RTPacific Contact Avis
 
27.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Insécurité grandissante à Cap-Haïtien

Insécurité grandissante à Cap-Haïtien



Le vent de l'insécurité souffle sur la deuxième ville du pays. En moins d'une semaine, plusieurs cas de braquages ont été enregistrés, causant la mort d'une personne. Une autre a été grièvement blessée.

Le curé de la paroisse de Robillard, une localité de la commune de Plaine du Nord, révérend père André Sylvestre a été assassiné le lundi 6 septembre dernier lorsqu'il venait d'effectuer une transaction dans une banque commerciale à la rue 11 A à Cap-Haïtien.
Les malfrats, qui ont pris la fuite après avoir commis leur forfait, n'ont pas pu partir avec le sac de la victime.

Un crime qui a soulevé l'indignation de la communauté catholique dans le département du Nord, particulièrement les fidèles catholiques de Robillard et de Plaisance du Nord où le curé a été en poste pendant plusieurs années.

Dans la soirée du dimanche 12 septembre 2021. Sabine Decius, 28 ans, a été victime d’un braquage à la rue 13 A et B, par des bandits armés qui, face à son opposition, ont logé deux projectiles dans son ventre. Les bandits l'ont dépouillé de son sac avant de prendre la fuite.

Interrogés par Le National sur la montée de l'insécurité, des citoyens ont dénoncé la passivité des autorités policières dans la ville arguant qu’elles n'ont rien fait pour que les vies et les biens des citoyens soient protégés: « entre les rues 10 A et 18 A sont logés la majorité des banques commerciales et de grandes entreprises privées, le commissariat principal de la ville du Cap-Haïtien se situe presque au même endroit, comment de tels actes peuvent-ils être posés sous les yeux de la police », ont demandé des Capois.

Selon eux, la multiplication des actes de banditisme à Cap-Haïtien est possible non seulement par le manque de leadership de nouveau directeur départemental Nord de la PNH, le commissaire Frantz Mathurin, mais aussi par le transfert en masse des 113 agents de l'Unité départementale du maintien d'ordre (UDMO). Ce qui affecte le moral des agents de l'ordre.

Face à cette remontée de l'insécurité, les Capois demandent aux autorités concernées d'assumer leur responsabilité afin de fermer la vanne.

Il importe de souligner qu'en moins de 10 mois, le département du Nord a épuisé 5 directeurs départementaux de Police.

L'actuel directeur départemental Frant Mathurin est précédé de Jean Bazelais Bornelus, Julien Jean Claude, Jean Louis Paul Ménard et Eddy Sylvain.




Articles connexes


Afficher plus [8272]