RTPacific Contact Avis
 
29.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Reprise des activités commerciales entre Haïti et la République dominicaine

Reprise des activités commerciales entre Haïti et la République dominicaine



Cinq jours après la réouverture des points frontaliers officiels entre Haïti et la République dominicaine, les activités commerciales ont repris de plus belle entre les deux pays. Selon des informations rapportées par le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR), une plus grande affluence de personnes a été remarquée dans les quatre marchés frontaliers ce lundi 19 juillet 2021. Des commerçants, des voyageurs, des autobus de plusieurs compagnies de transport binational ainsi que des camions de marchandises, ont été également remarqués dans les points frontaliers.

Les activités commerciales qui avaient été suspendues aux quatre marchés frontaliers Haïtiano-Dominicain, le 7 juillet 2021, ont repris depuis le 14 juillet 2021, au niveau des quatre marchés binationaux, à savoir : à Ouanaminthe/Dajabón (Nord-Est), à Belladère/Elias Piña (Centre), à Anse-à-Pitres/Pedernales (Sud-Est), et à Malpasse/Jimaní (Ouest).

La décision de la réouverture des marchés frontaliers s’inscrit dans une logique de maintenir l’approvisionnement du système commercial haïtien au niveau requis pour réduire la possibilité d'une pénurie générale qui produirait l'augmentation possible des flux migratoires irréguliers en raison de l'instabilité politique et sociale produite par l'assassinat du Président Jovenel Moïse, explique le gouvernement dominicain.

Pour le gouvernement dominicain, la pérennité de la sécurité dépend beaucoup de la normalisation des échanges commerciaux entre les deux pays. « Les citoyens haïtiens ont besoin des produits agricoles et agro-industriels dominicains pour répondre à leurs besoins», a martelé le gouvernement dominicain.

Quant au directeur général de douanes dominicaines, Edouardo Sanz Lovaton, il a expliqué que la frontière binationale est ouverte pour des raisons humanitaires. « Pour des raisons humanitaires, nous voulons ouvrir cette artère commerciale vers Haïti », a-t-il lâché.

Toujours dans l’idée d’aider le peuple haïtien, les informations révélées laissent croire que le gouvernement dominicain a réalisé plusieurs séances de travail avec les autorités douanières haïtiennes en vue de leur permettre de prélever des taxes douanières au niveau des quatre (4) marchés frontaliers.

Parlant des recettes douanières, les données disponibles dévoilent que 829,8 millions de dollars ont été collectés en 2019 en matière d’échanges commerciaux entre la République dominicaine et Haïti.

À souligner que suite à l’annonce de l’assassinat du président Jovenel Moïse, le 7 juillet dernier, le président dominicain, Luis Abinader avait ordonné la fermeture immédiate de la frontière. Durant cette période, les activités commerciales ont été paralysées entre les deux pays. Plusieurs dizaines de voyageurs en partance pour la République dominicaine, étaient contraints de rentrer chez eux, ou tentaient de traverser par le point frontalier Anse-à-Pitres/Pedernales situé au sud de l’île, le seul à rester ouvert dans l’intervalle.


En se référant aux données de 2019, on pourrait dire qu’à chaque fermeture de la frontière, l’économie des deux pays a payé les frais, surtout l’économie haïtienne qui est en faillite. Pas de production, pas d’investissement. Le pays dépend des étrangers.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3149]