HAÏTI- INSECURITE

Les victimes de la violence du mois de septembre

Les actes de kidnappings se sont poursuivis malgré les protestations dans le pays pour dénoncer, entre autres, la recrudescence de l'insécurité. L’emprise des gangs armés ne cesse d'atteindre des niveaux inexplicables. Même dans le silence, les gangs opèrent. A cet effet, la sécurité publique reste toujours menacée au cours du mois de septembre 2022 dans le pays. Les cas de kidnappings, viols et meurtres s'accroissent dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Entretemps, les agents de la Police nationale d’Haïti continuent de fonctionner avec les moyens du bord et n’empêchent pas les bandits de faire de nouvelles victimes de l'insécurité et du gangstérisme pour ce mois de septembre.

Depuis le début du mois de septembre, la violence des gangs armés dans le pays a semé le deuil au sein de plusieurs familles haïtiennes. Ceci révèle la fragilité de la situation sécuritaire du pays. Mise à part les affrontements entre des groupes armés pour des contrôles de territoires, qui font des victimes au sein de la population civile. Les bandes armées continuent d'opérer en toute quiétude dans la République. Elles rançonnent, kidnappent, tuent et violent tout en imposant leurs restrictions. En Haïti, les bandits ont souvent le dernier mot.

 

En effet, des bandits ont assassiné par balle RobensonLuben un policier Chaplain, le 14 septembre à Delmas 75. Le 13 septembre 2022, lors d'une opération anti-gang, trois policiers, dont un agent de la Brigade d'opération et d'intervention départementale et deux affectés à l'Unité départementale et de maintien d’ordre ( UDMO) ont été tués  à Laboule 12, commune de Pétion-ville, dans la localité de Fessard. Leurs corps ont été outragés par les malfrats. Les membres de gangs de Ti Makak sont pointés du doigt dans le cadre de ces meurtres. Pour l’heure, la direction de la Police nationale d’Haïti, qui a condamné fermemement cet acte cannibale, a promis de mener une enquête.

 

Par ailleurs, une jeune femme de 20 ans, Luciana Joseph, a été abattue par balle, le jeudi 8 septembre 2022 au Cap-Haitien, précisément à La Fossette.

 

 Le 11 septembre 2022, deux des sept journalistes qui effectuaient des reportages à Cité Soleil, zone de combats urbains entre gangs, ont été tués.

Selon certaines informations disponibles, ils étaient des journalistes de média en ligne. Frantzsen Charles, était un étudiant à lSNAC et a travaillé pour FS News. Pour sa part, Tayson Lartigue était propriétaire de Ti jennjounalis,  son média en ligne.

 

Le 3 septembre 2022, le prêtre  Lex Florival, directeur de l'école professionnel des Salésiens Don Bosco a été kidnappé dans la capitale. Les bandits avaient exigé une forte rançon en échange de sa libération.

 

Parallèlement, le  14 septembre 2022, le corps sans vie de Marie Lydie Duvivier fût retrouvée à Croix-des-Bouquets à bord de son véhicule de marque Hyundai. Elle était chargée de compte à la Digicel. Certaines informations ont laissé croire que Mme Duvivier essayait d’échapper à une tentative de kidnapping , elle a été tuée par des malfrats le 12 septembre 2022. Ces derniers étaient partis avec sa voiture y compris son corps sans vie qui ont été découverts près de deux jours après, à Noailles.

 

Bon gré malgré, l’institution continue de mener des opérations avec ses maigres moyens. De de fait, les agents de l’ordre avaient interpellé le dénommé Geles Etienne âgé de 45 ans, originaire de Saint-Marc. D’après les informations disponibles sur le compte Facebook de l’institution policière, ce dernier est un membre actif de gangs de Savien.

 

« La Police dans la commune de Léogâne, département de l'Ouest, a récupéré quatre armes à feu dont trois   fusils de calibre 12 et un révolver de calibre 38. Ces armes qui appartiennent à la Unibank ont été emportées par les pillards, lors des récentes manifestations. Parallèlement, suite aux scènes de pillage orchestrées par des individus dans des institutions publiques et privées, la Police de Saint-Marc, conjointement avec les autorités judiciaires juridictionnelles, a lancé une opération de recherche des équipements et matériels qui ont été emportés par des pillards », lit-on sur le compte Facebook de l’institution policière.

 

Suivant la direction de la Police nationale d’Haïti, lors de cette opération, la PNH, la justice de Paix et le commissaire du Gouvernement près du Tribunal de première instance de Saint-Marc ont récupéré trois motocyclettes appartenant au bureau de l'Autorité portuaire nationale (APN). Ces motocyclettes ont été emportées au cours des manifestations ayant abouti au pillage de ladite institution de l'État.

 

« La Police nationale, toujours fidèle à sa mission de protéger et servir, renouvelle sa détermination à lutter contre les actes de banditisme dans le pays. », poursuit la note disponible sur le compte de la Police nationale d’Haïti.

 

Vladimir Predvil 

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES