Dignité, égalité et santé menstruelle : l’importance des réformes

0
277

Environ 500 millions de femmes et de filles peinent à se procurer des produits menstruels ou à accéder à des espaces sûrs, privés et hygiéniques pour les utiliser. Les difficultés d'accès et le coût élevé de ces produits, ainsi que la stigmatisation associée à la menstruation dans de nombreuses sociétés, ont des conséquences délétères non négligeables pour les femmes et les filles, et restreignent considérablement leur participation à la vie de la société.   

Au cours des deux dernières années, la pandémie de COVID-19 a mis en évidence les problèmes chroniques de la santé menstruelle, qui vont du manque d'eau et d'installations sanitaires aux carences éducatives pour lutter contre la stigmatisation et les tabous.  

Pour remédier à ces problèmes, il faut une approche globale qui combine éducation et sensibilisation à la menstruation, accès aux produits d'hygiène menstruelle et offre d’infrastructures adaptées aux besoins féminins. Or il est impossible de mettre en place ces éléments sans un cadre de politiques favorable. S'agissant des infrastructures, cela passe par exemple par des normes de conception pour les installations sanitaires. Et, concernant l'éducation, par des politiques interdisant les pratiques discriminatoires qui excluent les femmes de la vie sociale lorsqu'elles ont leurs règles. Compte tenu des perturbations persistantes des chaînes d'approvisionnement et de la crise inflationniste qui sévit actuellement dans le monde, cet article se concentre sur les produits d'hygiène menstruelle et les réformes visant à faire en sorte qu’ils soient abordables et accessibles.

 

Quelles sont les stratégies envisageables ?

Un nombre croissant de pays adoptent des politiques et des réglementations visant à rendre les produits menstruels abordables, accessibles et sûrs. Pour être efficaces, ces réformes doivent s’accompagner plus globalement d'efforts destinés à améliorer l'information et les connaissances sur la santé et l'hygiène menstruelles et permettant de lutter ainsi contre la stigmatisation et les tabous.

Les appels à réduire ou à supprimer les taxes sur les produits menstruels ou leurs composants gagnent du terrain dans le monde, avec des stratégies différentes selon les pays. Le Bangladesh a temporairement supprimé la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les matières premières afin de stimuler la production locale de ces produits. Le Kenya a commencé à abandonner les taxes sur les produits menstruels en 2004 et, en 2016, il avait supprimé la TVA sur les produits menstruels importés ainsi que sur les matières premières nécessaires à leur production. Le Nigéria a fait de même pour les produits de fabrication locale. Des pays comme la Malaisie, le Liban, la Tanzanie, l'Irlande, la Colombie et le Mexique n’appliquent plus du tout de TVA sur les produits menstruels.

Les réformes fiscales réduisent-elles effectivement les prix à la consommation ? Les chiffres sont contrastés et dépendent en grande partie de la concurrence sur le marché et de la structure de la production privée. Les réductions d'impôts supposent de renoncer à des recettes fiscales qui pourraient permettre de financer des subventions ou la distribution de produits gratuits dans les écoles, et, sur des marchés non concurrentiels (a), les avantages risquent de ne pas être répercutés sur le consommateur. Dans certains cas, le prix des produits est tellement élevé au départ qu'une réduction progressive des taxes ne suffit pas à les rendre plus abordables et profite davantage aux riches qu'aux pauvres. Par exemple, une étude (a) a montré que la suppression des taxes en Afrique du Sud, au Bangladesh, au Kenya et au Nigéria n'a pas entraîné de baisse des prix. Lorsqu'ils envisagent de mener ce type de réformes, il est donc important que les gouvernements commencent par analyser la structure du marché et examiner tout l’éventail des possibilités qui s’offrent à eux afin que leur action sur les prix soit efficace.

 

Il n’en reste pas moins que les campagnes en faveur de ces réformes fiscales ont l’avantage d’élargir le débat public et de faire évoluer les mentalités et les comportements, contribuant ainsi à la sensibilisation sur la santé menstruelle et à la lutte contre la stigmatisation qui l'entoure dans de nombreux pays. 

D'autres solutions sont cependant envisageables, comme la distribution gratuite ou à prix subventionnés de produits menstruels aux populations à bas revenus, ainsi que dans les lieux publics comme les écoles et les centres d’accueil. Les subventions peuvent également servir à inciter les entreprises locales à fabriquer leurs propres produits. Les entrepreneurs sociaux — qui se caractérisent par la volonté d’atteindre des objectifs sociaux en appliquant des stratégies commerciales — peuvent jouer un rôle dans ce domaine, en particulier s’ils œuvrent dans le but de répondre aux besoins des consommateurs à bas coût.

Les transferts monétaires directs sous conditions constituent eux aussi un outil utile. Il peut s'agir par exemple d'une carte de réduction à utiliser pour l’achat de produits menstruels. Les études montrent que les femmes éprouvent un sentiment d'autonomie lorsqu'elles ont la possibilité d'acheter elles-mêmes ces produits. Permettre aux communautés pauvres d'acheter des produits à un prix abordable peut également modifier la perception de la valeur de ces produits.

Il est possible de développer l'esprit d'entreprise et l'emploi des femmes dans la production de produits d'hygiène menstruelle abordables et de qualité. La production et la distribution de produits hygiéniques peuvent également apporter des solutions aux problèmes de santé sexuelle et reproductive et d'accessibilité financière, mais aussi promouvoir la protection de l’environnement. Par exemple, développer la production de produits menstruels compostables crée des emplois pour les femmes tout en réduisant les déchets solides. De même, le conditionnement et le marketing des produits peuvent véhiculer des messages sur la santé reproductive des femmes, ce qui contribue à lutter contre les préjugés et les tabous. 

En plus d'être abordables, les produits doivent être de bonne qualité. Ce point est particulièrement important pour les personnes pauvres, qui sont susceptibles d'utiliser les produits plus longtemps. Il convient de mettre en place une réglementation et des lignes directrices sur les normes de qualité, comme les critères d'absorption, de confort, de durabilité et les matériaux à utiliser.

 

Promouvoir la dignité, l'égalité des sexes et la santé reproductive

Afin de promouvoir la dignité, l'égalité des sexes et la santé reproductive, le pôle d’expertise en Eau de la Banque mondiale collabore toujours plus avec les pays à l’intégration d’interventions sur la santé et l'hygiène menstruelles dans les opérations. À l'heure actuelle, plus de la moitié des projets de la Banque mondiale consacrés à l'approvisionnement en eau et à l'assainissement comportent un volet sur la santé et l'hygiène menstruelles. 

Au Bangladesh, par exemple, le projet Eau, assainissement et hygiène en milieu rural pour le développement du capital humain (a) a notamment pour objectif d’autonomiser les femmes et d'éliminer la stigmatisation sociale qui entoure les règles et empêche certaines femmes d'acheter des produits d'hygiène menstruelle en public. Pour ce faire, il octroie des prêts à des entreprises sociales qui, entre autres activités, vendent des serviettes hygiéniques à domicile.

De même, le projet d'amélioration de l'approvisionnement en eau, de l'assainissement et de l'hygiène (a) en République démocratique populaire lao améliore l'accès aux produits menstruels en aidant une entreprise locale à produire et à distribuer des serviettes hygiéniques réutilisables à un prix abordable. 

Cet engagement en faveur de la santé et de l'hygiène menstruelles se retrouve également dans d'autres secteurs du Groupe de la Banque mondiale. Ainsi, avec le soutien de la Banque mondiale, du Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (GFF) et du Fonds des Nations Unies pour la population — et dans le cadre d’un financement à l’appui des politiques développement pour le renforcement des institutions et du capital humain —, le gouvernement du Niger s’est lancé dans de vastes réformes qui portent notamment sur la mise en place, dans les établissements d’enseignement secondaire, de cours complets sur la santé sexuelle et reproductive, qui permettent aux adolescentes d’obtenir des informations sur leur santé et leur corps, et notamment sur la santé et l'hygiène menstruelles. Pour en assurer la pérennité, les efforts du Niger sont financés par un programme sur 15 ans soutenu par la Banque mondiale et le GFF, qui se concentre sur des interventions innovantes visant à autonomiser les filles et les femmes, notamment en soutenant l’éducation à la santé.

BM

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES