RTPacific Contact Avis
 
29.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Des organisations de Bel’Air réclament l’intervention de l’État pour célébrer la fête de Notre-Dame du perpétuel secours

Des organisations de Bel’Air réclament l’intervention de l’État pour célébrer la fête de Notre-Dame du perpétuel secours



À l’approche de la fête de Notre-Dame du perpétuel secours, des organisations socioculturelles du quartier du Bel’Air sollicitent une intervention des autorités étatiques pour rétablir la paix dans la zone afin de célébrer, comme par le passé, cette fête traditionnelle.

Plus de deux mois après une énième détérioration de la situation sécuritaire dans les quartiers de Bel’Air et environs, les habitants de ces zones attendent toujours une intervention des forces de l’ordre pour rétablir le calme dans ce quartier historique de Port-au-Prince, symbole de la résistance populaire, saccagé par des conflits armés. Des organisations socioculturelles de cette agglomération, qui réunit des milliers d’artisans, demandent à l’État, notamment le ministère de la Culture, d’œuvrer pour faciliter la reprise des activités pour pouvoir célébrer la fête de Notre-Dame du perpétuel secours le 27 juin.

En pourparlers avec le curé de la paroisse de Notre-Dame du perpétuel secours, des notables du quartier et des représentants d’organisations se sont mis d’accord pour organiser une procession le jour de la fête. Les fidèles et les riverains de la zone entendent marcher à travers les rues pour déplorer l’insécurité qui sévit la zone, et réclamer la paix dans le plus ancien quartier de la capitale.

Des organisations socioculturelles de cette zone stratégique, située dans les hauteurs de Port-au-Prince, espèrent un cessez-le-feu pour faciliter la reprise des activités dans la zone. Elles déplorent le laxisme des autorités étatiques devant les conflits armés qui poussent les habitants du quartier à fuir leurs maisons. Elles s’interrogent sur le rôle du ministère de la Culture face à cette situation qui met en péril les artisans et leurs œuvres.

Pour ces organisations socioculturelles, il faut sauver le quartier historique de Bel’Air qui représente un patrimoine pour la région caribéenne. À en croire leurs dires, c’est l’agglomération de la Caraïbe réunissant le plus grand nombre d’artisans.

La Redaction




Articles connexes


Afficher plus [8102]