Le Gouvernement haïtien et la Banque mondiale ont signé trois accords d’un montant de 66 millions de dollars américains

0
440

Le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert, et le chef des opérations de la Banque mondiale en Haïti, Laurent Msellati, ont paraphé, le 4 aout, 3 accords d’un montant de 66 millions de dollars américains. Ces fonds seront consacrés aux secteurs de la santé et de la gestion des risques de désastres. Selon la Banque mondiale, cette initiative vise à aider le pays à faire face à ses différentes crises qui rendent l’économie encore plus vulnérable.

Ces dons expriment l’engagement de l’institution financière à poursuivre son appui à l’amélioration des conditions de santé des citoyens, notamment dans les zones affectées par le séisme de 2021. 

Selon Laurent Msellati, « Le renforcement du capital humain et l’amélioration de la gestion des risques de désastres sont deux axes essentiels du cadre de partenariat de la Banque mondiale en Haïti ». Il a poursuivi pour indiquer que « La Banque mondiale aide le Gouvernement haïtien à améliorer l’accès et la qualité des services de santé de base et appui la relance de la vaccination contre le Coronavirus ainsi que la vaccination de routine. Nous soutenons également les efforts du Gouvernement pour accroitre la résilience du pays face aux risques climatiques et sismiques à travers différents programmes d’investissement conçus pour renforcer les capacités de la population et des infrastructures à faire face à ces phénomènes ».

Dans le secteur de la santé, un financement additionnel de 35 millions de dollars américains a été approuvé le 23 mai 2022, pour le Projet de réponse à la pandémie de COVID-19 en Haïti, suivi le 16 juin par l’approbation d’un financement additionnel de $ US 20 millions pour le Projet de renforcement des soins de santé primaires et de la surveillance en Haïti (PROSYS). Enfin, le 26 mai 2022,  le Conseil d’administration de la Banque mondiale a alloué un financement supplémentaire de $US 11 millions américains pour le Projet de gestion des risques et de résilience aux aléas climatiques (PGRAC), a fait remarquer le bureau de la Banque mondiale en Haïti.

Une grande partie de ces financements additionnels représente la contribution de la Banque mondiale au Programme national de relèvement et de reconstruction de la péninsule du Sud durement frappée par le tremblement de terre du 14 août 2021, ayant causé 2 246 morts, 329 disparus, et de nombreux blessés.  L’impact économique de cette catastrophe survenue dans trois départements de la Péninsule Sud a été évalué à environ 2 milliards USD de dommages et de pertes.

Plus loin, ces fonds devront également contribuer au renforcement des capacités du pays à faire face aux éventuelles futures crises sanitaires.

En guise de rappel, les responsables ont fait savoir que lors de la conférence des bailleurs de février dernier, la Banque mondiale s’était engagée à fournir environ 200 millions de dollars américains au Gouvernement haïtien.  Avec la signature de ces trois derniers accords, la totalité de ce montant est désormais disponible pour le Gouvernement haïtien afin d’exécuter le programme dans les meilleurs délais et de compléter les interventions déjà en cours, a rassuré le Bureau de la Banque mondiale en Haïti.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES