RTPacific Contact Avis
 
29.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Sa n ap fè

Sa n ap fè



C’est le titre de la nouvelle composition du musicien Ralph Condé, un citoyen de plus indigné à cause de la situation sociopolitique qui s’éternise dans le pays depuis plus d’une vingtaine d’années.

Comme beaucoup de millions d’Haïtiens, Ralph Condé ne sait plus quoi donner ou quoi espérer pour voir enfin son pays d’enfance prendre le chemin du progrès.

Sur un texte de Jean Wilner Pascal, Ralph chante ses regrets et son chagrin de constater le chemin que prend le pays en assassinant le rêve de milliers d’Haïtiens qui attendent un jour meilleur.

Le clip de « Sa n ap fè » [ak peyi a], est un cri des deux complices Ralph et Jean Wilner qui sont fatigués avec les bandits qui sèment la terreur au sein de la population haïtienne et avec ceux qui ont ôté la vie du président de la République.

Les paroles de cette composition doivent interpeller la population haïtienne qui chante « Liberté, égalité, fraternité », sans vraiment comprendre le sens de ces mots.

Jean Wilner Pascal, n’est pas un inconnu. Il a déjà partagé ses textes avec plusieurs stars, comme Jean Bélony Murat (BélO), Émeline Michel, Beethova Obas, Coralie Hérard, Rutshelle Guillaume.

« Panique globalisée » est l'une de ses dernières chansons qui collent à la réalité actuelle de la planète Terre qui fait face à la propagation exponentielle de la pandémie Covid-19.

Auteur prolifique, il est l’un des plus brillants paroliers de l'histoire contemporaine de la musique haïtienne.

Revenons à cette composition qui traverse les péripéties de notre chère Haïti qui ne donne plus le goût de « Liberté, égalité, fraternité ». Ce n’est plus « Ensemble pour la liberté », mais la haine et la division qui nous déchirent.

Nous tuons nos propres frères et donnons champ libre à la misère. Il est temps de bâtir le pays pour vivre mieux, sans la haine, selon la composition.

Walcam




Articles connexes


Afficher plus [5613]