RTPacific Contact Avis
 
29.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L'institutionnalisation des gangs armés par l'administration Jovenel Moïse en pleine crise politique , une déception pour l'État de Droit et l'alternance politique en Haïti

L'institutionnalisation des gangs armés par l'administration Jovenel Moïse en pleine crise politique , une déception pour l'État de Droit et l'alternance politique en Haïti



L'Organisation des Citoyens pour une nouvelle Haïti (OCNH) constate, non sans stupeur, la presque évidente absence de volonté des autorités de mettre fin aux agissements des gangs armés. Depuis trop longtemps, les malfaiteurs commettent leurs exactions sans sembler s'inquiéter de la présence des agents de la Police nationale d'Haïti. Pire, quand bon leur semble, ils délogent les policiers affectés dans des postes de commissariat se trouvant sur ce qu'ils identifient comme leur territoire.

Quelle attitude ont adoptée les autorités ? Face à ce mal qui se pose comme une sérieuse menace pour les fondements de notre modèle social, ceux qui ont la lourde charge de poser les jalons d'un demain meilleur pour les générations futures, ne semble pas s'inquiéter de ce grand danger qui plane. Plus le temps passe, plus les autorités refusent de faire ce que la lucidité dicte, plus les civils armés se croient tout permis. Les gangs armés cherchent à élargir leur territoire, s'affrontent et font parler la poudre. Les honnêtes et paisibles citoyen-ne-s sont obligé-e-s de décamper, certains n'ont pas eu cette chance. Au Bel-Air, à cité Soleil et dans des quartiers de la troisième circonscription de Port-au-Prince, le crépitement des armes automatiques emplit l'air de jour comme de nuit. Des gens meurent, les garants de leurs droits, dont celui à la sécurité, ne s'en pâtissent point.

Et comme confortés par l'inaction des autorités, les gangs armés gagnent du terrain de jour en jour et poussent le bouchon encore plus loin. En attestent, les récentes attaques des bases de la Police nationale d'Haïti sises à Cité Soleil (Duvivier, Drouillard, Sierra 2, station des Gonaïves) qui ont été attaquées par des bandits dans la soirée du samedi 5 juin 2021. Selon les informations disponibles, des malfrats lourdement armés ont fait irruption simultanément dans les bases citées et ont désarmé tous les policiers. Ces attaques ont couté la vie à l'Inspecteur divisionnaire Myradel Adolphe. Un autre agent a été touché à la hanche. Les assaillants ont emporté avec eux toutes les armes et radios de communication qui se trouvaient dans les bases en question. D'autres informations font état d'attaques du Sous-Commissariat de Portail Saint-Joseph. Trois agents de la PNH auraient perdu la vie suite l'offensive des gangs. Ces attaques s'inscrivent en toute vraisemblance, dans la même logique que celle du sous-commissariat de Grand-Ravine le 15 février 2021 et d'autres postes de la PNH.


Les bandits et les autorités policières ne peuvent entretenir aucun rapport de voisinage, en dehors de toute logique, ce sont les bandits qui font fuir les forces légales. Cela ne peut plus durer ! Aux hommes de bonne volonté de se mettre ensemble pour faire bouger les lignes !

Camille Occius
Coordonnateur général




Articles connexes


Afficher plus [1962]