Rôle du LNSP dans la lutte contre le Covid en Haïti

Le Laboratoire national de santé publique (LNSP) du ministère de la Santé publique et de la Population a lancé la première session de TeleECHO Lab Haïti pour l’année 2022. le jeudi 13 janvier, sur l’application Zoom, le docteur Jacques Boncy, directeur du Laboratoire national de santé publique était invité à intervenir autour du thème: Évolution du testing dans la pandémie du Covid-19 et de l’Influenza. Cette activité a réuni des professionnels du secteur médical (médecins, travailleurs sociaux, psychologue) et se fera tous les jeudis.

L’estimation du risque dans le cadre d’une urgence sanitaire doit d’abord être faite par le bureau du ministre de la Santé publique et de la Population. Entre autres entités dans la chaîne administrative, l’unité d’urgence doit jouer sa participation en s’occupant par exemple des modalités du dispositif d’urgence et d’alerte, des mesures de mise en quarantaine des malades. Le Laboratoire national a également un rôle clé à travers le Laboratoire national de référence de la tuberculose (TBLNR) et les centres nationaux de référence, comme le Centre national de la grippe qui, entre autres, analyse les prélèvements envoyés par les laboratoires périphériques, consolident et répertorient les informations importantes au niveau national.

 

D’un autre côté, il y a les laboratoires de surveillance qui s’occupent de transmettre les données collectées à des structures internationales comme le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Ces dernières, à l’aide des données reçues, cartographient la situation en Haïti. 

Selon le docteur Jacques Boncy, à l’apparition du Covid-19 le leitmotiv était d’encourager les tests. Ce qui n’est pas sans inconvénient: la ruée vers les tests qui a amené une multiplication des marques de matériels et des problèmes d’approvisionnement dans les pays pauvres qui ont des difficultés à augmenter la capacité de diagnostic, vu le peu de personnel formé en conséquence, le manque de matériel et les problèmes de financement. 

 

Des problèmes qu’Haïti rencontre dans la lutte contre le Covid-19. Cette épidémie, ainsi que l’Influenza présente sur le territoire haïtien, provoque surtout la grippe et la fièvre. Le malade qui présente ces signes doit donc se faire tester pour avoir un diagnostic, vu la ressemblance des symptômes de ces deux maladies dont le niveau augmente à tour de rôle, recommande Jacques Boncy. 

 

Le gouvernement américain a octroyé, le 11 janvier, un lot de 39 780 doses du vaccin Pfizer à Haïti dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Les autorités haïtiennes, qui en ont fait l’annonce, ont indiqué avoir reçu cet appui à travers le programme COVAX de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), destiné aux pays vulnérables comme Haïti. Les gens ont besoin de deux doses du sérum en vue d’être entièrement vaccinés contre le Covid-19 et ses variants, ont encouragé les responsables de la santé publique. Le MSPP a promis de multiplier les démarches auprès de ses partenaires afin de rendre disponibles les vaccins sur tout le territoire national.

 

Entre collecte des données, observations, recherches sur le Covid et la sensibilisation de la population sur la prise des vaccins, les autorités continuent à combattre le virus. Cependant dans le pays, peu d’Haïtiens acceptent de se faire immuniser, doutant de l’efficacité des vaccins. Seulement 200 000 personnes se sont déjà fait inoculer deux doses de vaccin dans le paysPreuve qu'il reste encore beaucoup à faire, en matière de sensibilisation auprès de la population, de plus en plus septique, et qui se tourne vers la médecine traditionnelle.

 

Le directeur du LNSP recommande aux spécialistes de chercher à connaitre la dynamique des variants et enfin, il revient à tous d’apprendre à vivre avec le virus en Haïti et dans le monde.

 

Geneviève Rose Murdith Joseph

LAISSEZ UN COMMENTAIRE