S'identifier Contact Avis
 
23° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Éditorial

Pendant que le pays marque des pas sur place avec le refus perpé¬tuel des pouvoirs en place de prendre les mesures qui s’imposent pour rétablir la confiance et permettre ainsi aux institutions de fonctionner en toute liberté, le secteur culturel essaie de survivre contre vents et marées...

Lorsque les premiers manifestants en gilets jaunes apparurent dans les rues de France, nul ne pouvait s’imaginer que le mouvement allait avoir une telle ampleur. La France est connue pour un pays ou le corps social est traversé par des éruptions saisonnières...

À quoi pouvait-on s’attendre d’une séance dans un Parlement aussi décrié, conspué, et dont tant de membres sont l’objet de suspicions, de dénonciations mêmes qui auraient dû en toute logique initier des enquêtes de justice si la question de l’immunité n’avait pas été aussi mal comprise par des constituants qui visiblement ne tenaient pas en compte notre idiosyncrasie ? On se rappelle que la question des amendements constitutionnels avait soulevé de graves interrogations, soupçons de production et d’usage de faux, de manipulations, entre autres, qui auraient dû aussi faire l’objet d’enquête approfondie. Rien n’a été fait...

L’actualité de ces dernières semaines est d’une brutalité capable d’inspirer le plus exigeant des réalisateurs de film d’horreur. L’indifférence apparente de la société envers le massacre de La Saline est saisissante. Glaçante...

Serions-nous au temps où les morts violentes ne choquent plus ? La conscience collective aurait-elle accepté ces actes barbares qui sont longtemps rejetés par l’humanité? Un ensemble de mutations dans les communautés haïtiennes auraient contribué à une déshumanisation qui légitime les crimes les plus odieux ou les fait tout simplement passer sous silence...

Les fêtes de fin d’année approchent et les problèmes de sécurité s’accumulent à un rythme jamais enregistré ces cinq dernières années. La guerre des gangs se disputant des parts de marché ou des territoires, sans oublier les vols à main armée constituent le lot quotidien des citoyens...

Peu de générations, comme celle qui avait moins de vingt-cinq ans en 1986, auront affronté le tragique d’une destinée aussi mystérieuse que déroutante. À cheval sur deux siècles, la constance de l’échec a pris racine dans la pratique politique au point de créer autant de dirigeants que de monstres impitoyables...

Depuis quelques années, Haïti est considérée comme une entité chaotique ingouvernable. Cette position peu enviable résulte d’une absence flagrante de projet national. Un projet sur lequel l’ensemble de la nation serait d’accord. L’état d’insurrection que nous vivons ces derniers jours est la conséquence d’un manque de leadership patriotique qui fait depuis trop longtemps défaut à ce pays...

Depuis quelques années, Haïti est considérée comme une entité chaotique ingouvernable. Cette position peu enviable résulte d’une absence flagrante de projet national. Un projet sur lequel l’ensemble de la nation serait d’accord. L’état d’insurrection que nous vivons ces derniers jours est la conséquence d’un manque de leadership patriotique qui fait depuis trop longtemps défaut à ce pays...

La manifestation du 18 novembre et les journées mortes qui s’ensuivaient ont été particulièrement éprouvantes pour la Police nationale...

L’incompétence des gouvernements qui se sont succédé au pouvoir depuis des décennies nous a conduits dans cette impasse où nous nous trouvons actuellement.

L’incompétence des gouvernements qui se sont succédé au pouvoir depuis des décennies nous a conduits dans cette impasse où nous nous trouvons actuellement. Graduellement,

Depuis quelques années certaines dates charnières sont devenues des oc¬casions de contestation sociopolitique. Il est clair que nous avons mal dans notre nationalité et que l’être haïtien est menacé dans son existence civile et patriotique...

Aurait-on atteint le fond ? Serait-il possible d’aller plus bas ? Beaucoup de citoyens se posent la question au regard de ce que nous vivons actuellement. Au niveau de l’économie, nous frisons la catastrophe avec une gourde qui atteint la barre de 75 pour 1 dollar américain...

On se croit dans un rêve. Un miracle semble s’être opéré subtilement. Car, même à la veille de la célébration du 18 mai, le Drapeau national n’est pas si respecté. Le leader de Pitit Desalin, Jean-Charles Moïse en ordonnant le samedi 10 novembre qu’un drapeau noir et rouge soit hissé sur la place des Vertières a, parait-il, touché une veine sensible...

La fronde, que plus d’un assimilait à une blague malveillante d’une communauté dont le pouvoir de convocation ne dépassait pas les limites du virtuel, peut pousser la justice à s’enliser dans du sable mouvant. Les nouveaux militants contre la corruption et pour la reddition des comptes du fonds Petrocaribe ont réussi à créer deux camps : les suspects et les méfiants. Entre deux, entre la sincérité et la posture, ce n’est que l’absolue confusion...

La fronde, que plus d’un assimilait à une blague malveillante d’une communauté dont le pouvoir de convocation ne dépassait pas les limites du virtuel, peut pousser la justice à s’enliser dans du sable mouvant. Les nouveaux militants contre la corruption et pour la reddition des comptes du fonds Petrocaribe ont réussi à créer deux camps : les suspects et les méfiants. Entre deux, entre la sincérité et la posture, ce n’est que l’absolue confusion...

On se croit dans un rêve. Un miracle semble s’être opéré subtilement. Car, même à la veille de la célébration du 18 mai, le Drapeau national n’est pas si respecté. Le leader de Pitit Desalin, Jean-Charles Moïse en ordonnant le samedi 10 novembre qu’un drapeau noir et rouge soit hissé sur la place des Vertières a, parait-il, touché une veine sensible...

Afficher plus [ 766 ]