RTPacific Contact Avis
 
28.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le prix du panier alimentaire pour une personne est passé de 1607 gourdes en mars pour s’arrêter à 2 112 gourdes en mois d’avril

Le prix du panier alimentaire pour une personne est passé de 1607 gourdes en mars pour s’arrêter à 2 112 gourdes en mois d’avril



« Le coût nominal moyen du panier alimentaire, en avril 2021, se situe autour de 2,112 gourdes par personne par mois soit 10,560 gourdes pour une famille de 5 personnes contre 2,057 gourdes en Mars 2021 et 1607 gourdes en Avril 2020 soit respectivement une augmentation de 3% en rythme mensuel et une augmentation de 2% en rythme annuel ». C’est-ce qu’a informé la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), dans sa dernière publication, indiquant que les marchés de Fond-des-Nègres, Port-de-Paix, Jacmel et Cap-Haitien, sont les plus touchés par cette hausse.

D’après le rapport, l’augmentation du coût du panier, tant en rythme annuel que mensuel, résulte de la dépréciation de la gourde par rapport au dollar américain, car, on sait que les produits les plus consommés par les ménages sont issus de l’importation. Contrairement au mois d’avril 2020, les prix des produits constituant le panier alimentaire sont supérieurs en avril 2021, souligne la CNSA. Elle est due à la hausse des prix de l’huile végétale, de la farine, du riz importé, du sucre crème et du haricot.

En outre, les responsables de la CNSA avancent pour expliquer que, la hausse du prix du panier alimentaire est due en raison de la faible performance successive des campagnes agricoles. Cette période qui coïncide également, pour certaines régions, à la période de soudure entraine une diminution des produits agricoles locaux sur les marchés.

Cependant, même si le dollar a repris son envol, les mesures prises par le gouvernement en ce qui a trait au taux de change impliquent une augmentation en rythme annuel à un seul chiffre au lieu de deux chiffres ordinairement durant les deux précédentes années. Ces mesures ponctuelles, selon la CNSA, révèlent déjà leurs inefficacités sur le moyen et long terme puisque la gourde se déprécie déjà avec un rythme inquiétant.

Ce qui fait qu’a l’échelle nationale, au cours du mois d’avril 2021, le panier alimentaire moyen a augmenté de (3%) par rapport au mois de mars et accuse une augmentation de plus de 13% par rapport au mois de février 2021. En rythme mensuel, une hausse du coût du panier s’observe sur toutes les régions, hormis les Cayes qui présente une variation négative de 1%. Les régions de Port-de-Paix (12%) et de Fond-des-Nègres (7%) affichent les plus fortes hausses en rythme mensuel.

En glissement annuel, l’augmentation de la valeur du panier est de 2%. À l’exception des marchés de Port-de-Paix (-6%) et de Ouanaminthe (-3%) qui présente une baisse en rythme annuel, la hausse du panier est reflétée sur toutes les régions. Les plus fortes hausses en rythme annuel ont été enregistrées à Fonds-des-Nègres(11%), Jacmel (9%), et Cap-Haitien (4%).

Toutefois, la CNSA dans ses perspectives fait savoir que malgré la prévision de bonnes conditions climatiques pour l’agriculture, la situation de la sécurité alimentaire dans le pays continuera probablement à se détériorer dans les prochains mois.

« Avec l’instabilité du taux de change, la tendance haussière de la valeur du panier alimentaire va probablement se poursuivre même avec les injections de dollars par la BRH, car l’expérience montre qu’à mesure que font les injections de dollars, il est devenu de plus en plus difficile d’en faire l’acquisition », a déclaré la CNSA.

Mise à part ces paramètres, les conditions de disponibilité et d'accès alimentaire, selon la CNSA, seront très probablement dégradées suite à la détérioration probable du climat sociopolitique à l’approche des échéances politiques notamment du 7 février 2021. Les faibles performances des dernières campagnes agricoles vont entrainer éventuellement un démarrage précoce de la période de soudure qui débute normalement au mois de mars. Tous ces facteurs concourent pour une perspective de détérioration des conditions de la sécurité alimentaire dans les prochains mois.

À noter que, le panier considéré dans le cadre de cette analyse est composé de 6 produits de base (riz, farine de blé, maïs, haricots, sucre et huile végétale) qui représentent 1870 kilocalories consommées par personne par jour. Il est constitué de telle sorte que 100 pour cent de consommation de calories proviennent de ces six produits alimentaires, ceci à cause du manque d’information pour d’autres produits, en particulier les fruits, les légumes, les racines et les tubercules.

L’analyse du panier permet de suivre l’accès des ménages au panier de base dans le temps et dans l’espace. Il ne constitue pas un panier nutritionnel. Ce panier reflète surtout la consommation alimentaire des ménages pauvres à faible niveau de revenu.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3149]