RTPacific Contact Avis
 
28.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Prévention et prise en charge à domicile de COVID 19

Prévention et prise en charge à domicile de COVID 19



Haïti vit actuellement une flambée épidémique de COVID 19. La peur et l’anxiété sont à leur paroxysme. Beaucoup de décès de personnages bien connus ont été enregistrés. PHI prétend que beaucoup de vies peuvent être sauvées si la population avait à sa disposition les bonnes informations et des outils adéquats. À cet effet, elle veut partager quelques conseils capables de rassurer, de soulager la souffrance et possiblement de sauver des vies.

Il a été dit : ‘’quand vient le moment d’agir, il est trop tard pour se préparer’’. Cependant, même si nous sommes au milieu de l’épidémie, nous pouvons et devons, encore et encore, supporter notre terrain, car, c’est l’état du terrain qui ultimement détermine le pronostic, c’est-à-dire, si la personne touchée par le virus va rester asymptomatique, développer une forme bénigne, grave ou même mourir de la maladie. Ce support consiste d’abord à :

• Laisser tomber certaines habitudes destructrices comme :

o La consommation d’alcool et de boissons gazeuses
o La consommation excessive d’aliments inflammatoires (blé, lait, fritures, les graisses végétales raffinées, etc.)
o Le tabagisme
o Le sommeil insuffisant
o Le manque d’activités physiques
o L’habitude de regarder, d’écouter les médias alarmistes qui répandent la peur
o Le manque d’exposition au soleil, etc.

• Prendre des suppléments alimentaires en plus d’une alimentation saine et variée

o Vitamine D : faire le dosage sanguin de vitamine D et optimiser votre niveau à au moins 60ng/ml. Prenez une formule qui contient les vitamines D3 et K2.
o Vitamine C : prendre une forme naturelle contenant du bio flavonoïde
o Zinc : prendre une forme naturelle qui est généralement mieux absorbée. Il est mieux absorbé s’il est associé au thé vert (Green tea), à la quercétine.
o Multivitamines et minéraux : une formule extraite de plantes est préférable
o Ajouter tout autre supplément que requiert votre état de santé ou que conseille votre médecin.

• Pratiquer les précautions recommandées par le Ministère de la Santé pour limiter la propagation du virus, même si ce dernier va quand même circuler et beaucoup d’entre nous seront touchés.

Pour réduire les risques de développer la maladie, même en cas de contamination, vous pouvez utiliser régulièrement des produits naturels qui détruisent le virus. Utilisez-les après avoir été en contact avec des personnes :

o Gargarisme d’eau salée tiède : le chlore que libère le sel détruit la paroi du virus
o Vaporisation nasale et pharyngée d’hydrosol d’argent (Argentyn 23 en spray nasal, par ex,)
o Vaporisation nasale et pharyngée d’eau oxygénée diluée préparée comme suit : une mesure d’eau oxygénée diluée dans 10 mesures d’eau traitée. Si ce mélange irrite les muqueuses, augmenter la dilution jusqu’à ce que ce soit tolérable.

• Si le virus parvient à se multiplier pour produire des symptômes, Il faut agir vite !

Comment reconnaître un cas probable de COVID 19 ?

Vous pouvez avoir le COVID si vous ressentez un ou plusieurs des symptômes suivants. Il est important de noter la date de début des symptômes, car la dégradation survient généralement entre le huitième et le douzième jour. Le traitement précoce est la clé du succès !

Douleur/gène à la gorge Diarrhée Douleur au dos

Toux Vomissements Montée inexpliquée de la glycémie chez les diabétiques

Maux de tête Essoufflement au repos ou à l’effort (signe de gravité !) Perte du goût

Douleurs musculo-squelettiques (courbatures) Fièvre, sensation de fièvre, frissons Perte de l’odorat

Grande fatigue inexpliquée Congestion nasale ou rhinorrhée (nez qui coule) Tout malaise inexpliquée en période d’épidémie

Si vous suspectez avoir le COVID,

o Se mettre à l’écart pour réduire les risques de contamination de l’entourage, particulièrement des plus vulnérables. Porter votre masque réduire les risques de contaminer l’entourage.

o Cesser de manger (pratiquer un jeune d’au moins 24 heures). Pendant ce temps, buvez des boissons chaudes (puiser dans les 72 recettes validées par un comité d’experts de l’Université d’État d’Haïti).

o Contacter votre médecin et disposer de ces deux petits appareils pour assurer un suivi adéquat :

 Oxymètre : petit appareil permettant de mesurer la saturation en oxygène. Si la saturation est inférieure à 95%, vous devez être acheminé en urgence vers un hôpital pour recevoir de l’oxygène et des soins médicaux appropriés

 Thermomètre : éviter de prendre des médicaments pour faire baisser la température. La fièvre est un mécanisme de défense du corps pour lutter contre le virus. Utiliser de préférence des compresses pour la contrôler si elle tend à dépasser un certain seuil.

o Augmenter les doses des suppléments susmentionnés avec l’aide du médecin traitant

o Prendre un peu de boisson chaude de votre choix toutes les trente minutes pour garder la gorge humide et chaude (éviter la brulure)
o Nébuliser l’eau oxygénée diluée préparée comme indiquée plus haut pendant 15 minutes, 3-4 fois par jour. Les personnes souffrant d’asthme disposent souvent de l’appareil nécessaire pour faire la procédure. Vous pouvez aussi vaporiser le mélange à l’aide d’un « spray nasal » ou le gargariser. S’il irrite les muqueuses, augmenter la dilution.

En fonction de votre niveau de risque, votre médecin peut recommander un traitement précoce avec des médicaments qui ont fait leur preuve dans la prise en charge de COVID

 Hydroxy-chloroquine et Azithromycine (Protocol Raoult). Votre médecin vous indiquera les doses.

 Protocole I-MASS proposé par Front Line COVID Critical Care Alliance de Drs. Pierre Kory et Paul Marik qui comprend : Ivermectine, mélatonine, et aspirine. Visiter leur site www.flccc.net pour plus d’informations et d’autres protocoles.

o Surveiller la température et la saturation en oxygène et garder le contact avec son médecin. Si la saturation en oxygène diminue en dessous de 95%, il faut se rendre immédiatement dans un centre ou on peut recevoir de l’oxygène et les autres soins appropriés.

FLCCC propose l’utilisation de l’Ivermectine en prévention et après exposition

o En prévention : une dose par semaine. Cette approche est sécuritaire et efficace. Elle a été utilisee par de nombreux professionnels de la sante dans le monde sur de longue duree sans effets secondaires. Certains pays

o Après exposition : une dose le premier jour et une deuxième après 48. Les doses sont déterminées en fonction du poids

Au sujet d’ivermectine

L’alliance des médecins spécialisés dans la prise en charge des cas graves (www.flccc.net) fournit une brève description de ce médicament dont l’utilisation massive pourrait mettre fin à la pandémie de COVID 19. Une nette réduction de l’hospitalisation, des décès dans la ville de Mexico et l’état le plus peuplé de l’Inde Uttar Pradesh ou des kits contenant l’ivermectine ont été distribués à la population. Des données scientifiques ainsi que des anecdotes sont disponibles sur le site susmentionné. Dans une entrevue avec Dr. Weinstein sur le Podcast Dark Horse, Dr Kory explique pourquoi l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et la FDA (Food and Drug Administration) ont dit « non » à l’ivermectine et la NIH (National Institute of Health) ne la recommande ni la décommande : elle pourrait arrêter la pandémie ainsi que la justification de l’expérimentation massive des produits vaccinaux dont l’efficacité et la sécurité restent à prouver. Drs Pierre Kory et Paul Marik ont été reçus respectivement par le Sénat américain et le NIH pour défendre ce petit médicament qui a été distribué à plus de trois milliards de doses sans effets secondaires notables à travers le monde (dont Haïti pour traiter la gale). Il figure sur la liste de médicaments essentiels de l’OMS ! On ne croit donc pas en l’innocuité de ce médicament utilisé à grande échelle depuis environ quarante ans, mais on fait plutôt confiance à des produits nouveaux qui n’ont jamais été utilisés sur l’espèce humaine et dont les effets pervers à moyen et long terme sont totalement inconnus. FLCCC décrit l’ivermectine comme suite :

« L’ivermectine, un médicament antiparasitaire dont la découverte a remporté le Prix Nobel en 2015, a prouvé des propriétés antivirales et anti-inflammatoires très puissantes dans les études de laboratoire. Au cours des quatre derniers mois, de nombreux essais cliniques dans plusieurs centres et pays du monde entier ont rapporté des améliorations importantes et constantes des résultats des patients atteins de COVID-19 lorsqu’ils sont traités par l’ivermectine. Notre revue scientifique complète de ces essais référencés est accessible sur le serveur de pré-impression : https://osf.io/wx3zn/.

Propriétés de l’ivermectine

1. L’ivermectine inhibe la réplication de nombreux virus, y compris SARS-Cov-2, la grippe et d’autres
2. L’ivermectine a de puissantes propriétés anti-inflammatoires avec de multiples mécanismes d’inhibition ;
3. L’ivermectine diminue la charge virale et protège contre les dommages des organes dans les modèles animaux
4. L’ivermectine empêche la transmission de la COVID-19 lorsqu’elle est prise avant ou après l’exposition
5. L’ivermectine accélère la guérison et diminue l’hospitalisation et la mortalité chez les patients atteints de COVID-19
6. L’ivermectine conduit à des taux de létalité bien inferieurs dans les régions à usage répandu.

Je suggère fortement au Ministère de la Santé de mettre en place un système de détection et de prise en charge précoce des cas de COVID qui inclut une distribution massive de Vitamine D et d’Ivermectine aux personnes les plus vulnérables, aux malades et leurs contacts pour tenter d’infléchir la courbe de l’épidémie et sauver des vies. Pour cela, l’État doit compter sur ses propres ressources et faire face à la grogne de l’OMS qui ne jure que par la vaccination, même des personnes qui ont été infectées par le Coronavirus.

En conclusion, COVID existe et tue ! Mais, il ne tue que les personnes ayant un terrain favorable caractérisé par l’obésité, des maladies chroniques, inflammatoires comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’asthme, les maladies auto-immunes, le Sida, le cancer, etc. qu’on a convenu d’appeler comorbidités. Il est encore plus meurtrier quand le système de soins est délabré et néglige la prise en charge précoce. Les comorbidités sont, en réalité, le véritable problème, la vraie pandémie ! COVID n’est que la goutte d’eau qui fait déverser un vase déjà rempli. C’est donc, en réalité, les maladies chroniques qui tuent avec l’aide de COVID. Il n’y a pas de vaccination contre les maladies chroniques. Toute vaccination va irriter le système immunitaire et risque de provoquer des complications immédiates et tardives totalement imprévisibles. La seule stratégie qui marche à tous les coups reste et demeure une approche intégrée basée sur la science et les traditions au service de la santé de la population incluant :

1. Un style de vie sain qui supporte activement le terrain par

o L’abandon des habitudes destructrices (tabagisme, alcool, etc.)
o Une alimentation saine et variée
o Des activités physiques régulières
o Le repos et un sommeil adéquat
o La gestion de la réponse au stress
o Une supplémentation alimentaire personnalisée

2. Une approche de santé publique qui met d’abord l’accent sur la prévention et la prise en charge précoce ».

Investissons dans notre santé pour réduire les risques de dépenser dans la maladie !

Dr Dieudonné Jean-Baptiste.




Articles connexes


Afficher plus [4287]