S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Proposition en vue d’un engagement citoyen et d’une implication fructueuse des fidèles des églises dans les affaires de la cité

Proposition en vue d’un engagement citoyen et d’une implication fructueuse des fidèles des églises dans les affaires de la cité








Dans les discours officiels des responsables de la Fédération protestante d’Haïti et d’autres dirigeants d’églises, on indique souvent que les chrétiens représentent au moins 50% de la population haïtienne. Lorsque l’on considère ce que charrient les valeurs du protestantisme et la situation chaotique de notre pays qui fait face depuis des lustres à des crises en cascade sur les plans politique, économique, sécuritaire, il y a lieu de s’interroger sur l’efficacité des actions des gens d’églises qui appellent toujours à prier lorsque les choses se corsent.

Nous avons pendant longtemps déjà appelé à prier. C’est bien ! Nous avons aujourd’hui besoin d’appeler à faire aussi front commun dans l’action pour dénoncer l’injustice, la mauvaise gestion, la corruption et l’insécurité. Pas de sauvetage individuel ! Ensemble nous pouvons agir pour faire entendre nos cris face à la mauvaise gestion des autorités en place !

Les églises, les séminaires et écoles de théologie, les institutions, les médias ont un grand rôle à jouer dans l’Haïti rêvée.

C’est dans cette perspective que s’inscrit cette démarche de faire des propositions aux autorités ecclésiales en vue d’un engagement citoyen des fidèles qui pendant trop longtemps ont cru et témoigné que leur priorité est le ciel, et que la gestion des affaires de la cité revient aux autres pas à eux.

Voici une liste de quelques propositions que les leaders des églises et d’autres acteurs pourraient considérer dans cette nouvelle approche devant permettre aux gens de mieux jouer leur rôle dans un éventuel processus de leur implication dans la transformation de la nation.

Merci de faire circuler pour que le plus de dirigeants soient mis au courant ! Merci aussi d’ajouter d’autres points !

I- Dans les assemblées au niveau de la prédication et de l’enseignement :

1-Enseigner le leadership de service pour que le plus de gens soient conscients que parvenus à n’importe quelle fonction nous fait l’injonction d’être avant tout des serviteurs. Les leaders doivent être les premiers à s’offrir en modèles.

2-Promouvoir la transparence et la reddition des comptes. Souvent, dans nos églises, les gens ne rendent pas compte de leur gestion des fonds et biens communautaires mis à leur disposition. Nan kèk antite, yo konn menm panse si yo mande yo rann kont se konfyans yo pa fè yo. Ça doit changer si l’on veut combattre la corruption !

3-Avoir un plan de prédication et d’enseignement sur l’engagement à la citoyenneté et le civisme. Avant d’être un chrétien, le fidèle est un citoyen. Il a besoin de bien comprendre qu’il ou elle a une grande responsabilité vis-à-vis de sa communauté. Dieu d’ailleurs nous appelle à être de vrais gérants pour sa gloire. Nous avons pendant longtemps agi en mauvais gestionnaires de notre environnement et des ressources disponibles.

4-Prêcher sur l’estime de soi et la confiance en soi, les valeurs protestantes (travail, honnêteté, respect mutuel, respect de la propriété privée, entraide, …) pour aider les fidèles à apprendre à se valoriser et à valoriser les autres.

5-Valoriser les bonnes actions des fidèles lors des prédications et autres rencontres. Trop souvent, on vulgarise les fautes. Mais nous évitons d’applaudir les bonnes actions (sens d’hospitalité, amour du prochain, générosité, etc..) parce que nous avons peur POU YO PA VINI ÒGEYE. Si les bonnes actions ne sont pas vulgarisées, il sera difficile de s’attendre à de bonnes actions dans les communautés.

6-Avoir un plan de valorisation des talents et compétences des gens de la congrégation.

7-Mettre en place une politique de protection de l’enfance et de la jeunesse dans les églises.
8-Motiver et accompagner les jeunes à l’innovation et à l’entrepreneuriat.

9-Engager des fidèles conscients de leur rôle d’acteurs auprès des enfants à influencer (cultes spéciaux, école dominicale, etc.). Trop souvent, des gens désespérés et sans vision sont placés devant les enfants.

II - En dehors des assemblées, stratégies pour influencer les communautés

1-Chaque citoyen doit apprendre à agir en tant qu’acteur de changement partout (Pa jete fatra, evite nwizans sonò k ap deranje pwochen an, etc.).

2-Prendre part aux élections pour voter et/ou se faire élire.

3-Transformer, en plus de la mission spirituelle, les ligues ou associations de pasteurs en des espaces de réflexion sur la vie dans leurs communautés respectives. Cela permettra d’agir pour redresser ce qui peut l’être ou porter les autorités locales à assumer leurs responsabilités.

4-Prendre ou organiser des activités communes -il s’agit des églises se trouvant dans une même communauté (croisades, concerts, cliniques mobiles, campagne de nettoyage, reboisement, etc.)

5-Des campagnes de sensibilisation à des thèmes ou sujets divers peuvent être organisées au niveau des communautés pour résoudre des problèmes spécifiques.

6-Sensibiliser les citoyennes et citoyens à payer l’impôt (DINEPA, ED’H, impôts locatifs, etc.). (Pa pran priz !).

7-S’organiser aussi pour exiger des autorités des retours sous forme de service à la communauté. À ce niveau, nous parlons de tout ce que l’État doit aux citoyens (sécurité, eau potable, électricité, justice, nouvelles lois, etc.).

III- Suggestions de stratégies ou moyens pour faire entendre sa voix

1- Rédaction de circulaires ;
2- Signature de pétitions ;
3- Marches pacifiques ;
4- Envoi de correspondances ;
5- Interventions dans les médias ;
6- Conférences de presse pour dénoncer et exiger ;
7- Planification d’émissions spéciales ;
8- Journées de sensibilisation, etc.

Cette majorité silencieuse que représentent les gens des églises protestantes, si elle est consciente de son rôle et de ses responsabilités en tant qu’acteurs de changement et de transformation, il y a lieu d’espérer des jours meilleurs pour cette nation. En ce sens, la philosophie de ministère de l’Église doit être révisée et des mesures doivent être prises sérieusement.

Cette proposition en vue de l’implication responsable des citoyennes et citoyens pour une meilleure gestion des choses de la cité est le cri d’un citoyen évoluant dans le milieu.

C’est possible d’avoir un autre pays !

Sony Lamarre Joseph
Écrivain/communicologue



Articles connexes


Afficher plus [993]