A propos du diabète

0
864

Le diabète est une maladie chronique qui se déclare lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline, ou lorsque l’organisme n’est pas capable d’utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone qui régule la glycémie. L’hyperglycémie, également appelée glycémie élevée, est un effet courant du diabète non maîtrisé qui, au fil du temps, provoque de graves lésions dans de nombreux systèmes du corps, en particulier les nerfs et les vaisseaux sanguin .

En 2014, 8,5 % des adultes âgés de 18 ans et plus étaient atteints de diabète. En 2019, le diabète était la cause directe de 1,5 million de décès et 48 % de l’ensemble des décès dus au diabète sont survenus avant l’âge de 70 ans. De plus, 460 000 autres décès par maladie rénale ont été causés par le diabète et l’hyperglycémie est à l’origine d’environ 20 % des décès imputables à des maladies cardiovasculaires (1).

Entre 2000 et 2019, les taux de mortalité due au diabète standardisés selon l’âge ont augmenté de 3 %. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, le taux de mortalité prématurée due au diabète a augmenté de 13 %.

En revanche, la probabilité de mourir de l’un des quatre principaux types de maladies non transmissibles (maladies cardiovasculaires, cancers, affections respiratoires chroniques ou diabète) entre 30 ans et 70 ans a baissé de 22 % à l’échelle mondiale entre 2000 et 2019.

 

Principaux faits

  • Le nombre de personnes atteintes de diabète est passé de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014. La prévalence du diabète a augmenté plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire que dans les pays à revenu élevé.
  • Le diabète est une cause importante de cécité, d’insuffisance rénale, d’infarctus du myocarde, d’accidents vasculaires cérébraux et d’amputation des membres inférieurs.
  •  
  • Entre 2000 et 2019, les taux de mortalité due au diabète selon l’âge ont augmenté de 3 %.
  • En 2019, le diabète et les maladies rénales dues au diabète ont entraîné environ 2 millions de décès.
  • Avoir une alimentation saine, une activité physique régulière, un poids normal et éviter la consommation de tabac sont autant de moyens de prévenir ou de retarder l’apparition du diabète de type 2.
  • Un régime alimentaire sain, l’activité physique, des médicaments, un dépistage régulier et le traitement des complications permettent de traiter le diabète et d’éviter ou de retarder les conséquences qu’il peut avoir.

 

Symptômes

Les symptômes du diabète peuvent apparaître soudainement. Dans le diabète de type 2, les symptômes peuvent être légers et n’être remarqués qu’au bout de plusieurs années.

Les symptômes du diabète comprennent :

  • la sensation de soif
  • le besoin d’uriner plus souvent que d’habitude
  • une vision floue
  • une sensation de fatigue
  • une perte de poids involontaire

Avec le temps, le diabète peut causer des lésions vasculaires dans le cœur, les yeux, les reins et les nerfs.

Les personnes diabétiques risquent davantage de souffrir de problèmes de santé tels qu’un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral et une insuffisance rénale.

Le diabète peut endommager les vaisseaux sanguins des yeux et provoquer une perte de vision permanente.

De nombreuses personnes diabétiques ont des problèmes aux pieds en raison de lésions nerveuses et d’une mauvaise circulation sanguine. Des ulcères du pied peuvent survenir et nécessiter une amputation.

 

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 (autrefois appelé diabète insulinodépendant ou juvénile) se caractérise par une production insuffisante d’insuline, laquelle doit être administrée quotidiennement. En 2017, 9 millions de personnes étaient atteintes de diabète de type 1 ; la plupart d’entre elles vivent dans des pays à revenu élevé. La cause du diabète de type 1 n’est pas connue, et en l’état actuel des connaissances, on ne sait pas l’éviter.

 

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 modifie la façon dont l’organisme utilise le sucre (glucose) comme source d’énergie. Il empêche l’organisme d’utiliser correctement l’insuline, ce qui peut entraîner une forte glycémie s’il n’est pas traité.

Au fil du temps, le diabète de type 2 peut causer de graves lésions, en particulier des nerfs et des vaisseaux sanguins.

Le diabète de type 2 peut souvent être évité. Les facteurs qui contribuent à l’apparition du diabète de type 2 comprennent le surpoids, le manque d’exercice et une prédisposition génétique.

Il est important de poser le diagnostic de bonne heure pour éviter les pires effets du diabète de type 2. La meilleure façon de dépister le diabète tôt est de consulter un prestataire de soins pour faire des examens réguliers et des tests sanguins.

Les symptômes du diabète de type 2 peuvent être légers et n’être remarqués qu’au bout de plusieurs années. Ses symptômes peuvent similaires à ceux du diabète de type 1, mais sont souvent moins prononcés. De ce fait, la maladie n’est parfois diagnostiquée que plusieurs années après son apparition, une fois les complications déjà présentes.

Plus de 95 % des personnes diabétiques ont un diabète de type 2. Le diabète de type 2 était autrefois appelé non insulinodépendant ou d’apparition à l’âge adulte. Récemment encore, ce type de diabète n’était observé que chez l’adulte, mais il survient désormais de plus en plus souvent aussi chez l’enfant.

 

Diabète gestationnel

Le diabète gestationnel se caractérise par la survenue d’une hyperglycémie, c’est-à-dire d’une élévation de la concentration de glucose dans le sang au-dessus des valeurs normales, mais à des valeurs inférieures à celles conduisant à poser le diagnostic de diabète. Le diabète gestationnel survient pendant la grossesse.

Chez les femmes atteintes de diabète gestationnel, le risque de complications pendant la grossesse et à l’accouchement est plus élevé. Elles risquent davantage, ainsi parfois que leur enfant, d’avoir un diabète de type 2 à un stade ultérieur de leur vie.

Le diabète gestationnel est très souvent diagnostiqué au cours du dépistage prénatal et non pas en raison de la survenue de symptômes.

 

Intolérance au glucose et altération de la glycémie à jeun

L’intolérance au glucose et l’altération de la glycémie à jeun sont des affections intermédiaires à la frontière entre la normalité et le diabète. Les personnes qui en sont atteintes ont un risque élevé de voir leur état évoluer vers un diabète de type 2, même si ce n’est pas inévitable.

 

Prévention

Le changement de mode de vie est le meilleur moyen d’éviter ou de retarder la survenue du diabète de type 2.

Pour prévenir le diabète de type 2 et ses complications, il faut :

  • atteindre et conserver un poids équilibré ;
  • rester physiquement actif en faisant au moins 30 minutes d’exercice modéré chaque jour ;
  • manger sain et éviter le sucre et les graisses saturées ;
  • ne pas fumer de tabac.
  •  

Diagnostic et traitement

On peut poser un diagnostic précoce en mesurant la glycémie, ce qui est relativement peu coûteux. Les personnes atteintes de diabète de type 1 ont besoin d’injections d’insuline pour survivre.

L’un des moyens les plus importants de traiter le diabète est de conserver un mode de vie sain.

Certaines personnes atteintes de diabète de type 2 devront prendre des médicaments pour maîtriser leur glycémie. Il peut s’agir d’insuline en injections ou d’autres médicaments, notamment :

  • la metformine ;
  • les sulfonylurées ;
  • les inhibiteurs des cotransporteurs sodium-glucose de type 2 (inhibiteurs des SGLT-2).

En plus des médicaments pour abaisser la glycémie, les personnes diabétiques ont souvent besoin de médicaments pour faire baisser la tension artérielle et de statines pour réduire le risque de complications.

Des soins médicaux supplémentaires peuvent être nécessaires pour traiter les effets du diabète :

  • soins des pieds pour traiter les ulcères ;
  • dépistage et traitement des maladies rénales ;
  • examens des yeux pour dépister la rétinopathie (qui provoque la cécité).
  •  

Action de l’OMS

L’OMS vise à encourager et à faciliter l’adoption de mesures efficaces de surveillance, de prévention et de maîtrise du diabète et de ses complications, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. À cette fin, l’Organisation :

  • fournit des lignes directrices scientifiques sur la prévention des principales maladies non transmissibles, dont le diabète ;
  • établit des normes et des critères de diagnostic et de soins pour cette maladie ;
  • sensibilise à l’épidémie mondiale de diabète, notamment en célébrant la Journée mondiale de lutte contre le diabète (14 novembre) ; et
  • assure la surveillance du diabète et de ses facteurs de risque.

En avril 2021, l’OMS a publié le Pacte mondial contre le diabète, une initiative mondiale visant à améliorer durablement la prévention et la prise en charge du diabète, en mettant particulièrement l’accent sur le soutien aux pays à revenu faible et intermédiaire.

En mai 2021, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution sur le renforcement de la prévention et de la maîtrise du diabète. En mai 2022, l’Assemblée mondiale de la Santé a approuvé cinq objectifs mondiaux de couverture et de traitement du diabète à atteindre d’ici 2030.

 

Source: OMS

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES