RTPacific Contact Avis
 
22.94° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Cerfs –volants, une tradition en voie de disparition

Cerfs –volants, une tradition en voie de disparition



Plusieurs cerfs-volants tous les dessins confondus exposés, sur les pans de mur le long de la route de Bourdon, de Delmas, mais aussi du côté de Musseau. Ils sont de toutes les formes, de toutes les couleurs et de toutes les dimensions non seulement sur les murs, mais aussi dans les airs.

Les acheteurs ne viennent presque pas, cette année, se désolent des fabricants et vendeurs de ces objets. « La vente est rare. Les affaires ne marchent pas fort, et ceci depuis l’époque des carêmes cette année, et je passe parfois une journée entière sans vendre un cerf -volant. Cela marchait autrefois, mais les problèmes financiers de la population empêchent les enfants de se faire plaisir.

« Les enfants et les jeunes de nos jours semblent de plus en plus perdre goût pour la fête des cerfs-volants, mais préfèrent jouer avec leurs gadgets électroniques », nous raconte Joël, un trentenaire qui expose ses cerfs-volants sur la route de Bourdon.

Joël n’est cependant pas le seul dans ces travers de vente de cerfs-volants exposés et arbore les murs de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Siméon lui aussi raconte ses difficultés depuis des années. Mais ceci n’empêche pas cela et n’arrête pas pour autant d’en fabriquer tous les ans. C’est passionnant, nous dit-il.

L’homme qui travaille avec passion n’a pas le sentiment de travailler je fabrique les cerfs –volants avec amour et passion depuis des lustres. C’est comme une passation de flambeau, car mon père le faisait aussi. Une véritable œuvre d’art. Je les fabrique d’abord pour le plaisir avant de penser à l’aspect mercantile de la question. J’adore admirer mon travail. Je suis le premier à contempler mes œuvres affirme Joël qui se positionne sur la route de Bourdon non loin du collège charité de Bourdon.
La variation des prix en fonction du cerf-volant choisi

Les prix des cerfs-volants sont variés en fonction du dessin et de la dimension de l’objet. Les grands cerfs-volants appelés couramment <> » dans le vernaculaire haïtien coutent jusqu’à 750 gourdes. Les prix de ceux qui sont en forme de papillon ou d’autres formes généralement quelconque peuvent grimper. Les plus petits formats fabriqués avec du papier fin multicolore ou avec du plastique se vendent jusqu’à 200 gourdes, précise Joël.

Une tradition dans le vent

Pour plusieurs anciens amants de cerfs –violents qui racontent comment était l’atmosphère en ces temps de carême, cette tradition est en voie de disparition dans le pays. Les jeunes qui subissent le phénomène de l’acculturation s’intéressent de moins en moins à ce jeu qui marque le temps de la fête de Pâques. Les gadgets technologiques remplacent progressivement les anciennes pratiques et les jeux traditionnels, regrette plus d’un.

Gérard Hirsh Resil




Articles connexes


Afficher plus [4243]