RTPacific Contact Avis
 
29.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Insécurité : les autorités annoncent des dispositions, les bandits armés opèrent tranquillement

Insécurité : les autorités annoncent des dispositions, les bandits armés opèrent tranquillement



La région métropolitaine de Port-au-Prince, particulièrement, continue d’être la proie des gangs armés. En dépit des annonces du directeur général par intérim de la Police nationale d’Haïti (PNH) appelant les forces de l’ordre à se battre contre les bandits sans foi ni loi, le 18 juin 2021, plusieurs entreprises commerciales ont subi des actes de pillage considérable au cours du week-end écoulé.

L’insécurité grandissante dans la région métropolitaine de Port-au-Prince semble n’avoir point de limite pour le moment. Du simple citoyen aux policiers chargés d’assurer la sécurité des vies et des biens, personne ne peut prétendre d’être à l’abri. Après les attaques contre plusieurs postes de police de l’aire métropolitaine faisant des victimes et l’entreprise « Behrmann Motors », il y a quelques jours de cela, les gangs armés ont continué dans leurs exactions et ceci, en dépit des dispositions prises par les autorités étatiques.

En effet, au cours du week-end écoulé, plusieurs entreprises commerciales comme « Mache Ti Tony », « Liora Food », « Kay Zo », ont été pillées. Les ravages ont commencé dans la journée du vendredi 18 juin 2021 et poursuivis encore en samedi. « Sa pa ka dekouraje n! M ap toujou travay pi rèd! #NapmacheakTitony! », a été l’une des toutes premières réactions de l’homme d’affaires, Anthony Bennett sur son compte twitter le 18 juin 2021. Le 19 juin qui suivait, M . Benett a lancé un signal de détresse sur les actes de pillages qui ne se sont pas arrêtés: « 24 è pase jis kounya y ap piye #Machetitony! #Liorafood! #Kayzo! SOS!!!».

En point de presse tenu, le 18 juin, le directeur général par intérim de la Police nationale d’Haïti (PNH), León Charles, avait appelé ses poulains à la guerre contre les malfrats qui ne cessent de terroriser la population. « Se goumen li ye fòk nou mete pye nou atè, poun afwonte lènmi an», a martelé M. Charles, arguant que l'institution est supportée par la loi. Nous avons une seule stratégie, dit-il, c’est se battre contre les bandits. D’après le commandant en chef a.i., la bataille va s’engager sur tous les fronts avec les scélérats. Ces déclarations surviennent moins d’un jour après que l’agent 1, Gasley Limage, du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO), ait été assassiné le 17 juin. Notons, le vendredi 18 juin, l’inspecteur de police Emmanuel Jeanty Silencieux a été assassiné par balle, par des bandits sur la route de Frères, à Pétion-ville.

En samedi soir, soit le 19 juin, M. Charles, dans une rencontre avec la presse en la résidence officielle du Premier ministre a.i., Claude Joseph, le DG a.i a indiqué que Jimmy Chérisier dit « Barbecue », est activement recherché par les forces de l’ordre comme suspect numéro 1 dans l’assassinat de Gasley Limage. Selon M. Charles, les bandits ont franchi une ligne rouge et la PNH se trouve en état d’alerte. Toutes les ressources sont mobilisées, dit-il, en vue de traquer les bandits. M. Charles a aussi déploré les scènes de pillage subies par certaines entreprises. Selon lui, des instructions ont été passées au niveau des forces de l’ordre pour empêcher la reproduction de tels forfaits.

Face à ce déferlement de gangs armés dans le pays, Jovenel Moïse, fraîchement revenu de son voyage en Turquie samedi, a fait savoir en dimanche 20 juin qu’il sollicite l'appui de la communauté internationale dans la lutte contre l’insécurité. Toutefois, il a précisé qu’il ne s’agissait pas de mission comme celle de la MINUSTHA. Outre cela, M. Moïse a demandé à son PM de mener une enquête sur les entreprises qui ont subi des pertes afin d’étudier toute possibilité d’accompagnement. Par ailleurs, il a rappelé que le temps de vie des bandits est d’une très courte durée.

Faut-il signaler, lors de sa prise de parole, que des détonations d’armes automatiques ont été entendues. Et, 3 semaines après que des bandits armés aient contraint plusieurs familles de Martissant à se réfugier au centre sportif de Carrefour, M. Moïse a finalement demandé publiquement à certains de ses ministres de se réunir et d’étudier les possibilités d’accompagner les déplacés.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [8102]