Autour de la leçon inaugurale de Chaire UNESCO de l’UEH

Dans la journée du jeudi 17 novembre 2022, la leçon inaugurale de la Chaire UNESCO en Histoire et patrimoine de l'Université d’État d'Haïti (UEH) a été réalisée, avec la participation de plusieurs personnalités.

Dans la programmation initiale, on pouvait retenir les noms de Dominique Dupuy, ambassadeur délégué d'Haïti à l’UNESCO, Sterlin Ulysse, doyen de l’Institut d’Études et de Recherches africaines (IERAH), Michel Philippe Lerebours, président d’honneur du Conseil d’Orientation scientifique, et Kenrick Demesvar, titulaire de la Chaire UNESCO en Histoire et patrimoine.

Découvrons les grandes lignes de cette nouvelle structure académique et de recherche scientifique, en survolant les principaux points essentiels dans la communication partagée avec le responsable de la Chaire UNESCO de l’UEH.

Dans ses propos, le Dr Demesvar a fait le rappel en ce sens: “C'est l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) qui distingue deux principaux types de patrimoines : le patrimoine naturel et le patrimoine culturel. Ce dernier se subdivise en patrimoine culturel matériel et en patrimoine culturel immatériel. Ce sont autant d'éléments qui créent la diversité et peuvent enrichir le discours historique, lui donner du sens, lui servir d'illustration, mais aussi servir de ciment pour la construction et le renforcement de l'identité, tout en jouant un rôle de richesse à exploiter. »

Des questions parmi les plus pertinentes pour mieux comprendre les actions et programmations de cette structure. Quelles sont les contributions que la Chaire UNESCO en Histoire et Patrimoine de l’Université d’État d’Haïti est appelée à apporter dans la recherche et l’enseignement de ces disciplines en Haïti?

Dr Kenrick Demesvar s’exprime en ce sens: “Je voudrais rappeler que la chaire UNESCO en Histoire et Patrimoine de l'Université d’État d’Haïti est une structure de recherche et d'enseignement de nature apolitique, non confessionnelle, inclusive, ouverte à tous et à toutes sans distinction aucune. Elle a pour principale mission de proposer et de diffuser une réflexion critique sur l’Histoire et le Patrimoine. Elle a pour vocation :1. La Recherche, 2. L'enseignement (de cycle court), 3. La Diffusion,  4. Le Service à la communauté,”.

Douze axes de recherche ont été définis dans le  programme scientifique, dont   quatre axes sont retenus comme prioritaires, les autres étant transversaux, qui sont les axes prioritaires tels : Histoire et Mémoires de l'Esclavage ; enseignement de l'Histoire ; patrimoine culturel immatériel ; patrimoine archéologique.

Du nombre des principales activités définies dans le Plan d’action 2022 - 2026 de la chaire, non encore discuté avec tous les acteurs impliqués, on peut citer : 1. Activités éducatives et d'enseignement (colloques, journées d’étude, séminaires de formation notamment en été, etc.). 2. Activités de recherche (recherches documentaires dans les bibliothèques et les centres de recherche en Haïti et à l’étranger ; des recherches historiques et anthropologiques sur le terrain ; des prospections archéologiques sur le terrain en chantiers-écoles). 3. Activités de diffusion et de sensibilisation  (conférence, animations, tables rondes, expositions, célébration des journées mondiales en lien avec les axes de recherche ainsi que les journées nationales et internationales en lien à l'histoire et le Patrimoine).  4. Publications (revues et/ou bulletins, articles, ouvrages, actes de colloques, actes des journées d'étude, résultats des recherches, etc.). 

Dans cet agenda, on retient que le travail que se donne la Chaire UNESCO en Histoire et Patrimoine consiste à cogiter de nouvelles idées et à mobiliser des personnes ressources pour discuter autour de ces domaines particuliers, a fait savoir le titulaire de cette structure. Il souligne: “Cette chaire est d’abord une oeuvre d'équipe, un projet pensé et réfléchi par des intellectuels, des femmes et des hommes de bonnes volontés, soucieux de l’avenir de la recherche et de la qualité de l’enseignement de l’histoire et du patrimoine au niveau supérieur à l’UEH et dans le pays. Il s’agit de mettre à profit les ressources humaines d’Haïti disposées et disponibles, peu importe là où elles se trouvent, en Haïti bien évidemment, mais aussi dans la diaspora. Quand on sait que 85% des intellectuels d'Haïti se retrouvent en terre étrangère, il serait impensable de concevoir une telle initiative sans l'apport de ceux-là qui sont dans la diaspora. Après tout, bon nombre d'entre eux continuent de produire des réflexions sur Haïti, continuent d'être haïtiens dans l'âme. C'est pourquoi nous avons compris que la chaire devrait servir de plateforme pour diffuser les recherches qui se font en Haïti sur l’histoire et le patrimoine sur la scène internationale dans un réseau interuniversitaire. Il est essentiel de faciliter la diffusion, dans le pays, des recherches qui se font sur Haïti, à l'extérieur d’Haïti, notamment dans ces disciplines par des chercheurs haïtiens et étrangers. »

Désormais, “l'intégration de la chaire de recherche en Histoire et Patrimoine de l'UEH dans le Programme UNITWIN/Chaires UNESCO constitue un pas significatif. Ce programme qui rassemble, à ce jour, environ 860 établissements localisés dans 117 pays, encourage la coopération et la création de réseaux entre les universités au niveau international pour renforcer les capacités institutionnelles par le partage de connaissances et la collaboration. Il soutient la création de chaires UNESCO et de réseaux UNITWIN sur les grandes questions prioritaires en lien avec les domaines de compétence de l’UNESCO, à savoir l’éducation, les sciences exactes et naturelles, les sciences sociales, la culture et la communication.”, s’est félicité le responsable.

Dans ce réseau, il rappelle que : “ Les établissements d’enseignement supérieur et les instituts de recherche du monde entier mettent en commun leurs ressources, tant humaines que matérielles, pour relever les défis pressants et contribuer au développement de leur société. Dans de nombreux cas, les réseaux et les chaires servent de cellules de réflexion et permettent de rapprocher universitaires, membres de la société civile, communautés locales, chercheurs et responsables politiques. Ils ont prouvé leur utilité s’agissant d’orienter les décisions politiques, de mettre en place de nouvelles initiatives pédagogiques, de générer de l’innovation par la recherche et de contribuer à l’enrichissement des programmes universitaires existants tout en promouvant la diversité culturelle. Dans les domaines souffrant d’un manque d’expertise, les chaires et réseaux sont devenus des pôles d’excellence et d’innovation aux niveaux régional et sous-régional. En outre, ils contribuent à renforcer la coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Le travail de la chaire s'inscrit ainsi dans une démarche de renforcement des capacités individuelles, collectives et institutionnelles. »

Dans une perspective élargie, il avait fait remarquer: “C'est pourquoi nous faisons nôtre, les propositions énoncées dans le rapport de la Commission internationale sur les futures de l'Éducation intitulé Repenser nos futurs ensemble : un nouveau contrat social pour l'éducation. Ce rapport publié en 2021, sous les auspices de l'UNESCO, a démontré combien la créativité, la persévérance et l’espoir abondent dans un monde où ne cessent d’augmenter les incertitudes, la complexité et la précarité. Il examine en particulier l’avenir des questions thématiques critiques qui sont à repenser : la durabilité ; les savoirs ; l’apprentissage ; les enseignants et l’enseignement ; le travail, les aptitudes et les compétences ; la citoyenneté ; la démocratie et l’inclusion sociale ; l’éducation publique ; l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation. Pour reprendre les propos de la Directrice générale de l'UNESCO, Madame Audrey Azoulay, s'il y a une chose que ce rapport nous apprend, c'est que nous devons de toute urgence changer le cap… »

D'ailleurs, comme le disait Monsieur Achille Mbembe, Professeur de recherche en histoire et politique à l'Université de Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud, le jeudi 3 novembre 2022 dernier à l'occasion de la conférence internationale d'ouverture du 30e anniversaire du Programme UNITWIN/ Chaires UNESCO, à titre de rappel : "La complexité et l'interdépendance croissante des multiples défis du développement mondial exigent une recherche et une production de savoirs plus interdisciplinaires et davantage tournées vers l'avenir. En tant que biens communs, la science, la recherche et les données peuvent faciliter la prise de décision à tous les niveaux et orienter l’agenda et les actions politiques pour un développement plus équitable, inclusif et durable dans les années à venir" (Fin de citation).”

De nouveaux enjeux: “Avec cette nouvelle chaire, l’Université d'État d'Haïti est devenue un établissement d'enseignement supérieur innovant et concurrentiel, le 2e du pays, qui intègre ce vaste réseau inter-universitaire dynamique. Elle est devenue plus que jamais un interlocuteur crédible, capable de discuter d’Haïti auprès de l’UNESCO et des autres universités à travers le monde, dans les domaines de l’histoire et du patrimoine, de la culture finalement.”, s'était  exprimé le Dr Kenrick Demesvar, lors de la leçon inaugurale de la nouvelle Chaire UNESCO de l’UEH.

 

 

Dominique Domerçant

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES