COP15 à Montréal : Guterres exhorte gouvernements et entreprises à intensifier leurs actions pour protéger la nature

0
190

Les gouvernements et le secteur privé doivent agir pour protéger efficacement l'environnement naturel, a déclaré mercredi le Secrétaire général António Guterres aux journalistes couvrant la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, la COP15, à Montréal, au Canada.

 

« Les écosystèmes sont devenus des jouets pour le profit. Les activités humaines dévastent des forêts, des jungles, des terres agricoles, des océans, des rivières, des mers et des lacs autrefois prospères », a-t-il déclaré. « La guerre de l'humanité contre la nature est finalement une guerre contre nous-mêmes ».

 

Des plans ambitieux nécessaires

 

Le chef de l'ONU s'exprimait en marge de la conférence, qui débuté lundi et vise à fixer de nouveaux objectifs pour la nature au cours de la prochaine décennie. Il a rappelé qu'un million d'espèces sont menacées d'extinction.

 

« Nous avons besoin que les gouvernements élaborent des plans d'action nationaux ambitieux qui protègent et préservent les dons de la nature et mettent notre planète sur la voie de la guérison », a déclaré M. Guterres.

 

« Nous avons besoin que les entreprises et les investisseurs accordent la priorité à la protection dans leurs plans d'affaires et investissent dans des méthodes de production et d'extraction durables à tous les maillons de leurs chaînes d'approvisionnement », a-t-il ajouté.

 

Le Secrétaire général a déclaré que « l'action climatique et la protection de la biodiversité sont les deux faces d'une même médaille ».

 

Réglementation et financement

 

Il a appelé à des cadres réglementaires stricts et à des mesures de divulgation qui mettent fin au « greenwashing » (écoblanchiment) et tiennent le secteur privé responsable.

 

En outre, les pays en développement doivent également avoir un accès plus direct, plus simple et plus rapide au financement dont ils ont tant besoin.

 

« Nous avons besoin que les pays développés fournissent un soutien financier significatif aux pays du Sud en tant que gardiens de la richesse naturelle mondiale après des siècles d'exploitation et de perte », a-t-il déclaré.

 

M. Guterres a également souligné la nécessité de travailler côte à côte avec les peuples autochtones, les communautés locales et les jeunes, qu'il a qualifiés de « gardiens les plus efficaces de la biodiversité ».

 

Plus tôt mercredi, le Secrétaire général a rencontré certains de ces gardiens et a écouté leurs préoccupations concernant la perte de biodiversité, ainsi que les questions connexes, en particulier les droits de l'homme.

 

Leurs témoignages « étaient tout à fait conformes au principe selon lequel les droits de l'homme doivent être au centre de tout ce que nous faisons en matière d'environnement et au centre des travaux de cette conférence », a-t-il déclaré.

 

Protection des militants

 

Le Secrétaire général a été interrogé sur la répression gouvernementale de manifestations environnementales. Se déclarant préoccupé par la persécution des militants en général, il a réitéré son message sur la primauté des droits de l'homme.

 

M. Guterres a rappelé aux journalistes qu'il avait précédemment soutenu l'importance de garantir l'espace civique et la protection des défenseurs des droits de l'homme, y compris les militants écologistes.

« Il est totalement inacceptable qu'ils soient victimes de violations des droits de l'homme et nous savons que certains d'entre eux ont été en prison, certains d'entre eux ont été menacés et même certains ont perdu la vie », a-t-il déclaré.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES