La guerre des gangs s’intensifie dans la Plaine du Cul-de-sac

0
2896

L’insécurité a atteint son paroxysme en Plaine où des habitants de Damien et de Cité Soleil ont fui leurs domiciles, lundi matin, sous les tirs nourris des bandes armées.

Pendant plus d’une semaine, plusieurs groupes armés s’affrontent au niveau de la commune de la Croix-des-Bouquets pour le contrôle de territoires. Les membres du gang 400 Mawozo avaient effectué une descente des lieux à la base de leurs rivaux de « Chen mechan », terrorisant les résidents de la Croix-des-Missions, de Butte Boyer, de Bon Repos et de Shada notamment à l’aide de tirs incessants.

Jour et nuit les bandits font chanter la poudre entretenant une psychose de peur en Plaine contraignant les gens à abandonner leurs résidences sans savoir vraiment où se réfugier.

À Clercine, ils sont des dizaines à s’installer en toute hâte sur la place publique pour échapper à la colère des malfrats.

Le 2 mai, c’est autour des riverains de la commune de Cité Soleil, particulièrement ceux des carrefours Drouillard et Vincent, de se réveiller sous un déluge de feu.

Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent notamment des femmes et des enfants qui empruntent la route de Damien, non loin du domaine de la compagnie Barbancourt, abandonnant leurs logements en raison des agissements des caïds lourdement armés qui opèrent à cet endroit.

 Tout comme à l’entrée sud de la capitale, les agents de l’ordre sont dépassés par la situation qui se développe dans La Plaine du Cul-de-sac. Les appels à l’aide des habitants restent sans réponse du côté des autorités de l’État qui laissent pourrir la situation alors qu’une nouvelle crise humanitaire se profile à l’horizon.

Toutes les activités sont pratiquement paralysées par la tension permanente qui règne au nord de la capitale depuis tantôt 8 jours. Les établissements scolaires, le commerce et le transport en commun sont au point mort. Les caïds continuent d’imposer leur loi aux citoyens au grand dam de l’équipe au pouvoir.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES