S'identifier Contact Avis
 
29.64° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
18e promotion de la PNH : 12 ans de loyaux services à la population

18e promotion de la PNH : 12 ans de loyaux services à la population








15 décembre 2006, la Police nationale d’Haïti a vu son effectif augmenter avec la sortie de la 18e promotion. 565 jeunes filles et garçons animés par la volonté de bien servir leur patrie ont intégré les rangs de la PNH en vue d’apporter leurs petites pierres dans la construction de ce grand édifice que représente Haïti à nos yeux. 15 décembre 2018, 12 ans déjà depuis que la 18e promotion de la Police nationale d’Haïti se met au service de la communauté dans le cadre de la mission de ladite institution qui n’est autre que protéger et servir.

Par rapport à son imposant déploiement sur presque toute l’aire métropolitaine et par rapport au moyen de circulation qu’elle utilisait pour couvrir des espaces, à la limite, jugés inaccessibles, la 18e promotion a été sympathiquement baptisée par la population “Digicel” en référence à cette compagnie de téléphonie mobile qui venait fraichement de s’installer dans le pays avec une large couverture territoriale.

Une fois sortie, la 18e promotion s’était engagée à améliorer la performance de la Police nationale d’Haïti et à surtout mettre un terme à des pratiques de corruption orchestrées de façon individuelle par certains policiers qui ternissaient l’image de cette prestigieuse institution qu’est la PNH.

Comme preuve, plusieurs automobilistes ont été recadrés, réprimandés et même arrêtés pour avoir tenté de soudoyer des agents préposés au service de la circulation routière. Dès lors, cette nouvelle attitude a inspiré beaucoup plus de respect envers les policiers. À titre de rappel aussi, la 18e est sortie dans un contexte particulièrement difficile. C’était la période où les cas de kidnapping devenaient monnaie courante. Avec courage, dévouement et conscience citoyenne, la 18e a contribué, dans une très large proportion, à une réduction significative du kidnapping ainsi que l’insécurité généralisée qui sévissait dans le pays.

Cependant, 12 ans après, les policiers de la 18e promotion sont encore agents 2, tandis que les règlements intérieurs de la Police nationale d’Haïti stipulent que le policier en fonction sera gradé tous les trois ans. Donc, un policier ayant 12 ans de service, avec un grade à son actif tous les trois ans, devrait en toute justice, être agent 4.

Où est le handicap? Aurait-il des contentieux entre la Direction générale de la Police nationale et les policiers de la 18e qui n’ont jamais été vidés? S’agirait-il d’une lenteur administrative dont la 18e serait la principale victime?

S’agirait-il d’une manoeuvre des hommes politiques qui ont des bras longs au point qu’ils parviennent à s’introduire et à s’imposer dans l’administration de la Police nationale d’Haïti qui, soit dit en passant, est apolitique? Comble du comble, s’agirait-il, d’une décision prise à partir de la manipulation de l’élite économique haïtienne ou de la recommandation de l’international pour des raisons inavouées et inavouables?

Ce sont des questions pour lesquelles nous n’avons pas de réponse.

Cependant, la 18e promotion estime que cette situation est inacceptable. Elle ne fait pas honneur à l’institution policière. Elle pourrait décourager, et atténuer le sens du devoir non seulement des policiers de la 18e promotion, mais de beaucoup d’autres policiers qui seraient sensibles à ce manque d’égard flagrant envers leurs frères d’armes. Et dans cette confusion, les criminels continuent de semer la terreur au sein de la population, profitant aussi pour s’attaquer aux gardiens de l’ordre, les tuer, les mutiler, les décapiter, les brûler vifs, comme de vulgaires “ PITIMI SAN GADÒ”. Mais, nous sommes sûrs et certains que la Police nationale d’Haïti ne tombera pas dans cette irresponsabilité caractérisée.

À cette occasion, il serait manqué à notre devoir de ne pas saluer la mémoire des policiers tombés dans l’exercice de leur fonction, principalement ceux appartenant à la 18e promotion. On se souvient de Walky Calixte, Cayot, Gérald François, Jimmy Boyard et d’autres frères d’armes qui ont payé de leur vie pour la cause de la nation.

La 18e, très sensible à la notion de la confrérie, s’est toujours montrée solidaire, les uns envers les autres, en cultivant le vivre-ensemble. C’est ainsi que nous avons toujours volé au secours des familles des policiers tombés dans l’exercice de leur fonction avec les maigres ressources dont nous disposons.

En effet, nous voulons croire que, après ce cri d’alarme, la direction générale de la Police nationale d’Haïti sera armée de courage pour rectifier ses tirs.

Vive la Police nationale d’Haïti, vive une Haïti sécurisée et prospère.

La 18e promotion de la Police nationale d’Haïti.



Articles connexes


Afficher plus [954]