Les « e-déchets » augmentent cinq fois plus vite que leur recyclage

0
674

Moins d’un quart des 62 millions de tonnes de déchets électroniques produits en 2022 ont été recyclés, entraînant des pollutions de métaux lourds, de plastiques et de produits chimiques toxiques, alerte un rapport de l’ONU, relevant que ces « e-déchets » augmentent cinq fois plus vite que la quantité recyclée.

Selon l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) et l’Union internationale des télécommunications (UIT), chaque personne génère annuellement en moyenne 7,8 kilogrammes de déchets électroniques sur la planète. Ce volume record de 62 millions de tonnes (Mt) est en hausse de 82 % par rapport à 2010. Ce chiffre est même en passe d’atteindre 82 millions de tonnes d’ici à 2030.

Chaque personne génère annuellement en moyenne 7,8 kilogrammes de déchets électroniques sur la planète

Les 62 millions de tonnes de déchets électroniques générés en 2022 équivalent au poids de 107.000 avions de passagers les plus grands (853 sièges) et les plus lourds (575 tonnes) du monde – suffisamment pour former une file d’attente ininterrompue de New York à Athènes ou de Nairobi à Hanoi.

Les métaux, la moitié des 62 millions de tonnes

« Des téléviseurs jetés aux téléphones jetés, une énorme quantité de déchets électroniques est générée dans le monde entier. Les dernières recherches montrent que le défi mondial posé par les déchets électroniques ne fera que croître », a déclaré dans un communiqué, Cosmas Luckyson Zavazava, Directeur, Bureau de développement des télécommunications de l’UIT.  

Les déchets électroniques incluent de nombreux petits objets du quotidien comme les cigarettes électroniques et les tablettes, les appareils électroménagers, des brosses à dents électriques aux grille-pains, ou plus volumineux comme les écrans de télévision, les vélos et scooters électriques. Ils présentent des risques importants pour la santé et l’environnement, car contenant des additifs toxiques ou des substances dangereuses telles que le mercure. 

Les métaux - notamment le cuivre, l’or et le fer - représentent la moitié des 62 millions de tonnes, pour une valeur totale de quelque 91 milliards de dollars, selon le rapport. Les plastiques représentent 17 millions de tonnes et les 14 millions de tonnes restantes comprennent des substances telles que les matériaux composites et le verre.

Un Européen produit environ 7 fois plus d’e-déchets qu’un Africain

Selon ces deux agences onusiennes basées à Genève, seul 22 % de la masse des déchets électroniques ont été correctement collectés et recyclés en 2022. Ce chiffre devrait tomber à 20 % d’ici la fin de la décennie en raison de l’écart croissant entre les efforts de recyclage et la croissance vertigineuse de la production de déchets électroniques dans le monde.

Plus globalement, le problème varie considérablement d’un pays à l’autre : un Européen en produit environ sept fois plus qu’un Africain.

Or, c’est dans les pays en développement que le traitement de ces déchets est le plus déficient. Selon le rapport, en Afrique, qui produit le moins de déchets parmi les cinq grandes régions du monde, les taux de recyclage et de collecte tournent autour de 1 %.

Ce combat pour le recyclage se fait souvent dans des environnements informels sans équipement approprié, où les travailleurs sont exposés à des substances dangereuses, pointe le document.

 

Taux de recyclage et de collecte atteignent 40% en Europe

Dans le même temps, près de la moitié des déchets électroniques sont produits en Asie, où peu de pays disposent de lois sur les déchets électroniques ou d’objectifs de collecte. Les taux de recyclage et de collecte atteignent 40 % en Europe, où la production de déchets par habitant est la plus élevée : près de 18 kg.

« Le recyclage des déchets électroniques ne répond pas à plus de 1 % de la demande pour les éléments essentiels des terres rares. Autrement dit, le statu quo ne peut pas continuer », a fait valoir, Kees Baldé, auteur principal d’UNITAR.

Pour l’ONU, ce nouveau rapport représente donc un appel immédiat à investir davantage dans le développement des infrastructures, à promouvoir davantage la réparation et la réutilisation, à renforcer les capacités. Il s’agit ainsi de prendre des mesures pour mettre fin aux transferts illégaux de déchets électroniques.

 

ONU INFO

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES