S'identifier Contact Avis
 
25.99° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’immortel Martin Luther King : ses rêves et Haïti aujourd’hui

L’immortel Martin Luther King : ses rêves et Haïti aujourd’hui








Au cours des dernières décennies, tapis rouge a été déroulé, à plusieurs reprises, pour honorer des compatriotes haïtiens qui ont étincelé les décors sportifs, culturels, universitaires et scientifiques sur la scène internationale. Aux États- Unis, au Canada, en Europe, partout sur cette planète, les Haïtiens se sont distingués et continuent l’aventure jouissive de graver les beaux esprits démocratiques du monde moderne dans plusieurs secteurs : la science, la culture, le sport, la littérature, la mode, le cinéma. Aujourd’hui, de nombreux Haïtiens tiennent allumé le flambeau de l’excellence académique dans les meilleures écoles et universités du Canada, de l’Europe, de l’Amérique latine, des États-Unis. Certains décrochent leurs grades, avec mention, au plus haut niveau (Licence, Maitrise, Doctorat) dans les meilleures universités européennes, canadiennes et américaines. Les Haïtiens pénètrent et s’asseyent fièrement dans les salons d’ Hollywood ; ils se frottent et rivalisent avec les célébrités de la NBA, de la USTA et du MLS . Ils prêtent le serment d’Hippocrate dans la langue de Shakespeare ; ils contribuent activement au nettoyage de cerveaux canadiens et américains pour leur enlever les toiles d’araignée de l’ignorance dans toutes les disciplines académiques. Ces descendants de la première République noire du monde concourent énergiquement à l’élargissement du gâteau de la richesse dans les pays voisins, à l’Hexagone, chez Oncle Sam, au pays à la feuille d’érable, etc. Ils briguent des postes électifs dans certaines provinces et États d’outre-mer, exposent des visions créatives, innovantes et exercent leur leadership avisé dans la conception et l’implémentation de politiques publiques dans des pays industrialisés.

L’intégration et l’ascension sociale et économique des Noirs en général et des Haïtiens en particulier sur les territoires de l’Oncle Sam et de nombreux autres pays occidentaux constituent l’apothéose du judicieux plaidoyer tenu avec décence, véhémence conviction, persuasion et ingéniosité par le révérend pasteur Martin Luther King au cours des années 1950 et 1960. Vu de l’extérieur, le tableau de l’émancipation et du succès haïtiens est, sur certains plans, très reluisant ; cependant, à l’interne, l’image et le prestige de la première République noire indépendante du monde sont diffamés, calomniés et dénigrés, à cause de la myopie, la petitesse, la cupidité, l’indécence et l’incompétence de ses dirigeants actuels.

L’Haïti d’aujourd’hui ne s’aligne pas avec les visions du prix Nobel de la paix de 1964

Les idéaux véhiculés dans les luttes entreprises par le révérend Martin Luther King trouvaient leur fondation, leur assise et leur motivation dans la quête constante de faire jaillir la lumière, la justice et la vérité dans toutes les sphères et toutes les actions politiques, sociales et économiques des gouvernants. Si d’un côté, on concède que les sacrifices du révérend pasteur MLK ont porté des fruits succulents tant pour les Afro-Américains que pour d’autres Noirs du globe ; d’un autre côté, on fait le constat malheureux d’un énorme sabotage de la vision divine du légendaire MLK qui combattait trois grands maux de l’humanité qu’il désigne sous l’appellation le « Giant triplex » : le racisme, le militarisme et le matérialisme.

Les fondements des revendications à caractère universel menées par le notoire leader MLK sont fissurés, disloqués et implosés dans tout pays où la corruption, les malversations et les prévarications se conjuguent dans tous les temps. De ce constat ignoble et décriant, Haïti n’en est pas épargnée. En effet, le rapport de Transparency International indexe Haïti, en 2017, comme l’un des pays les plus corrompus de la planète ; soit 157e sur 180 pays, selon l’indice de perception de la corruption. Les résultats en termes de compétitivité publiés par le Forum économique mondial sont encore plus alarmants selon l’Indice Global de la compétitivité pour l’année 2018 qui classe Haïti en 138e position sur 140 pays dans le monde. Ces faits choquants sont la résultante d’une absence de vision et de leadership couplée d’une mégalomanie et d’un matérialisme effrénés de nos dirigeants qui se complaisent à s’enrichir illicitement aux dépens de toutes les vertus sacrées qui font la promotion de la justice, la paix, la fraternité, la sécurité et la démocratie dans un monde « civilisé ».

Le régime politique actuel a vilipendé, bafoué et assassiné avec rage les idéaux du révérend MLK. Lorsque les mensonges présidentiels multicolores circulent dans les quatre points cardinaux et les quatre points collatéraux et polluent avec leurs odeurs nauséabondes tous les foyers, les écoles, les églises, les médias et les réseaux sociaux, l’Haïtien ordinaire n’est plus fier d’afficher, à gorge déployée et à coeur joie, sa propre identité. Le peuple est berné dans une série de promesses fallacieuses : l’électricité 24h/24, la construction d’un téléphérique (pour fêter la Citadelle), la construction de huit aérogares, de trois aéroports internationaux, la construction des routes, des infrastructures et blocs sanitaires, etc. À quand donc la concrétisation de ce miroitant mixage intelligent de l’eau, la terre, le soleil et les humains pour mettre de l’argent dans les poches des Haïtiens et de la nourriture dans leurs assiettes ?

Monsieur le président, l’histoire aura retenu, à votre passif et à celui de votre régime politique et de votre entourage, que vous mentez comme vous respirez ; et le peuple en a assez ! Les 6-7 juillet, le 17 octobre et le 18 novembre de l’année 2018 témoignent que vous avez déjà franchi à vive allure le stade d’une extrême incrédibilité et d’un pyrrhonisme sépulcral. Les multiples engagements insidieux, les nombreuses positions sinusoïdales, les discours présidentiels infectés de haine, de colère et de désespoir font déjà la toile de fonds des meringues carnavalesques. Accrochez-vous, ça va chauffer au cours des défoulements carnavalesques, le mois prochain. Carnaval, s’il y en aura ! La société en général s’engage à brandir promptement des cartons rouges (suivez mon regard au Parlement avec des députés, des sénateurs, au parc Sainte-Thérèse avec des jeunes, des adolescents,…) pour claironner avec des sifflets, des mégaphones, des bambous et des instruments à cordes pour vous empêcher de continuer de les abuser dans des discours vides de sens et garnis de mensonges polychromes et répugnants.

Un bilan présidentiel chaotique et ignoble qui efface et assassine les sacrifices du révérend MLK

Sont indexés dans l’entourage et dans le régime politique présidentiel, les principaux dilapidateurs et corrompus des fonds Petrocaribe. D’importants flagorneurs - dont un déshonorant ancien haut-cadre de l’État qui trahit tristement le serment d’Hippocrate et qui souille macabrement l’image de la primature - jouent déjà « anti-fair play » en détenant des discours électoraux désaxés avant le lancement officiel des « hostilités électorales » pour vanter et encourager à pérenniser l’inacceptable et l’invivable. De quel droit se donne-t-on feu vert de tenir des propos du genre « Nou gen pouvwa sa pou 30 ans » ? Où est la démocratie dans tout cela ? Par de tels discours, la présidence accélère sa chute en alimentant des suspicions sur la liberté, l’honnêteté et la crédibilité des prochains scrutins. Issue d’un accouchement programmé, le président actuel est un fils légitime de l’atavisme électoral entériné par des « animaux politiques » d’ici et d’ailleurs bien connectés et resautés avec le dispositif électoral et avec des firmes suspectes de malversations telles que Ostos & Sola.

Espérons que le PetroChallengers enfantera dorénavant des fils et des filles dignes et légitimes pour tenir des bannières Elections Challenge ou Scrutins Challenge qui sauront faire la contre-balance pour rétablir l’équilibre et la vérité dans notre société qui doit désormais prendre rendez-vous avec la paix, la sécurité, la justice, la décence, l’honnêteté et la compétence qui sont les conditions fondamentales de la création de la richesse et du développement économique.

La femme du président, la première dame de la République s’est immiscée, de concert avec le directeur de l’ONI, tête baissée, mais semble-t-il « coffre ouvert » dans des dossiers régaliens de l’État jusqu’à se donner la latitude de prendre part à la signature d’un contrat démagogique avec la firme Dermalog, a constaté la commission Éthique et anti-corruption du Sénat. Des conseillers spéciaux de la présidence et de hauts fonctionnaires sont accusés d’association de bandits et de malfaiteurs par l’ancien coordonnateur de l’EPT, Norbert Stimphile, un miraculé dont la résidence a été criblée de plus de 400 balles. Ces hommes, ayant entrées et sorties au palais à leur guise, usurpant des titres « honorables » ne jurent que par la gourmandise d’assouvir leurs intérêts mesquins et cupides, quitte à ce que des vies innocentes soient assassinées. Pourtant, la présidence résume tous les problèmes du pays à cinq péchés capitaux (Corruption x 5) et qu’il a promis de prendre des dispositions anti-impunités pour sauver le pays de cette « perdition » et cette grossesse ectopique. Monsieur JOMO, vous buvez, vous mangez avec les suspects et les inculpés, ils sont avec vous au Palais, vous êtes avec eux à leurs résidences privées mal acquises, vous dansez en privé leurs tubes carnavalesques dénigrant les femmes, les hommes de courage et la jeunesse. Avez-vous vraiment assez de bananes dans votre champ pour commander cet instrument autocorrectionnel pour la mise en branle de la machine anti-corruption en Haïti?

Le 18 novembre 2018, la présidence a piétiné les oeuvres sacrées de nos héros de Vertières ; le 18 juin 2018, la présidence a désacralisé la Dessalinienne en éclatant de rires sarcastiques face à une des nôtres incapable, malgré elle, de cantonner le refrain de ce texte magnanime qui expose notre fierté de peuple libre. Ce même jour, la présidence a encouragé avec robustesse l’indécence et l’impudicité en récompensant par une voiture, avec émotion et euphorie, les « grouillades » dévergondées d’une petite enfant âgée seulement de huit ans. L’ignorance, la cupidité, la médiocrité voire le cynisme entrent et s’asseyent confortablement et officiellement dans les salons du Palais national. Parallèlement, l’excellence académique, le savoir, le savoir-faire et l’honnêteté sont ridiculisés par les premiers mandataires de cette nation courageuse qui continue de prouver son attachement et sa croyance dans les vertus de l’éducation, du travail et de la solidarité. La présidence embauche, sans évaluation aucune, des directeurs généraux et des conseillers sans scrupule, sans de quorum, sans le sens du service public qui sont impliqués dans toutes les formes de malversations et prévarications (trafic d’influence, trafic de visas, atteinte à la pudeur, tentatives d’assassinats, …). LA PRESIDENCE ACTUELLE CRUCIFIE L’IMMORTEL MARTIN LUTHER KING.

Un bilan législatif infâme qui banalise et étouffe les rêves et les visions du révérend MLK

Messieurs les « honorables » officiels de la 50e législature, vous sapez et déstabilisez le prestige de cette noble institution dont la mission consiste entre autres à contrôler l’exécutif, à élaborer des lois visant le bon fonctionnement des institutions publiques et privées pour assurer la croissance et l’émergence économiques du pays. Au lieu de remplir vos attributions d’examiner les actions de l’exécutif, vous vous transformez - sans mesurer les conséquences des péchés administratifs graves de trafic d’influence et de conflits d’intérêts - en de francs racketteurs et des « intelligents » négociateurs de postes et de contrats au profit de vos intérêts personnels, mesquins, cupides et de ceux de vos firmes bidons.

Vous logez dans vos résidences et protégez dans vos véhicules officiels des bandits notoires qui sèment le deuil dans les familles haïtiennes et qui sont activement recherchés par la police. Certains observateurs politiques n’en sont pas étonnés en vous classant honteusement avec les bandits comme des oiseaux de même ramage et de même plumage.

Vous vous laissez arrosés, a avoué l’un de vos aînés, par des ministres et des Premiers ministres, amateurs politiques et administratifs, en acceptant des pots de vin, des postes auprès des représentations diplomatiques pour satisfaire vos seuls besoins mesquins d’accumuler piteusement de la richesse matérielle. Vous faites l’éloge de maîtriser les contours de la science politique « Haïtienne » en vous comportant comme des animaux politiques et vous claironnez dans des émissions très prisées, maladroitement à vos passifs, que dans des courses électorales « Nou tout fe ti vôlô nou ».

Messieurs les « honorables », vous contractez dans les caisses de l’administration publique des prêts faramineux sur des échéances de 50 ans, 60 ans, 70 ans alors que vous avez déjà vécu plus de la moitié d’un siècle dont certains sont même des sexagénaires. Comme si Dieu aurait fait des provisions pour des criminels financiers de défier les espérances de vie et les âges maximums dans le monde actuel, en leur octroyant la possibilité de voler, escroquer, dilapider et rester en vie jusqu’ à 120 ans, 130 ans, 180 ans. Vous avez obtenu des prêts cumulant des millions de dollars de l’Office National d’Assurance Vieillesse pour vos entreprises d’élevage et de fermes agricoles ; vous avez signé des prêts avoisinant million de dollars du Fonds d’Investissements Industriels (FDI) pour monter vos entreprises de maisons de locations de véhicules. Parallèlement, la jeunesse vive de ce pays croupit dans l’inactivité et dans un chômage rongeur. Elle ne travaille pas, elle n’a pas accès au crédit et se trouve obligée de tuer le temps en passant 16h/24 à jouer aux dominos et aux cartes en attendant de « saisir la malheureuse opportunité » de déserter la mère patrie en quête d’une illusion de mieux-être au Chili, au Brésil et à travers d’autres pays voisins.

Vous louez des véhicules de luxe au frais de la princesse qui sont surfacturés à des centaines de dollars par jour ; vous avez affermé avec exubérance des maisons que vous n’habitez même pas ; vous vous êtes ainsi comportés en vampires pour sucer tout le sang de ce peuple pourtant si fort et si courageux qui espère encore en une Haïti meilleure qui saura se débarrasser de ses faux amis et de ses traitres fils au timon des affaires. Messieurs les « honorables », vous déshonorez les oeuvres du révérend Martin Luther King.

L’international ! Honorez donc MLK en accompagnant Haïti à emprunter les sentiers du développement

Les institutions internationales, les pays de l’occident, vous ne faites pas honneur à MLK lorsque vous exploitez à outrance les ressources naturelles et les ressources humaines des pays qui peinent à se lever pour sortir du gouffre de la pauvreté. Lorsque vous imposez des crapules politiques, à l’encontre des choix populaires, afin de faire passer avec facilité vos intérêts matérialistes déchaînés, vous tuez la justice, l’équité, la paix, et tout esprit de compétitivité. Ainsi, vous tuez les rêves et les visions du pacificateur Martin Luther King.

Instaurer un jour de congé, en l’honneur de la figure emblématique mondiale de la paix, de la justice, et de l’amour est une bonne chose. Mais, il ne suffit pas de marquer la vie de cette personnalité immortelle en un jour, en gravant de nombreuses rues de son nom ou en dressant des statues à son effigie. Pour rendre un digne hommage à cette icône et pour faire preuve d’un vrai attachement à son idéal, ses rêves et sa vision dont les racines sont reliées aux écorces fertiles de la liberté, la justice, la paix, la sécurité, le bonheur, l’humilité et la dignité, les nations occidentales doivent s’atteler en toute sincérité à éradiquer la pauvreté, les injustices et les exclusions sous toutes leurs formes au sein de tout peuple, de toute nation sans distinction de couleur de la peau, de la culture et de la position géographique.

Haïti, il est temps pour nous de concrétiser les rêves du révérend MLK

L’année 2018 aura marqué un déclic radical de ce peuple traumatisé, bafoué, humilié et oublié pour sortir de sa léthargie et de sa farouche zombification. En sollicitant les funérailles de la cupidité, de la corruption, de l’indécence, des mensonges présidentiels multiformes et polychromes et des malversations et prévarications dans toutes les sphères de la vie politique et économique du pays, vous marchez dignement sur les traces du révérend Martin Luther King.

Les Afro-Américains avaient remporté de prestigieuses et exquises victoires contre les injustices politiques, économiques et sociales vers les années 1960, à travers l’association « Montgomery Improvement Association (MIA) » sous l’égide de la figure emblématique MLK. Droits de vote, droits d’intégrer des groupes politiques, droits de siéger dignement dans les espaces publics ont été accouchés des luttes non violentes et justifiées menées sous les auspices de cet immortel visionnaire de l’humanité. À travers le Petro Challenge, qui a déjà fait ses preuves en révoquant des incompétents et des arrogants, en exigeant des officiels à exprimer du respect envers les citoyens et envers les biens publics, en obligeant la présidence à assaisonner son discours des épices du respect et de la de prudence, l’espoir est donc ressuscité sur cet espace de 27 750 km carrés qui abrite onze millions d’âmes en quête de bonheur. Les discours présidentiels clôturés par un « Point barre » sont conclus après le 6-7 juillet en « Nou pale, m tande nou ». Au lendemain du 17 octobre et du 18 novembre, les tons et les sons se sont métamorphosés dans les verbes et les véhicules officiels.

À l’instar des cris strident « antiracisme, antimilitarisme et antimatérialisme » poussés par le révérend Martin Luther King, continuons de faire honneur à nos héros en sortant de notre léthargie pour brandir des pancartes et bannir la corruption, le mensonge, les malversations et les prévarications sous toutes leurs formes. Nous devons accomplir cette noble mission d’enterrer les pratiques de la corruption, de la confusion, du mensonge, de l’indécence et de la bêtise pour définitivement emprunter les voies de la justice, de la paix, de la sécurité sociale, politique, économique et du développement.

Carly Dollin



Articles connexes


Afficher plus [916]