L’organisation Concertation pour Haïti (CPH) dénonce l’exploitation d’une mine d’or par une compagnie canadienne

0
793

Selon la CPH, la société Unigold, cotée à la bourse de Toronto, devrait obtenir bientôt une licence pour exploiter la concession Candelones, également connue sous le nom de Neita Sur, située à Restauracion, dans la province de Dajabon, à la frontière d'Haïti.

La concession contiendrait 2,25 millions d'onces d'or et le permis donnerait à Unigold le droit exclusif d'extraire des minéraux métalliques pendant 75 ans, a indiqué ladite organisation ajoutant qu’en avril 2023, la demande avait été étudiée par la Direction dominicaine des mines et envoyée au Ministère de l'Énergie et des Mines avec une recommandation positive.

« Cela représente une grave menace pour cette nation caribéenne en raison de graves dommages environnementaux et d’une diminution de l'approvisionnement déjà précaire en eau du pays, » a alerté la CPH.

Barrick Gold a également annoncé qu'elle avait acquis 60 % des droits d'exploration pour une autre concession connue sous le nom de Neita Norte ; Unigold détient les 40 % restants.

La CPH se solidarise avec les organisations locales qui ont exprimé leur inquiétude quant à la pollution des rivières Massacre et Artibonite, partagées sur l'île d’Hispaniola, par les opérations minières qui utiliseront du cyanure pour extraire le minerai d'or. Ces deux rivières sont d'importantes sources d'irrigation pour le riz et d'autres cultures essentielles à la sécurité alimentaire d'Haïti, a fait remarquer l’organisation dans un communiqué en date du 19 février.

Haïti est le pays le plus vulnérable aux impacts du changement climatique en Amérique latine, a rappelé la CPH qui est un regroupement d’organisations de la société civile et de membres individuels du Québec qui participent au mouvement de solidarité avec le peuple haïtien.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES