RTPacific Contact Avis
 
27.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Des militants tirent à boulets rouges sur l'accord signé entre Ariel Henry et les partis politiques

Des militants tirent à boulets rouges sur l'accord signé entre Ariel Henry et les partis politiques



Si l'accord signé entre les responsables des 169 organisations politiques du pays et le Premier ministre Ariel Henry est un motif de satisfaction pour plusieurs personnes et groupements politiques, il ne fait pas cependant l’unanimité et est même rejeté par beaucoup de secteurs de la vie nationale. Au Champ de Mars de Port-au-Prince, lieu de toutes les agitations politiques, certains militants condamnent cette initiative et qualifient cette décision d'impopulaire.

Si pour le Premier ministre Ariel Henry, cet accord vise à faciliter une gouvernance paisible et efficace pendant la période intérimaire; les militants qui se réunissent habituellement au Champ de Mars ne voient pas de bon oeil cette initiative. Selon Jean (prénom d'emprunt), la préoccupation de l'heure n’est pas un accord politique. « La réouverture des classes, l'aboutissement du dossier de l'enquête de l'assassinat du président Jovenel Moïse, l'amélioration des conditions de vie des victimes du cataclysme du 14 août dernier dans le Grand Sud sont autant de sujets sur lesquels nos dirigeants devraient travailler », a-t-il déclaré.

Pour sa part, un autre citoyen interrogé à ce sujet accuse les acteurs politiques d'avoir agi à contre-courant des aspirations du peuple haïtien. Selon lui: « c'est tout un plan macabre. Le fait de réunir quelques soi-disant leaders pour décider au nom de la nation relève de la démagogie ».

Comme résolution à la crise et au vide institutionnel que connait le pays, ces citoyens estiment que « seul un exécutif bicéphale, né d'un accord avec le tiers du Parlement restant et divers autres secteurs de la vie nationale peut vraiment apporter une réponse à cette situation proche de l’anarchie ».

Cependant, ce même citoyen prétend que tout accord avec le Premier ministre Ariel Henry (nommé par le président Jovenel Moïse bien avant sa mort), devrait correspondre aux desiderata de la majorité des citoyens.

Oberde Charles




Articles connexes


Afficher plus [8272]