Haïti s'enfonce dans l'insécurité chronique

Dans pratiquement toutes les zones de la région métropolitaine de Port-au-Prince, l’emprise des gangs s’accroît. Depuis plusieurs mois, les affrontements entre groupes armés rivaux sont vifs dans les communes de Croix-des-Bouquets, de Tabarre et sans parler de Martissant. En début du week-end écoulé, les habitants de Cité Soleil ont connu l'enfer en raison d'une guerre de territoire entre bandits armés. Le bilan fait déjà état de plus d'une trentaine de morts.

Si les autorités peinent à prendre des mesures visant à freiner la montée vertigineuse de l'insécurité dans le pays, les bandits de leurs côtés ne chôment pas. Au moins cinq (5) cas de kidnapping spectaculaires ont été enregistrés durant le week-end passé. Sans compter les résidents des localités comme Torcelle et Pernier  qui sont en permanence sur le qui-vive à cause des tirs sporadiques qui y résonnent.

Néanmoins, au cours de cet énième week-end noir, la Police nationale d'Haïti a marqué sa présence. Un présumé kidnappeur a été stoppé et un agent de l’ordre a été blessé, samedi 9 juillet, lors d’une opération pour tenter de déjouer un cas de kidnapping à Delmas 30. Mais les malfrats ont eu le temps de s'enfuir avec l’otage, indique le porte-parole de l'institution policière,  Garry Desrossier. Toutefois, une arme automatique, qui était en possession du caïd abattu, a été récupérée.

De plus, un individu a été tué dans des échanges de tirs avec la police qui a pu écrouer 6 autres, dans la commune de la Croix-des-Bouquets. Entre-temps, à Torcel, les policiers ont libéré 2 otages qui ont été  enlevés à Pernier, dans la commune de Pétion-ville, où un individu a été également stoppé. « Un fusil d’assaut de calibre M4 et un véhicule de marque Mazda immatriculé: AA-66835 ont été confisqués ».

Le dimanche 10 juillet, des individus lourdement armés ont kidnappé, aux environs de 11h 35, 4 personnes à l’angle des rues Capois et Cameau.


Trois des victimes, dont un enfant, étaient à bord d’un véhicule immatriculé AA 71583. La 4e est une dame qui venait de se ravitailler qui a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Elle avait des sacs de provisions au moment de son enlèvement, d'après des riverains. 

Les kidnappeurs, qui selon les informations, ressemblaient à des adolescents, étaient au nombre de cinq (5) et se trouvaient à bord d’un pick-up de couleur rouge,  toujours selon des témoins. Pour perpétrer leur forfait, ils ont tenu en joue les gens qui se trouvaient dans les parages, puis tiré en l’air pour pouvoir prendre la fuite avec les victimes. Ce qui a créé un vent de panique dans la zone. Les policiers arrivés  sur les lieux, un peu plus tard, sont repartis avec le véhicule des kidnappés.

Dans la foulée, un conflit mettant en prise, selon les informations, des hommes armés, membre du regroupement de gangs G9 et ceux partisans de Gpep, à Cité Soleil a fait au moins 30 morts, dont des membres de la population. Et une cinquantaine de blessés ont été aussi recensés, par la Mairie de cette commune, et encore la liste est loin d'être exhaustive en raison de l'opacité existant dans le fonctionnement des gangs, selon le magistrat intérimaire Jean Hislain Frédéric.

Il dit ignorer cependant, les raisons motivant ce regain de violence dans le plus grand bidonville de la capitale. M. Frédéric dit avoir contacté les autorités policières et le ministre de l'Intérieur les informant de cette tension qui s'installe dans la commune et qui poussent, déjà, bon nombre d'habitants à prendre la fuite. Mais, ils n'ont pas encore répondu, dit-il. Les résidents de Cité Soleil n'auront qu'à attendre tout comme le reste du pays, semble-t-il. 

 

Esdra Jeudy 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES