RTPacific Contact Avis
 
27.83° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

15 avril 2021: Comment Haïti va-t-elle célébrer la Journée mondiale de l’art ?

15 avril 2021: Comment Haïti va-t-elle célébrer la Journée mondiale de l’art ?



Depuis plusieurs années, des artistes issus en particulier de la promotion 2000-2004 de l'École nationale des arts (ENARTS) s’organisent pour marquer la Journée internationale de l’art, célébrée le 15 avril. Des actions, du collectif Place des artistes dans la reconstruction du pays après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, avaient été initiées. Des assises nationales de la Culture avaient été organisées en juillet 2011, quelques semaines après l’investiture de l’artiste musicien et comédien comme président de la République, il y a près de dix ans. Quel avenir pour les jeunes artistes du pays ? Quel agenda pour les arts et la culture dans ce contexte de crise aiguë, en dehors du projet de la nouvelle constitution en perspective ?

Dans le contexte de crise sanitaire internationale, la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a pris le soin de s’exprimer dans le cadre de la Journée mondiale de l’art en ces termes: « Rapprocher, inspirer, apaiser, partager : autant de pouvoirs de l’art dont l’importance se révèle encore plus criante en ces temps de pandémie de COVID-19. Alors que des centaines de milliers de personnes sont affectées directement par le virus, que des milliards d’autres sont confinées ou en première ligne face à la pandémie, cette Journée mondiale nous rappelle à point nommé que l’art a la capacité d’unir et de tisser des liens en temps de crise ».

Difficile commémorer cette Journée de l’art en 2021, dans l’Haïti qui impose le tableau de la peur du désespoir dans chaque coin des rues. La culture n’est certainement pas au rendez-vous. Rares sont les initiatives culturelles qui peuvent accueillir le plus grand nombre de participants en dehors des festivités populaires comme le carnaval ou le rara. Un nouveau festival d’art contemporain a vu le jour en janvier dernier, mais l’absence de soutien pour la reconstruction et la réouverture du Musée d’art du collège Saint-Pierre, plus de dix ans après, fait grandement défaut. Le paradoxe entre les locaux misérables de l’ENARTS et son plus proche voisin universitaire ne fait certainement pas honneur aux dirigeants qui font croire dans leurs creux discours que la culture est ce qui nous reste. Car c’est à l’aune des investissements qu’on peut reconnaître les priorités de nos politiques !

De la proclamation de la Journée mondiale de l'art, visant à promouvoir le développement, la diffusion et la jouissance de l'art, a eu lieu lors de la 40e session de la Conférence générale de l'UNESCO en 2019, en passant par la volonté des principaux acteurs et opérateurs culturels privés de tenir en vie la culture dans le pays, on ne peut que saluer d’une part la contribution de quelques artistes et créateurs évoluant en Haïti et dans la diaspora. D’autre part, il faudra aussi reconnaître l’absence réelle d’engagement social des artistes, comme étant des phares et des guides pour la jeunesse et la société en général, dans la crise profonde que connaît le pays depuis plusieurs années.

Du statut des artistes et des artisans, en passant par l’encadrement professionnel, financier et social, et la formation initiale et continue des artistes ou créateurs haïtiens issus de tous les champs artistiques, culturels et patrimoniaux, on ne peut que citer ces besoins parmi tant d’autres qui empêchent à ces derniers de devenir de vrais acteurs culturels responsables et capables de rentabiliser leurs activités.

Dommage que les derniers artistes et promoteurs culturels, parmi les plus connus, qui étaient élus au Parlement lors de la dernière législature en date, n’ont pratiquement rien laissé comme contribution ou comme héritage pour le secteur. Pire encore, l’une des rares éminences grises du secteur culturel haïtien en occupant la fonction de ministre de la Culture dans un contexte de crise sanitaire mondiale et des crises politiques tendues tentera difficilement à proposer un bilan à la hauteur de son parcours professionnel et de ses performances antérieures, comme si son passage visait à confirmer pratiquement « Le déclin de la culture », le titre de l’un des ses ouvrages.

Des activités qui étaient prévues dans certains établissements scolaires seront bel et bien reportées avec la tension des rues qui règne dans la zone métropolitaine, entre les cas d’enlèvement et les manifestations des écoliers qui réclament de meilleures conditions de travail.

Dans quel sens les artistes et l’art en particulier pourraient contribuer à pacifier les quartiers de non-droits dans le pays ? Quelles sont les activités artistiques et culturelles qui pourraient aider certaines villes du pays à se repositionner sur la carte nationale et internationale ? Comment faire comprendre aux artistes du pays leur véritable force, en comparant l’arrestation de l’artiste « Fantom » libéré rapidement dans la soirée à celle d’un policier syndicaliste qui, même en défendant les droits de ses pairs, n’a pas su bénéficier de la solidarité agissante de ses collègues encore moins de la population ? Une comparaison qui a toute son importance dans ce contexte de crise et en prélude aux futures compétitions électorales.

Dans une publication disponible sur le site de l’UNESCO qui coïncide avec la Journée mondiale de l’art, on retient que: « L'art nourrit la créativité, l'innovation et la diversité culturelle pour tous les peuples du monde et joue un rôle important dans le partage des connaissances et l'encouragement de la curiosité et du dialogue. Autant de qualités que l'art a toujours eues et qu’il aura toujours si nous continuons à soutenir des environnements qui favorisent et protègent les artistes et la liberté artistique. Dans ce sens, le développement de l'art contribue également à la réalisation d'un monde libre et pacifique ».

Dans l'ignorance des dirigeants et l’indifférence des élites, dans l’indigence du Théatre national et surtout de l’ENARTS, entre l’incohérence entre les discours politiques et les investissements concrets, la République d’Haïti va commémorer la Journée mondiale des arts le 15 avril 2021, dans l’attente de voir créer des distinctions honorifiques officielles de l'État, de vrais concours nationaux par la présidence, le ministère de la Culture ou celui de l’Éducation, ou de la Jeunesse et Sport ou des Affaires étrangères, pour renouveler et encourager la créativité chez les enfants, les écoliers, les jeunes artistes (filles et garçons, en Haïti et dans la diaspora, actifs ou à mobilité réduite, etc.), les professionnels confirmés comme les amateurs d’art.

Depuis plusieurs années, à l’occasion du 15 avril, le document poursuit: « Les célébrations de la Journée mondiale de l'art contribuent à renforcer les liens entre les créations artistiques et la société, à promouvoir une meilleure prise de conscience de la diversité des expressions artistiques et à mettre en valeur la contribution des artistes au développement durable. C’est également l'occasion de remettre en lumière l'éducation artistique dans les écoles, car la culture peut ouvrir la voie à une éducation inclusive et équitable. »

Dynamique à la fois artistique et culturelle, sectorielle, nationale et mondiale, « il y a beaucoup à apprendre, à partager et à célébrer à l'occasion de la Journée mondiale de l'art et l'UNESCO invite chacun à y participer par des activités telles que des débats, des conférences, des ateliers, des manifestations culturelles, des présentations ou des expositions », rappelle l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [5475]