RTPacific Contact Avis
 
28.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Comme dans un pays en guerre

Comme dans un pays en guerre



L’organisation et la maitrise du marché du carburant ne sont pas encore dans l’ADN des opérateurs du secteur de distribution des produits pétroliers en Haïti. Les raretés de ces produits nécessaires au fonctionnement des ménages et des entreprises sont récurrentes. Les images des files d’acheteurs attendant la livraison de quelques gallons de carburant sont monnaie courante. Et, d’ordinaire, les pénuries sont justifiées avec des communiqués, des notes et surtout des manœuvres pour dénoncer la faute d’un des acteurs de la chaine.

Depuis quelques jours, malgré la note du Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD), qui gère l’importation des produits pétroliers en Haïti, pour rassurer le marché de leur disponibilité, la grande majorité des stations-services ne sont pas approvisionnées. Ce qui entraine automatiquement une pénurie dommageable pour les consommateurs qui n’ont pas d’autres alternatives à ces produits.

Cette nouvelle pénurie, comme il fallait s’y attendre, est la conséquence directe du regain d’activité des gangs dans la région métropolitaine de Port-au-Prince depuis une semaine. En effet, pour réclamer justice en faveur du défunt président Jovenel Moïse et pour obliger le Premier ministre Ariel Henry à quitter la Primature, le G9 an fanmi e alye, transformé en forces révolutionnaires, a délibérément choisi la stratégie d’assiéger le pays en bloquant stratégiquement l’accès à certains services essentiels pour le pays.

Ainsi, le terminal de Martissant est fermé depuis les 5 juillet 2021 ; le terminal de Varreux est dans l’incapacité de livrer depuis le 1er septembre 2021. Le seul terminal encore accessible est celui de Thor, mais il est en rupture de stock à répétition à cause de l’engorgement provoqué par la fermeture des autres sites.

Ces informations ont été fournies par l’Association des professionnels du pétrole (APPE) dans une lettre adressée le 7 septembre 2021 au ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Rockfeller Vincent. L’APPE explique que : « cette situation pénalise les compagnies pétrolières, leurs clients et le pays, car les ruptures de stock entravent l’ensemble de l’activité économique et créent des situations de tensions extrêmes aussi bien dans les terminaux pétroliers où les chauffeurs de camion se livrent à toutes sortes de pressions pour être chargés avant les autres que dans les stations-services dans lesquelles éclatent régulièrement des bagarres entre clients qui attendent pendant des heures avant d’être servis ; ce qui met en danger aussi bien le personnel des stations que les équipements des stations qui sont fréquemment vandalisés ».

Il est évident que cette situation risque de perdurer, puisque le numéro 1 du G9, Jimmy Cherizier, a revendiqué sa stratégie de continuer à bloquer l’accès au terminal de Varreux qui est le plus grand site de stockage des produits pétroliers du pays (environ 70 % de la capacité totale). Il ne s’agit plus de menaces, mais d’actions politiques ou criminelles délibérées et bien coordonnées. Dans sa lettre au ministre de la Justice et de la Sécurité publique, l’APPE sollicite l’aide des autorités pour rétablir le fonctionnement sécurisé de la chaine de distribution des produits pétroliers. « Les compagnies pétrolières et les compagnies opérant les terminaux travaillent dans des conditions de sécurité très dégradées et sont à la limite de ce qu’elles peuvent faire pour assurer la sécurité de leurs personnels, de leurs installations et pour continuer à de ravitailler leurs clients et permettre ainsi le fonctionnement de l’économie du pays », conclut la lettre.

La Rédaction




Articles connexes


Afficher plus [8291]