RTPacific Contact Avis
 
26.83° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le chanteur à textes BIC à cœur ouvert à l'IFh

Le chanteur à textes BIC à cœur ouvert à l'IFh



Dans le cadre de ses activités intitulées : « Jedimizik », l’Institut français en Haïti a accueillile jeudi 8 avril 2021, le chanteur à textes Roosevelt Saillant,ditBIC, pour un concert qui restera gravé dans le cœur des fans du chanteur. Accompagné du virtuose de la percussion Cisco Lafrance et dela chanteuse Cynthia Michel, BIC, chanteur, interprète et compositeur, a passé en revue l’essentiel de sa discographie pour le plaisir du public.

À dix-huit heures,la cour de l’Institut français en Haïti était remplie. Le public composé majoritairement de jeunesétaitprésent sur les lieux. Des plus vieux ont aussi fait le déplacement ; preuve tangiblequeBIC est l’artiste de toutes les générations, BIC, c’est déjà vingt ans de carrière. Vingt ans de chansons et de poésies. Des chansons qui dénoncent au vitriol certains faits sociaux de la réalité haïtienne. Des chansons en effet qui enchantent un public diversifié. Certains de ses « hits »sont mémorisés par des mélomanes de tous bords. D’autres sont fredonnés à longueur de journée ou tournés en boucle sur les stations de radio. Et c’est toujours un plaisir de chanter à voix haute : « Wow», «Lè m wèw », »Yon ti kalkil», «Alèkile»,ou «Kokorat ». Ces chansons n’ont pas été malheureusement figurées dans le « playlist» du concert du jeudi dernier. Le public était heureux de redécouvrir d’autres chansons contestataires telles que : «Anndan m», Nouvleviv»,«M aptannAyitipa m nan», « Fasil, difisil», «Nou mal, noubyen mal», «Mèsimanman», «Pwen final», Des titres qu’on retrouve dans ses albums «Kreyòl chante kreyòlkonprann» et «Vokabilari». La chanson « Pwen final », interprétée en duo avec Steve Khé, a plongél’auditoire dans une sorte de tristesse inouïe. Le texte de la chanson parle de nos chers disparus. Ceux qui nous ont précédés dans la nuit du tombeau.

« Ale aleale
Lè a rive fòw ale

Si li dejamourikite l ale
Si li dejatravèsekite l kontinye
Pyèskretyenvivan sou latèpa vin pou rete
Priye pou li, fèmensèkèy la, kite l ale

Au nom du père et du fils
Papa akpititkibaylavi
Au nom du Saint-Esprit
Kidiferan de OgouBadagri
YonsèlDye an twa pèsonn
FèchakpèsonnsanbleBondye
Avèkdiferanskeyonjou
Nan yonsèkèy n’apalonje

Laviblengendeng, plezi, soufrans
– gendesann, gen monte
Lanmò ti landeng
Di kenenpòt sa kimonte fò l desann
Lèyonmounmouri
s’onekwasyon de pyekoutprandevan
Depoze l nan simityè a epi an n pikedouvan

[]

Viv, vivpaske se sa kiesansyèl
San inyorefò n mouri
si n genentansyon al nan syèl
Diskou sou lanfèakparadidejaplenzòrèynou
N’apbouke opine de yo
lè n koucheapgadtètzòtèynou

Si li dejamourikite l ale
Si li dejatravèsekite l kontinye
(Men se Bondyekirele l)
Pyèskretyenvivan sou latèpa vin pou rete
Priye pou li, fèmensèkèy la, kite l ale
(Louvrichimen a pou l ale)»

Dans »OperasyonZakatay »,BIC décrit, dans cette chanson,l’intervention ratée de la Police nationale d’Haïti à Village de Dieu. Des policiers en uniforme ont été tués et décapités brutalement. BIC compatit à la douleur des victimes et à celle de leurs proches et celle d’un pays anéanti dans les bas fonds du désespoir.BIC livre ses ressentis sur le malheureux sort des policiers assassinés le 12 mars dernier. Cette partie du concert fut remplie d’émotions. Les spectateurs en étaient sortis bouleversés et inquiets. Cet épisode tragique racontant avec crudité le sort des policiers est servi dans une chanson triste et poignante. Ce concert a pris fin malgré tout dans une ambiance chaleureuse marquée par l’énergie du chanteur et le jeu d’ensemble des instrumentistes.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [5475]