à 214 ans de la date d'assassinat de Dessalines (17 oct. 1806 - 17 oct. 2020), Haïti est encore le bastion des conflits terriens. Nous tuons, nous massacrons, nous éliminons nos frères et nos soeurs pour des portions de terre. Ce que le Père fondateur de la patrie haïtienne avait combattu après l'indépendance. On se rappelle de sa fameuse déclaration : "Et les noirs dont les pères sont en Afrique, n'auront-ils donc rien ?"

Résoudre en autres le problème foncier en Haïti, n'est-ce pas entre autre une manière de commémorer la vie de l'empereur ? N'aurions nous pas mieux fait d'embrasser ses rêves de leader, au lieu de commémorer chaque année la date de son assassinat ? De quelque façon que cela soit, notre destin est entre nos mains comme peuple. À nous et à nous seuls de le prendre à coeur.

Jim Larose




Articles connexes


Afficher plus [1655]