Covid-19 : Haïti dans l’impasse d’une véritable troisièmevague ?

0
232

En dépit d’un système hospitalier mal équipé, précaire et traité en parent pauvre par les autorités étatiques, Haïti fait partie des pays qui n’ont pas connu une situation désastreuse avec la pandémie du Covid-19à contrario des prédictions du Comité scientifique.

Depuis la détection du virus dans le pays le 19 mars 2020, selon les dernières données du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), sur 125 082 tests réalisés, 22 731 cas positifs, ce qui fait un taux de positivité de 18.2 %, et 649 décès confirmés (létalité=2.86 %, taux de mortalité= 57 pour 1 million d’habitants) avec une tendance à la hausse du nombre de cas d’infection et de mortalité, depuis le mois de septembre.

Comparé aux autres pays, ces données officielles sont toutefois à regarder avec prudence puisque Haïti est l’un des pays qui réalise le moins de test par habitant dans la région, soit 10 003 tests pour 1 million d’habitants contre 183 949 tests pour 1 million d’habitants pour nos voisins dominicains avec un taux de positivité de 17.6 % légèrement inférieur à celui d’Haïti.

Le pays a déjà connu deux vagues – en juin 2020 et en juin 2021 – qui n’ont pas causé des drames comparativement aux pays européens, au Brésil et aux États-Unis.Toutefois, la détection de deux nouveaux variants (Delta et MU) au cours du mois de septembre laisse planer beaucoup de doute sur la propagation du virus dans le pays.

Que sait-on des variants Delta et MU ?

La souche indienne du Coronavirus, communément appelée Variant Delta, est environ 60 plus fois transmissible que le variant Alpha et est capable de devenir majoritaire en peu de temps.

Le variant Mu appelé variant B.1.621, d’après la nomenclature scientifique, découvert en Colombie, a pour l’instant été classé comme « variant à suivre » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Bien que la prévalence mondiale du variant Mu parmi les cas séquencés ait diminué et soit actuellement inférieure à 0,1 %, sa prévalence en Colombie [39 %] et en Equateur [13 %] a constamment augmenté.

Les données scientifiques ont montré, jusqu’à présent, que les vaccins Pfizer et Moderna, bien que moindre par rapport au variant Alpha (91 %), sont efficaces contre le variant Delta (66 %). À ce point de vue, on peut comprendre qu’une campagne vaccinale bien menée est la voie qui aura permis d’éviter le malheur imminent qui plane sur Haïti.  Alors que l’État haïtien n’arrive pas à convaincre sa populationde sa politique vaccinale, la propagation du virus s’accroit à un rythme inconnu et non maitrisé. En d’autres termes, à cause de la réticence des Haïtiens à se faire vacciner, le pays peut s’attendre à une nouvelle vague du Covid-19 où la situation pourrait être inextricable.

Fégens Saint-Louis, MD

Master en épidémiologie à l’Universitéde Paris

LAISSEZ UN COMMENTAIRE