RTPacific Contact Avis
 
22.96° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Des entreprises privées protestent contre l’insécurité

Des entreprises privées protestent contre l’insécurité



Des dizaines d’entreprises privées ont fermé leurs portes à Pétion-ville, ce jeudi 15 avril 2021, pour protester contre la recrudescence de l’insécurité dans le pays. Une décision qui appuie celle du secteur catholique, suite à l’enlèvement de 5 prêtres et de plusieurs religieux la semaine écoulée. Des banques commerciales aux entreprises de matériaux de construction, en passant par les pompes à essence, aucun service n’était disponible . Une situation qui a visiblement affecté la vie quotidienne en Haïti.

En plein cœur de Pétion-ville, les activités commerciales étaient à l’arrêt total en signe de protestation contre la recrudescence de l’insécurité. Cetet décision a été prise suite au mot d’ordre de grève lancé dans tous les établissements congréganistes, après l’enlèvement de 5 prêtres catholiques et de plusieurs religieux la semaine dernière.

Entre-temps, les bureaux de l’administration publique à Pétion-ville ont fonctionné. La Direction générale des impôts, la Mairie de Pétion-ville, le Centre de livraison de pièces d’identité ont continué à fournir des services au public.

Dans une note de presse rendue publique par l’ Association of Episcopal Haitian Clergy Living Abroad (AEHCLA), une association de ministres ordonnés de l’Église épiscopale, tous Haïtiens vivant en dehors d’Haïti, ces religieux disent être solidaires des prêtres et religieux de l’Église catholique romaine kidnappés dimanche dernier.

« Tout en exprimant notre profonde indignation face à ces actes qui vont à l’encontre des valeurs morales haïtiennes, nous demandons aux autorités chargées d’assurer la sécurité des vies et des biens d’assumer leurs fonctions. Il est inacceptable que des bandits de grand chemin empiètent ainsi sur les droits et libertés civils », lit-on dans la note.

De son côté, le secteur privé dit avoir constaté qu'en dépit de tous ses efforts pour continuer à fonctionner, créer des emplois et générer des revenus fiscaux, il est arrivé aujourd’hui à un niveau de saturation sans précédent. Il soulignent avoir fait face à une vague de kidnappings et d’insécurité devant laquelle ses membres sont impuissants, étant à la merci de bandits sans scrupules qui font la loi et dictent la vie nationale. Personne n'est à l'abri, personne ne bénéficie d'aucune protection des autorités. Où qu'il soit et quoi qu'il fasse, chaque citoyen est une cible.

Et le secteur privé juge que la Police nationale d’Haïti fait son travail avec des moyens trop faibles pour lui permettre d’assurer un minimum de sécurité. « Il est temps que les responsables de l’institution policière se mettent à l’écoute des experts et des expériences passées en matière de lutte contre la criminalité », relate le secteur privé. Les solutions existent. Il est impératif que les autorités concernées prennent les mesures adéquates afin d’éradiquer la vague de criminalité à laquelle le pays est confronté depuis trop longtemps et à côté de laquelle aucune activité durable ne peut cohabiter.

Le secteur privé s'unit pour exiger des autorités publiques concernées qu’elles prennent leurs responsabilités une fois pour toutes en faisant ce qui est nécessaire afin de permettre à la population de vivre une réalité dont seront exclus l’insécurité, le crime et le kidnapping. C’est pourquoi les associations patronales du secteur privé ont décidé de soutenir et d’encourager les entreprises à observer une journée de fermeture ce jeudi 15 avril, en signe de solidarité avec les victimes de ces actes crapuleux et leurs familles.

Toutefois, nombreux sont ceux qui croient que cette journée de paralysie peut être un moyen adéquat de lutte contre l’insécurité. Un nouveau Premier ministre est entré en fonction, le SNDDR-RVC est mis sur place, attendons de voir ce qu’apporteront les prochains jours.

Moise Saint-Eloi




Articles connexes


Afficher plus [7852]