S'identifier Contact Avis
 
25.99° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Entre trivialité et absurdité

Entre trivialité et absurdité








Bien sûr, les propos maladroits tenus par n’importe quel dirigeant politique affectent sous une forme ou sous une autre la vie de sa communauté. En ce sens, la déclaration de la mairesse de Lascahobas viscéralement haineuse, pleine de rancune possède en elle le germe d’un conflit interzone. Bien que le conflit en soi n’ait rien de mauvais, il est un élément générateur de changement. Si néanmoins, les acteurs savent comment saisir les opportunités.

Cependant, il est évident que c’est à la mairesse d’assumer toutes les conséquences de ses propos et non à la collectivité. Des autorités prennent le bas du caniveau. Et voilà, certains mandants innocents, naïfs guidés par leur gros bon sens s’ensuivent mais surtout celles et ceux qui se disent des intellectuels ne font pas encore montre vraiment de différence.

L’atomisation du département du Centre ne fera que grossir la misère, le déséquilibre social, l’exclusion, la marginalisation des plus démunis tout en augmentant d’autres problèmes à la longue liste. Il nous faut des individus sensés, qui ont un certain niveau intellectuel acceptable et accepté pour bien penser les décisions et voir dans l’immédiat les différentes conséquences possibles.

Il nous faut arrêter de faire de la promotion pour cette forme de spoliation dans le département en particulier et dans la société en général. Car, il est de bon droit si l’exploitation des ressources naturelles ou minières se fait dans une localité, le premier bénéficiaire des bienfaits de ce service doit être les habitants de cette localité dépouillés de leurs terres.

En fait, il est clair que les Mirebalaisiennes et Mirebalaisiens n’ont rien à voir du fait que Lascahobas souffre d’un manque d’électricité. Mais, il est de la maladresse, de la légèreté, de l’irresponsabilité, de l’inintelligence et d’un mauvais réflexe politique des soi-disant élus de la commune de Lascahobas et de la complaisance des habitants de ladite commune à s’attacher aux individus incompétents, incapables, affairistes.

Maintenant, la seule chose qu’il nous faut, c’est un refus systématique des individus crapules, ayant un passé douteux, ceux et celles qui sont prêts à faire n’importe quoi pour de l’argent et les mandants doivent savoir, l’idée de changement qu’ils exigent de l’État à leurs représentants ,d’abord, doit être au sein de la société. Ce n’est pas l’État qui donne forme à la société mais la société qui donne forme à l’État. C’est-à-dire que cette dernière précède l’État mais ce dernier est seulement responsable de la transmission des valeurs, normes, principes, lois régissant sa bonne marche. Comment peut-on expliquer que le courant électrique n’était pas passé par Petit-Fond pour alimenter Lascahobas?

Pourquoi n’y a-t-il pas au moins une sous-station électrique à Lascahobas ? Les deux grands bénéficiaires du courant électrique produit dans la commune de Lascahobas à partir du barrage de Péligre restent et demeurent la commune de Mirebalais et le Palais national. La commune de Lascahobas est doublement victime de cette situation. Plusieurs hectares de terres cultivables des paysans des trois sections communales, surtout de Lahoye, ont été immergés. Pourtant, ils ne peuvent même pas jouir pleinement des retombées positives de l’électricité. Ce qui a entrainé et entraine encore, de temps en temps, la perte des têtes de bétail, des denrées telles que : les jardins de tabac, de maïs, de pistache, de légumes etc. Sans oublier des paisibles citoyens tombés sous les balles assassines chaque fois qu’il y a une revendication pour cette cause.

Les lascahobassiennes et lascahobassiens( du centre-ville et des trois(3) sections communales et pourquoi pas tout le département du centre doivent exiger de l’électricité 24/24 sans condition et toutes les négociations doivent passer nécessairement et obligatoirement par ce point incontournable et indispensable pour la résolution définitive de ce problème récurrent.

Sachant que les trois turbines peuvent produire 54 Mégawatts de courant électrique soit 18 Mw par turbine. Selon les informations disponibles, tout le département du Centre n’a besoin que 14 Mégawatts pour son alimentation.

En définitive, le courant électrique est un gain économique pour les habitants du centre-ville de Lascahobas, il facilite les professionnels et techniciens à la réalisation de certains travaux, l’éclairage de la ville pendant la nuit réduit l’insécurité, permet le fonctionnement des discothèques, des hôtels, des restaurants etc.

Il est à reconnaitre que la politique n’est pas tout mais la politique est en tout. De ce point de vue, la politique doit mettre les moyens techniques à sa disposition pour régler ce problème une bonne fois pour toutes. Sinon, il surgira très bientôt sous d’autres formes et les dégâts seront considérables y compris les pertes en vies humaines seront encore plus douloureuses. Il est certain que les mouvements de revendication et de protestation ont toujours des répercussions négatives qui entravent l’avancement de la commune tant sur le plan sociopolitique que sur le plan économique.

Willy Joseph



Articles connexes


Afficher plus [916]