COP27 : Protéger la biodiversité, c'est protéger l'Accord de Paris sur le climat

0
235

Alors que pendant de nombreuses années, la crise climatique et la crise de la biodiversité ont été traitées comme des problèmes distincts, la réalité - comme cela a été souligné mercredi lors de la COP27 - est qu'il n'y a pas de voie viable pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C sans protéger et restaurer de toute urgence la nature. 

 

 

« Les deux doivent être considérés comme étant sur le même plan, et pas l'un plus haut que l'autre », a déclaré à ONU Info Elizabeth Mrema, Secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB), l'instrument juridique international de protection de la biodiversité ratifié par 196 nations. 

La « Journée de la biodiversité » à la COP27 à Charm El-Cheikh survient à peine deux semaines avant un rassemblement de haut niveau des États parties à la CDB à Montréal, visant à inverser la perte de biodiversité.

 

 

Quatre des principaux architectes de l'Accord de Paris de 2015, dont l'ancienne chef d'ONU Climat Christiana Figueres, ont officiellement demandé aux dirigeants mondiaux de proposer un accord mondial sur la biodiversité « ambitieux et transformateur » lors de la prochaine COP15 sur la biodiversité. 

 

« Les agendas du climat et de la nature sont liés... Ce n'est qu'en prenant des mesures urgentes pour arrêter et inverser la perte de la nature cette décennie, tout en continuant à intensifier les efforts pour décarboner rapidement nos économies, que nous pourrons espérer tenir la promesse de l'Accord de Paris », ont-ils déclaré dans un communiqué. 

Selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), la perte de biodiversité a déjà des implications importantes pour le changement climatique régional et mondial. 

 

Alors que les écosystèmes naturels jouent un rôle important dans la régulation du climat et peuvent aider à séquestrer et à stocker le carbone, la perte de forêts, l'assèchement des zones humides et d'autres dégradations de l'environnement dans le monde ont contribué de manière significative au changement climatique. 

 

Selon l'agence onusienne, les efforts visant à réduire la déforestation et la dégradation des forêts et à restaurer les écosystèmes, par exemple, pourraient contribuer à réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre. 

 

« Si nous investissons dans la nature et les infrastructures naturelles, les forêts, les récifs coralliens, les mangroves, les forêts côtières, cela nous protège des fortes tempêtes. Cela fournit un habitat aux espèces, mais cela stocke également du carbone. Cela a donc à la fois une dimension d'atténuation et une dimension d'adaptation », a déclaré à ONU Info Inger Andersen, Directrice exécutive du PNUE. 

 

Les récifs coralliens 

 

Dans le même temps, la biodiversité est affectée par les événements météorologiques et les températures extrêmes, et en particulier dans les pays en développement, en raison des ressources limitées pour les protéger. C'est inquiétant, puisque 15 des 17 pays ayant la plus grande biodiversité se trouvent dans les pays du Sud. 

 

Les effets du changement climatique sur la biodiversité sont déjà visibles, en particulier avec de nombreuses espèces animales déjà contraintes de modifier leurs schémas de migration, des plantes qui luttent pour s'adapter aux changements de température et, bien sûr, des ours polaires très vulnérables qui meurent de faim au pôle Nord en raison du manque de banquise dans un monde qui se réchauffe. 

 

Dans l'océan, les biologistes assistent à une autre tragédie alors que les récifs coralliens, qui fournissent nourriture et abri à plus de 7.000 autres espèces, meurent à cause du réchauffement et de l'acidification de l'océan. 

Lors d’un événement à la COP27, l'Ambassadrice de bonne volonté du PNUE, Ellie Goulding, a lancé une nouvelle initiative visant à protéger ces récifs coralliens. La semaine dernière, elle a mené une expédition en mer Rouge, au large de Charm El-Cheikh. 

« Il y a cette pure beauté visuelle. Lorsque vous passez avec votre masque et que vous êtes témoin de cette brillante corne d'abondance de vie marine, vous avez l'impression que toute la vie nage devant vos yeux. Et cela m'a rappelé que le corail ne couvre qu'un infime pourcentage du fond marin, mais qu'il abrite un quart de toutes les espèces marines connues », a-t-elle déclaré mercredi. 

 

Mme Goulding a rappelé aux participants que même avec un réchauffement de 1,5 °C, 70 à 90% de tous les récifs coralliens seront perdus ; ce nombre grimpe à un niveau profondément inquiétant de 99% si notre planète se réchauffe de 2,0 degrés Celsius. 

 

« C'est l'un des récifs les plus tolérants au climat au monde, et il se trouve qu'il se trouve juste ici, à vos pieds, à Charm el-Cheikh. Et ce n'est pas un récif ordinaire. C'est l'un des grands survivants de la nature et cela pourrait être la clé de la régénération d'autres récifs à l'avenir », a-t-elle expliqué. 

 

L'auteur-compositeur-interprète a déclaré qu'il était « insultant » que moins de 0,01% du financement climatique soit consacré à la protection des récifs coralliens. 

« Je demande à la communauté mondiale des dirigeants de reconnaître que les récifs coralliens sont l'un de nos plus grands atouts collectifs et d'être sérieusement ambitieux et compétitifs en matière de financement, de restauration et de protection », a-t-elle déclaré. 

 

 « Nous devons agir maintenant » 

 

Les militants autochtones, très présents depuis le début de la COP27, se sont particulièrement fait entendre mercredi, car ils sont les gardiens de la biodiversité de notre planète. 

 

« Ma communauté a été frappée par deux cyclones en un an seulement et [toute] notre ville a été complètement détruite. Nous ne voulons plus vivre comme ça. Nous avons besoin d'un espace sûr; nous avons besoin d'une planète sûre », a déclaré à ONU Info Adriana da Silva Maffioletti, une jeune militante brésilienne. 

 

Elle a ajouté qu'elle espérait que les dirigeants mondiaux écouteraient les dirigeants autochtones au lieu de les exploiter. 

 

« Les peuples autochtones ont le mode de vie le plus durable. Donc, nous devons apprendre d'eux et ne pas les mettre de côté dans ce combat. Nous protégeons plus de 80% de la biodiversité de la planète », a-t-elle expliqué. 

 

Mme Da Silva Maffioletti a souligné que son peuple devrait être la priorité numéro un dans la lutte contre le changement climatique. 

« Ce n'est pas quelque chose pour demain. Ce n'est pas quelque chose d’ici 10 ans. C'est quelque chose que nous devons faire maintenant. La crise climatique affecte et tue des gens en ce moment. Donc, nous devons agir maintenant », a-t-elle déclaré. 

 

« Nous n'allons pas abandonner ce combat. Les entreprises extractives, et même certains projets d'énergie éolienne qui ne nous ont pas consultés, affectent la Terre mère, nos sources, notre médecine », a également déclaré à ONU Info Yenilin Aurielen Lubo Bonivento, de la communauté Guayu en Colombie. 

 

Elle vient du département de Guajira, dans le nord de la nation sud-américaine, l'une des régions les plus touchées par le changement climatique dans le pays. 

L'activiste est également biologiste et elle enseigne actuellement les sciences aux jeunes filles de sa communauté. « Nous devons faire entendre notre voix, et la science, combinée à nos connaissances ancestrales, est la clé de la lutte contre le changement climatique ».

 

ONU

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES