RTPacific Contact Avis
 
27.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les Haïtiens continuent de fuir leur pays !

Les Haïtiens continuent de fuir leur pays !



La crise globale qui secoue le pays depuis bien des lustres et qui s’est accentué il ya quelques mois n’est pas sans incidences majeures sur le fonctionnement des familles haïtiennes. Malmenés par les déboires du quotidien, ils sont toujours nombreux nos compatriotes à laisser le pays vers d'autres cieux plus cléments. Le 8 septembre, les autorités de Turk and Caicos ont refoulé une cohorte de 93 ressortissants qui tentaient d’émigrer de façon irrégulière.

Ces migrants ont débarqué sur le tarmac de l'aéroport du Cap-Haïtien et ipso facto 4 d'entre eux ont été arrêtés et écroués par les agents de la section départementale de la Direction de la Police judiciaire (SDPJ). On ignore encore les chefs d'accusation retenus contre eux.

Ils ont été interceptés le 5 septembre par les autorités Turques et Caïques après avoir quitté le pays, la veille, à bord d'une petite embarcation dans la localité de Labady, dans le département du Nord. Ils affirment vouloir fuir la misère abjecte qui mine la majorité de la population.

Parallèlement, la marine dominicaine avait affirmé avoir intercepté, le 26 aout, un autre groupe de 97 ressortissants haïtiens à bord d’une petite embarcation prenant la direction de Porto-Rico.

Parmi ces clandestins figuraient 42 femmes et 3 mineurs. 2 citoyens dominicains ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire avaient indiqué les autorités ajoutant que l’embarcation de fortune pourrait craquer sous le poids des passagers et provoquer un drame.
La précarité extrême de leurs conditions de vie a toujours le principal motif de ces illégaux qui se font accompagner fort souvent de leurs progénitures même en bas âge.

Des jeunes de tout poil fuient la misère abjecte traversant monts et vallées et des étendues océaniques pour se réfugier sous d’autres cieux. L’alma mater n’offre que peine et désolation en échange de la prime jeunesse de ceux et celles appelés à prendre en main la destinée du pays. Pour les plus désespérés, l’alternative condamnable sans doute et à bien des égards, à la migration, demeure l’intégration des gangs armés qui pullulent sur le territoire précipitant la déchéance et la déperdition d’une société qui mettra assurément beaucoup de temps à retrouver ses repères.




Articles connexes


Afficher plus [8291]