Attente mortelle !

Les jours passent et se ressemblent pour les Haïtiens. Les nouvelles de personnes enlevées tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Un rythme infernal est à peine troublé par tel succès d’un artiste ou d’un écrivain du haïtien à l’étranger. À chaque fois, que nous parviennent les succès de nos compatriotes dans différents champs de compétence en médecine, génie ou même des fois en politique, cela ne manque pas de mettre du baume au cœur des patriotes meurtris d’ici et dans la diaspora. .

La victoire de la sélection féminine de football par trois buts à zéro contre la puissante sélection mexicaine fait partie des rares satisfactions d’un peuple en butte à un quotidien maléfique. Nos joueuses sont d’autant plus méritantes que nous connaissons tous les conditions souvent hasardeuses de leur préparation.  La Coupe du Monde de football et les Jeux olympiques sont en effet des compétitions de haut vol qui réclament une planification et des moyens qui sont hors de portée de nos fédérations. Nous ignorons de quoi sera faite la suite du parcours de nos Grenadières, mais compte tenu du contexte dans lequel évoluent ces jeunes athlètes, on ne peut qu’être satisfait des résultats de jeunes équipes féminines et masculines dans les différentes compétitions régionales et mondiales.

 Entretemps, bruissent dans la ville de tragiques rumeurs de mouvements de troupes appartenant à l’une ou l’autre des fédérations de gangs. Ces infanteries de l’apocalypse défient les forces de l’ordre et ruinent leur crédibilité. Ces dernières sont un exemple du caractère précaire de nos institutions. En dépit de la volonté affichée du haut commandement de la Police et de la détermination de certaines unités, la puissance de feu de ces bandes armées dépasse de loin celle des agents de l’ordre police qui ne cessent de se plaindre de leursfaibles moyens.

Il y a quelques semaines, on a annoncé l’achat d’équipements pour les forces de l’ordre. Cette information a été accueillie dans l’opinion avec un mélange de satisfaction et de scepticisme. Ceux placés pour nous servir et protéger allaient enfin avoir les moyens de leur politique ! Mais depuis, un « turbulent silence » vient ajouter à l’angoisse de nos nuits. Les gens sont impatients de voir ces nouvelles machines qui viendront dissuader les bandes armées de déambuler aussi impunément dans la ville.

Mais pas de nouvelles, ne signifie pas forcément chez nous bonnes nouvelles comme le veut le dicton. Il est vrai que pour ce genre de commande d’équipements, les « pays amis » ne prélèvent pas directement dans leurs stocks comme cela se passe bien évidemment pour l’Ukraine. Le matériel est fabriqué pour répondre aux commandes spécifiques du commanditaire, en l’occurrence ici, le gouvernement haïtien.

De plus,nous conseillent non sans  raison nos bien-aimés tuteurs : «  il faut éviter que les armes tombent aux mains des gangs ».Ce, compte tenu du peu de crédibilité de certains officiers de police, en voilà donc une évidence couplée à une ironie mordante. Ne pouvait-on pas empêcher que le pays soit aussi inondé d’armes issues de la contrebande ? Une partie du problème serait résolue en amont.

Car l’efficacité chirurgicale des services d’immigration de nos voisins, pour mettre en alerte avions et navires de guerre et empêcher la circulation illégale des personnes, n’est pas appliquée pour les armes et munitions qui sèment la mort dans nos contrées.

Le 8 juillet dernier, des promesses d’aide ont été de nouveau faites pour renforcer les capacités opérationnelles de la PNH. Depuis deux mois, on annonce à Washington comme à Port-au-Prince, de nouvelles unités capables « d’arrestations à fort impact ».Mais nous ne voyons rien venir,sinon l’insoutenable fragilité de nos policiers en faction dans nos rues.

En attendant, nous sommes fatigués d’attendre Godot ! Et ceci vaut tant pour la communauté internationale que pour nos politiques de tous bords qui font le dos rond chacun dans son coin.

Roody Edmé

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES