RTPacific Contact Avis
 
27.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Ariel Henry arrive à faire signer son accord

Ariel Henry arrive à faire signer son accord



Pendant le mandat du défunt président Jovenel Moise, le Palais national espérait mettre autour d’une table tous les acteurs de la crise qui avait compromis un climat apaisé de gouvernance. Le pays a encore en mémoire la tentative d’Henry Céant alors qu’il était le locataire de la Primature. Il aura fallu l’amplification de la crise avec l’assassinat de Jovenel Moïse et l’absence de provision constitutionnelle pour combler le vide sans gymnastique politique pour arriver à un accord proposé et piloté par l’actuel Premier ministre Ariel Henry.

Dans les tuyaux depuis quelques jours, l’accord proposé par le Premier ministre « Pour une gouvernance apaisée et efficace de la période intérimaire » a été signé à la résidence officielle du Premier ministre à Bourdon, les samedi 11 et dimanche 12 septembre 2021. Ce, en éclipsant celui qui a été élaboré à la conférence citoyenne de la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise.

« Le présent Accord politique est conclu en vue de créer un environnement sûr, stable, propice pour une gouvernance apaisée de la période intérimaire et d’organiser des élections inclusives, transparentes et impartiales devant conduire au retour à un fonctionnement normal des institutions démocratiques.

Les signataires de l’Accord politique réaffirment leur attachement aux valeurs démocratiques et républicaines, et rejettent la violence comme moyen d’expression politique, privilégiant le dialogue et la concertation pour régler les différends surtout en matière politique », peut-on lire au premier article de cet accord politique extrêmement ambitieux qui confirme un pouvoir monocéphale avec Ariel Henry à sa tête.

Plusieurs structures de l’opposition radicale au pouvoir de Jovenel Moïse ont été parmi les premières organisations à se présenter à la résidence du Premier ministre pour signer, avec ce dernier, l’Accord politique pour une gouvernance apaisée et efficace. Ces organisations politiques, dont le Secteur démocratique et populaire (SDP), la Fusion des sociaux-démocrates, INITE, INIFOS, Ansanm nou fò et Force louverturienne réformiste étaient déjà parties prenantes du Protocole d’entente nationale (PEN). Ces structures ont signé le samedi 11 septembre 2021.

Le PHTK, parti qui a porté au pouvoir Jovenel Moïse, MTVAyiti, fondé et dirigé par le meilleur ennemi de Jovenel Moïse avant sa mort, et NOULHA, du Dr Gerald Gilles dissident de Fanmi Lavalas, ont adhéré au document, en le paraphant, le dimanche 12 septembre 2021.

Plusieurs autres structures politiques sont susceptibles de rejoindre le camp des signataires malgré la situation délicate du Premier ministre Ariel Henry sous enquête judiciaire pour son implication présumée dans l’assassinat de Jovenel Moïse et qui doit aussi faire face à des manifestations d’hommes armés se réclamant du G9 an fanmi e alye ainsi qu’à un lever de bouclier de proches de l’ex-président occupant encore des fonctions importantes dans le pouvoir représenté par Ariel Henry.

Toutefois, sauf revirement spectaculaire de la situation, Fanmi Lavalas, Pitit Desalin seront parmi les grands absents. Le parti Ayiti An Aksyon (AAA) de Youri Latortue, membre actif et influent de l’opposition, et pressenti pour parapher l’accord, a finalement renoncé à passer à l’acte. Dans un tweet dans la soirée du 11 septembre 2021, Youri Larourtue a expliqué les raisons de sa réticence : « J’ai proposé au PM Ariel Henry un plan sécuritaire basé sur une unité anti-terroriste (avec résultats majeurs en 3 mois) dans le cadre d’un accord politique inclusif. Son refus m’a empêché de signer l’accord. Ne nous décourageons pas. Les amateurs devront finir par nous écouter ».

Les jours à venir seront déterminants pour la mise en œuvre de cet accord et permettront peut-être de lever le voile sur les intérêts cachés derrière les motivations des acteurs. L’enjeu est de taille puisque l’Accord « Pour une gouvernance apaisée et efficace de la période intérimaire » prévoit, dans la section consacrée à la mission du Gouvernement, un ensemble de 25 points allant de la création d’un climat sécuritaire à la réalisation d’élections générales en passant par le procès des crimes de sang et financiers, la reforme constitutionnelle, la relance de la production nationale, entre autres. Aussi, il est prévu d’installer un nouveau cabinet ministériel et de mettre en place un Conseil électoral provisoire, suivant l’esprit de l’article 289 de la Constitution.

La Rédaction




Articles connexes


Afficher plus [8272]